Menu Close
Nos perceptions de notre partenaire agissent comme une paire de lunettes teintées qui colorent notre relation de couple. shutterstock

Voyez-vous le meilleur ou le pire chez votre partenaire ? Tout dépend de la couleur de vos lunettes !

Pour certains, la pandémie de Covid-19 est l’occasion de passer plus de temps ou de renouer avec son conjoint ou sa conjointe. Pour d’autres couples, le confinement a amplifié des difficultés relationnelles déjà présentes avant la pandémie, entraînant plus de stress et d’insatisfaction dans la relation.

Les ruptures, les divorces et même la violence domestique ont augmenté depuis le début de la pandémie.

Étant donné qu’avoir des relations stables et satisfaisantes est essentiel au maintien d’une bonne santé, il est nécessaire de comprendre les causes de la détresse relationnelle et comment y remédier. C’est l’un des objectifs du laboratoire Breaking Sad de la Western University. Les recherches menées dans ce laboratoire se concentrent sur la façon dont les pensées négatives contribuent à la dépression et influencent nos relations.

Nos études récentes suggèrent que les croyances que nous avons au sujet de nos partenaires peuvent être particulièrement déterminantes pour comprendre ce qui cause les relations dysfonctionnelles.

L’importance des perceptions

Lors d’une étude récente, nous avons constaté que les individus engagés dans une relation intime se créent une image mentale sophistiquée de leur partenaire. De plus, ces représentations sont stockées dans notre mémoire et influencent la façon dont nous comprenons, interprétons et réagissons aux paroles et actions de nos partenaires. Dans un sens, elles agissent comme une paire de lunettes aux verres teintés qui colorent l’expérience que nous vivons avec notre partenaire.

Lorsque l’image que vous avez de votre partenaire est positive (par exemple, vous la percevez comme une personne attentionnée, réfléchie et bien intentionnée), c’est comme si vous portiez une paire de lunettes roses. Vous serez plus enclin à interpréter ce que votre partenaire fait de manière plus positive ou à excuser plus facilement certains comportements : « Il n’a pas répondu à mon message texte parce qu’il était occupé en réunion. Je sais qu’il ne m’ignore pas et qu’il répondra dès qu’il en aura l’occasion ».

En revanche, si la représentation que vous vous faites de votre partenaire est en général négative (« Elle est égoïste et ne se soucie pas de mes besoins »), vous aurez peut-être tendance à voir ses actions à travers une paire de lunettes beaucoup moins roses. Vous pouvez penser : « Elle n’a pas répondu à mon message texte parce qu’elle m’ignore et ne se soucie pas de ce que j’ai à dire ».

Homme regardant son téléphone
Les pensées négatives à propos d’un partenaire affectent notre interprétation de ses gestes. Un message texte sans réponse sera perçu comme un manque de considération, par exemple. Shutterstock

Plus nous percevons les gestes d’un partenaire sous un jour défavorable, plus nos représentations négatives se consolident – et plus nos « verres teintés » s’assombrissent.

Ainsi, entretenir des pensées négatives à l’égard de notre partenaire peut nous mettre en colère, nous déprimer et nous amener à mal interagir avec lui ou avec elle, par exemple en critiquant ou en nous éloignant. En fin de compte, les deux partenaires se sentent insatisfaits et moins soutenus dans la relation.

Malheureusement, pour plusieurs personnes, les convictions positives à l’égard d’un partenaire, qui sont prédominantes au début d’une relation, ont tendance à devenir plus négatives avec le temps. Le trait de caractère qui nous attirait autrefois devient souvent l’élément qui nous irrite le plus. Au début, nous trouvons sa spontanéité excitante, mais après un certain temps, nous pouvons aussi interpréter cette qualité comme un manque de planification et de fiabilité de sa part.

Changer les pensées négatives

Que faire si vous avez une image trop négative de votre partenaire de vie ? Comment pouvez-vous voir un peu plus clairement à travers les lunettes de votre couple ?

Vous pouvez d’abord faire l’effort conscient de vous appuyer davantage sur les faits lorsque vous réfléchissez à votre relation de couple.

Les recherches montrent que la réflexion fondée sur des faits contribue de manière importante au bien-être psychologique. Ainsi, lorsque vous tentez de comprendre une situation, basez votre réflexion sur des preuves tangibles en constatant les faits plutôt que de vous fier aux pensées négatives qui surgissent immédiatement dans votre esprit.

Au lieu de tirer des conclusions hâtives et croire que votre partenaire est égoïste et ne se soucie pas de vous parce qu’il n’a pas rapporté de lait comme vous lui aviez demandé, faites une pause et posez-vous la question : qu’est-ce qui me prouve que mon partenaire est égoïste et ne se soucie pas de moi ? Sur quels faits puis-je m’appuyer pour soutenir cette idée ?

Non seulement cet exercice peut vous aider à vous sentir mieux sur le moment, mais il vous permettra de voir les choses un peu plus clairement et de réagir de manière plus appropriée aux gestes ou paroles de votre partenaire.

Une femme souriante avec sa tête sur l’épaule d’un homme
Donner un câlin à son partenaire au lieu de le critiquer peut changer la façon dont vous le percevez. Unsplash

En plus de changer la façon dont vous percevez votre partenaire, il est important de changer les interactions que vous avez avec elle ou lui.

Et, aussi difficile à croire que cela puisse paraître, changer la façon dont vous réagissez, en faisant un câlin à votre partenaire, par exemple, au lieu de le critiquer lorsqu’il arrive à la maison sans pinte de lait, peut modifier vos sentiments et vos pensées à son sujet. S’efforcer de créer des interactions positives avec son partenaire peut contribuer à changer les perceptions négatives que vous avez développées à son sujet au fil du temps ou à les empêcher de se développer.

Aujourd’hui, plus que jamais, alors que le stress est élevé et que les relations amoureuses sont sous tension en raison de la pandémie, il est important de faire tout le nécessaire pour entretenir nos relations les plus intimes.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 122,000 academics and researchers from 3,916 institutions.

Register now