Cléopâtre, reine monstrueuse ou grande femme politique

Monnaie de Cléopâtre valant 40 drachmes. Author provided

La célèbre reine Cléopâtre (69-30 av. J.-C.), dernière souveraine d’Égypte avant l’annexion romaine, exerça un réel pouvoir politique, ce qui fait d’elle un cas presque unique dans l’histoire de l’Antiquité. Défaite par le futur empereur Auguste, à la bataille d’Actium, et contrainte au suicide, elle a durement pâti, dans l’historiographie, de son statut de vaincue. Elle ne fait pas partie de ceux qui écrivent l’histoire. Les auteurs romains, tous plus ou moins tributaires de la propagande du vainqueur, n’ont cessé de la dépeindre comme un monstre (Horace), une abomination (Virgile), une reine fatale responsable de la mort de son amant Marc Antoine (Plutarque), une prostituée doublée d’une nymphomane (Properce).

La vision traditionnelle de Cléopâtre (J.W. Waterhouse, 1888). David Flam / Flickr, CC BY

Grâce à l’examen de sources numismatiques et archéologiques, dont certaines ont été révélées récemment, il est aujourd’hui possible de rééquilibrer cette vision négative d’une dirigeante politique dont les deux principaux défauts, aux yeux de ses ennemis, sont d’avoir été une femme et une Égyptienne. Les virulentes attaques dont la reine fit l’objet furent avant tout motivées par la misogynie et la xénophobie. Pour ses détracteurs, la reine se confond avec l’Égypte, vue comme l’antithèse de toutes les vertus romaines. Une terre de vice, décadence, corruption et pouvoir féminin. Un comble !

Statue du Rosicrucian Egyptian Museum, San Jose, Californie. Jon Callas / Flickr, CC BY

La recherche sur Cléopâtre a beaucoup progressé depuis le début des années 2000, grâce à des objets (statues, monnaies, inscriptions, papyrus), parfois conservés de longue date dans des musées, mais qui n’avaient pas été clairement reconnus comme des documents se rapportant au règne de la célèbre souveraine. Des représentations d’elle ont pu être identifiées à partir d’éléments stylistiques ou grâce à la présence de symboles royaux particuliers, comme le triple cobra pharaonique ou le motif hellénistique de la double corne d’abondance. Ces œuvres, produites dans l’entourage de Cléopâtre, suivant des modèles élaborés par ses proches conseillers, nous montrent la souveraine telle qu’elle souhaitait apparaître aux yeux de ses sujets : une divinité incarnée, une déesse-reine, garante du bonheur et de la prospérité de son peuple.

La numismatique réhabilite la reine

Grâce à des monnaies apparues récemment sur le marché de la numismatique, on possède aujourd’hui un corpus d’une vingtaine de séries monétaires émises par la reine, à Alexandrie et dans les régions du Proche-Orient dont Marc Antoine lui confia la gestion. On a parfois remarqué que le buste qui orne ces monnaies est dénué de charme et bien éloigné de l’image d’Épinal de la séductrice. Rien d’étonnant à cela : Cléopâtre veut apparaître comme une dirigeante politique, compétente et sérieuse, voire sévère ; une femme de fer, non une pin-up.

La monnaie n’est pas la couverture d’un magazine de charme, mais un instrument de pouvoir, un média qu’utilise la reine comme principal support du discours officiel. Il n’y a alors ni presse, ni télévision ; c’est grâce à la monnaie qui circule entre toutes les mains, ou presque, que le peuple peut « voir » sa souveraine. Une sorte de miroir du prince, ou plutôt de la princesse. On comprend que Cléopâtre, comme d’autres souverains, y ait prêté la plus grande attention.

Bas-relief du temple de Dendérah : Cléopâtre en déesse-reine. Christopher Michel / Flickr, CC BY

Mais on objectera que tout cela n’est que propagande, au même titre que la contre-propagande à laquelle se livrèrent les ennemis romains. Le discours officiel ne préjuge en rien de ce que fut la réalité du règne. L’historien de la dernière reine d’Égypte serait-il donc contraint de s’en tenir à une étude des représentations ? Ce type de recherche n’est nullement dénué d’intérêt, mais la mission de l’historien est aussi, et autant que possible, de tenter de répondre à la question : comment cela s’est-il réellement passé ?

Quelques documents permettent d’entrevoir la réalité du règne, à défaut de le découvrir complètement. Des inscriptions nous montrent que la reine se soucia effectivement du bien-être de ses sujets. Elle tenta de lutter contre les famines et la malnutrition qui frappèrent l’Égypte à plusieurs reprises durant son règne, lors de mauvaises récoltes, conséquences de crues insuffisantes du Nil. Dans l’une de ces inscriptions, elle cherche à réguler le transport du blé à destination d’Alexandrie, la capitale du royaume, véritable mégapole de 500 000 habitants. On pourra lui reprocher d’avoir négligé les campagnes, mais il pouvait sembler pertinent d’assurer en priorité l’approvisionnement des zones les plus peuplées.

Elle impose la valeur fiduciaire

Les dernières recherches sur Cléopâtre nous montrent aussi qu’elle fut à l’origine d’une innovation majeure d’un point de vue économique : elle fit apparaître des marques de valeur sur les pièces en bronze, très courantes, qui circulaient en Égypte. Au revers, à côté de l’aigle qui sert de blason à la dynastie des Ptolémées, famille de Cléopâtre, on lit la lettre grecque pi (équivalent de notre p), sur les plus grands modules, et la lettre mu (m) sur les monnaies de plus petite dimension. Pