Brexit, tous coupables !

Manifestation des pro-européens à Londres, le 28 juin 2016. Ed Everett/Flickr, CC BY-NC

Les lamentos diplomatiques, les cris d’orfraie officiels ou les postures viriles face au Royaume-Uni n’y changeront rien : la première sortie de l’Union européenne (UE) d’un pays est un événement historique (ce qui ne veut pas forcément dire catastrophique) dont le peuple britannique et ses dirigeants ne sont pas les seuls responsables. Tout le monde a sa part de responsabilité dans ce camouflet électoral, sur l’île comme sur le continent, dans la classe ouvrière britannique laissée à l’abandon comme dans les élites politiques des pays de l’union.

Les résultats de ce référendum sont un échec pour tout le monde : pour ceux qui se sont crus malins en l’organisant, pour ceux qui ont soufflé sur les braises du populisme et de la xénophobie pendant toute la campagne, pour ceux qui n’ont rien vu venir et qui croient encore aujourd’hui qu’on pourra continuer comme avant.

Voilà bien longtemps que la cause européenne a été trahie, que l’idéal des pères fondateurs a été foulé aux pieds, les gouvernements britanniques successifs y ayant d’ailleurs joué leur part. Que le divorce vienne d’un peuple parmi les plus réticents à intégrer l’Union n’a rien de totalement surprenant, mais il ne nous informe pas seulement sur la société britannique et l’incroyable médiocrité de sa classe politique, ce résultat en dit long aussi sur ce que ceux qui ont fait vivre le projet européen ont raté, au point de faire détester l’Europe à un nombre croissant de citoyens.

Les craintes exprimées en Grande-Bretagne par ce vote font en effet écho à bien d’autres qui s’expriment depuis plus d’une décennie dans les urnes continentales. Gardons-nous de faire de l’Angleterre le mouton noir de l’Europe pour mieux absoudre nos péchés ! Ces tensions, ces rejets, sont l’expression politique d’un malaise anthropologique et sociologique profond, qui touche au défaut d’articulation entre ce que devrait être la construction européenne et les défis que la mondialisation soulève, singulièrement sur le plan économique.

Un drapeau en passe de perdre une étoile. Ed Everett/Flickr, CC BY

Revenons donc sur tous ces défis que les bâtisseurs politiques de l’Union ont su si bien rater pour qu’on en arrive là.

Cinq puissants facteurs de déstabilisation

Les transformations profondes de nos sociétés contemporaines sont multiples, mais on peut synthétiser certaines des plus importantes autour de cinq notions clés.

  1. Une mondialisation industrielle introduisant une concurrence mondiale des coûts salariaux et des productions industrielles qui induit une désindustrialisation durable de nombreux secteurs d’activité en Europe. Les secteurs d’activité de remplacement n’apparaissent pas tous visibles, et les travailleurs ne sont nécessairement tous aptes à entrer en reconversion. Il y a donc, fatalement, des victimes de cette mondialisation poussées à des formes de désespérance, ancrées qu’elles sont dans la certitude que cela ne pourra pas aller mieux ni pour eux, ni même – plus désespérant encore – pour leurs enfants.

  2. Une mondialisation culturelle favorisée par la circulation des populations, des programmes audiovisuels et par l’Internet. Celle-ci induit deux mouvements déstabilisateurs en Europe : (a) la difficulté pour certains de bien tolérer, d’accepter la confrontation avec d’autres cultures qui sont des points de frottement obligeant à remettre en cause leurs certitudes, leurs visions du monde ; (b) la nécessité de s’ouvrir au monde pour faire de la mondialisation un atout et non un fardeau (apprentissage des langues étrangères, ouverture culturelle…), défi face auquel tout le monde ne part pas avec des chances égales, en fonction de l’âge, du niveau de diplôme, des ressources financières.

  3. Une financiarisation de l’économie suite à toutes les dérégulations et libéralisations initiées dans les années 1980, sur des bases aussi idéologiques que vénales. Le néo-managérialisme nous a inventé tout un discours pour convaincre chaque salarié qu’il devait s’investir pleinement dans son entreprise, que chacun devenait responsable de l’éventuel échec de celle-ci, à chaque niveau de la production et de la relation client. Au même moment,le capitalisme financiarisé a déconnecté la production de richesses du travail, faisant du salarié la première des variables d’ajustement, et pour tout dire, souvent, une quantité négligeable, une matière flexible à qui on demande toujours plus au présent tout en promettant toujours moins d’avenir certain.

  4. Une accélération du monde, si bien décrite par le sociologue allemand Hartmut Rosa qui se compose à la fois d’une accélération du rythme des changements sociaux et d’une accélération de nos rythmes de vie – avec les risques du burn out, de la déconnexion aux fondamentaux de l’existence, du sentiment d’être submergé par les sollicitations du monde, obligeant à devenir multitâches ou à connaître la frustration de ne pas faire tout ce qu’on nous enjoint de désirer faire.

  5. Une complexification du monde, car les technologies du quotidien obligent à de plus en plus d’agilités numériques. D’autant qu’il ne s’agit pas seulement de changer d’une technique pour une autre et de retrouver une nouvelle zone de confort : nous sommes entrés dans une ère de changements permanents qui remet en cause régulièrement nos certitudes et compétences techniques acquises. La complexification se ressent aussi au niveau des défis éthiques que nos connaissances et que les avancées scientifiques déclenchent. Les manipulations d’embryons pour aller vers le clonage thérapeutique, les nanoparticules, la prise de conscience fine des dégâts pour la santé de multiples produits chimiques, etc. : autant de questions qui entremêlent régulation de la science, intérêts économiques puissants, droit des générations futures, respect de l’intégrité des personnes, morale et spiritualités.

Des réactions de peur et de rejet induites par ces transformations

Toutes ces évolutions sont autant de défis propres à créer de la désespérance au sens fort de perdre tout espoir, et donc de se replier sur ce qu’on vit comme des certitudes acquises, donc de se réfugier sur son territoire, son identité. Il n’y a pas de mondialisation et de financiarisation heureuses ! Et s’entendre servir cette fable par des élites économiques et culturelles bardées de diplômes et de langues, quand on manque de tous les capitaux requis pour s’adapter, a de quoi faire enrager.

Enragement redoublé par tout ce que les journalistes nous révèlent des évasions fiscales en tout genre, d’un capitalisme qui trahit les idéaux libéraux qui le portent historiquement, tant il est amoral et cynique. Voir parader les gagnants de cette économie du fric, entre paradis fiscaux, fraudes, et parachutes dorés engendre forcément des frustrations et des indignations viscérales. Il y a forcément des victimes de la mondialisation industrielle, et il appartient aux politiques de ne pas leur donner le sentiment qu’on les oublie, qu’on les abandonne à leur funeste sort, en détournant les yeux avec un brin de compassion dans le meilleur des cas, avec mépris dans le pire.

Un monde en crise, qui inquiète, suscite colère et exaspération. malachybrowne/Flickr, CC BY

La mondialisation culturelle et les zones de frottement qu’elle introduit dans toute société – ce qu’avait bien montré l’anthropologue Claude Levi-Strauss dans Race et histoire notamment – ne se résout ni en faisant l’éloge du multiculturalisme, ni en faisant semblant de ne pas voir des villes ou des quartiers s’enfoncer dans la misère en agrégeant les populations défavorisées françaises et immigrées, avec toutes les tensions qui vont de pair.

L’exaspération sociale et culturelle redouble alors la désespérance. Et même chez ceux qui ne vivent pas une situation économique précaire et difficile, l’identité culturelle peut être vécue comme menacée, du fait des zones de tolérance que la cohabitation culturelle oblige chacun à ouvrir. Traiter tous ces anxieux de la mondialisation culturelle de racistes ne suffit pas à résoudre le problème. Le jugement moral ne remplace pas des actions concrètes. Il aboutit même chez certains au résultat inverse, les renforçant dans leur sensation d’être assiégés dans leur propre pays et ils enragent plus encore.

Enfin, l’accélération et la complexification du monde induisent chez beaucoup, notamment chez les plus âgés, des réflexes de crainte, associés à la sensation de perdre la maîtrise sur l’évolution du monde mais aussi de leur monde quotidien. La perte de repère devient anxiogène, favorisant des recroquevillements sur ses zones de confort et de certitude, voire un repli régressif sur un passé idéalisé, subitement paré de toutes les vertus.

Pas d’Europe bouclier, pire une Europe menace

Sociologiquement, anthropologiquement, il est donc très explicable que de nombreux citoyens européens se sentent vulnérables, frustrés, oubliés, méprisés. Et le projet européen n’a pas su leur apporter un réconfort utile pour le faire désirer. Les bâtisseurs contemporains de l’Europe des « 28-1 », n’ont pas su construire l’Europe bouclier. Pire, ils ont généré l’Europe menace.

La volonté des pères fondateurs de l’Europe était de créer des « solidarités de fait » afin de créer chez les peuples, un sentiment d’intérêt partagé à vivre en bonne harmonie et ne plus avoir la tentation de se suicider collectivement par la guerre, comme durant les décennies précédentes.

« L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord des solidarités de fait » (Robert Schuman, déclaration du 9 mai 1950).

Mettre en commun les productions du charbon et de l’acier, reconstruire une économie prospère en commençant par l’agriculture pour nourrir tout le monde à sa faim, favoriser la circulation des personnes et des biens, pour faciliter le dynamisme économique de tous et apprendre à se connaître les uns les autres : tels furent les leviers de cette ambition européenne, pour créer une zone de paix et de prospérité économique.

Pour se perpétuer, il devint évident, à partir des années 1980, qu’il fallait approfondir les liens politiques pour mieux coordonner les politiques de chaque État et devenir une Europe puissance. Pourtant, le choix prioritaire a été, suite à l’effondrement du système communiste à l’Est au début des années 1990, d’élargir, d’élargir encore, au point de ne plus savoir qui était européen ou pas, de diluer nos frontières sans assumer de fixer une identité européenne politique, culturelle ou géographique.

La carte des élargissements successifs de l’UE. Toute l’Europe.eu/DR, CC BY

Avec la bénédiction d’une Grande-Bretagne qui se méfie ancestralement de toute idée de puissance continentale, l’Union européenne s’est donc diluée au fur et à mesure qu’elle s’élargissait, empêchant tout véritable approfondissement de la coordination politique. De projet politique, elle s’est muée en un club économique, où l’initiale libre circulation solidaire des biens et des personnes, est devenue un libre échange concurrentiel. Ce dévoiement porté par les acteurs industriels et financiers a trouvé de nombreux soutiens politiques, grâce aux promesses mirifiques des économies d’échelle, des réductions de dépenses publiques. Notons que la Grande-Bretagne a fortement appuyé cette orientation libre-échangiste concurrentielle.

Au lieu donc de construire une Europe bouclier, qui apporterait aux frontières extérieures des protections que les États-Unis ou la Chine savent si bien construire pour leurs intérêts, les fossoyeurs de l’idéal européen ont abdiqué une large part de la visée politique de ce projet pour faire de l’Union un lieu de réglementations uniformisantes, de dérégulations des spécificités nationales sans apporter de contreparties aux frontières extérieures. L’Europe devenue un théâtre redoublé de la mondialisation – avec dumping social, concurrence fiscale, célébration du libéralisme effréné – a alors généré naturellement des formes croissantes de rejet.

Le fruit de la médiocrité de nos dirigeants politiques européens

Un triple dévoiement politicien a abouti à ce référendum et à son résultat négatif.

L’Europe s’est construite par les hommes politiques nationaux qui n’ont cessé de considérer la construction européenne selon une logique diplomatique de négociations (pour ne pas dire de marchandages), où chacun jouait en priorité la préservation de ses intérêts nationaux globaux et de ses intérêts politiciens étroits. C’est donc sans grande transparence et sans être porté par une vision de l’Europe (d’autant plus difficile à porter qu’on a élargi à tour de bras !) que les fossoyeurs de l’idéal européen ont accumulé des demi-mesures, des accords bancals, des compromis boiteux, dont le dernier en date : les allègements de contraintes pour la Grande-Bretagne que David Cameron était venu arracher en février dernier, pensant ainsi sceller sa victoire.

Et à leurs faiblesses, ils ont souvent ajouté l’ignominie de ne pas assumer leurs décisions en accusant « Bruxelles », la Commission, et autres institutions européennes d’imposer leurs « diktats ». Là où, le plus souvent, la mesure en cause était votée par le représentant du gouvernement, mais dans un conclave fermé où les votes ne sont pas publics. Entre double discours et lâche défaussement sur les institutions européennes, il ne fallait plus grand-chose pour que « l’Europe », « Bruxelles » deviennent des boucs émissaires commodes, d’autant plus faciles à invoquer que la lisibilité du circuit de décision est opaque, voire franchement illisible, à force d’improbables compromis entre les institutions et les États.

« Des leaders, pas des menteurs » : manifestation anti-Brexit à Londres (juin 2016). Ed Everett/Flickr, CC BY

Et, dernier clou dans le cercueil de l’idéal européen, à la désespérance sociale, au repli identitaire, aux sensations d’être dépassé, débordé répondent des leaders politiques aussi populistes que démagogues, flattant les plus bas instincts. Au lieu de trouver un discours pour apaiser les craintes, ils jouent sur les peurs, les exacerbent, et quand cela ne suffit pas ils en créent, grâce à d’invraisemblables bobards, comme l’a si magistralement fait Boris Johnson dont les ambiguïtés ont été démasquées jusque dans son propre camp, qui l’a lâché au moment de recueillir le fruit de ses vilenies, lui interdisant de devenir premier ministre. Mais en Autriche, en France, en Flandre, en Hongrie, ou ailleurs, les mêmes fonds de sauce peu ragoûtants sont servis, véritables tambouilles politiciennes recuites, saupoudrées d’épices vieillies des années 30.

Ce qu’il manque à l’Europe : un nouveau dessein

Il ne faut pas sombrer dans la nostalgie des pères fondateurs, au point de croire qu’il suffirait de revenir au message initial. L’histoire a creusé son sillon, les enjeux sont différents, l’élargissement n’est pas forcément une faute en soi, s’il n’avait été fait après un approfondissement préalable, en assumant une logique des cercles concentriques, où tous les pays n’approfondiraient pas leurs relations au même rythme. Mais ce qui fait défaut, c’est un dessein, une vision nouvelle, capable de répondre à trois défis majeurs :

  1. faire régresser les discours anti-européens qui se repaissent des errements institutionnels et politiques de la construction européenne, en mettant fin à ces errements et aux excès d’interventionnisme de certains règlements européens au profit d’un « principe de subsidiarité » (cher à Jacques Delors) où ce qui peut rester à l’échelon national pour être mieux gérer, doit y rester ;

  2. faire de l’Europe le bouclier économique et social qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, afin de nourrir un sentiment de confiance dans ce projet politique, grâce aux intérêts que chacun en retire ;

  3. cesser de se réfugier dans un discours lénifiant du « plus d’Europe », en croyant ainsi répondre aux attaques et au rejet, alors que c’est dans une articulation claire, lisible, entre le national et la supranational que repose la confiance des peuples, dont l’horizon politique reste national. Car il n’existe pas, pour bien des raisons, un espace public européen qui serait un lieu de délibération unifié des peuples qui composent l’Union européenne.

L’avenir de l’Union européenne se trouve donc dans une forme inédite de fédéralisme coordinateur et protecteur, à inventer par des dirigeants qui auraient la trempe d’hommes d’État visionnaires refusant la démagogie et les calculs de petits boutiquiers nationaux.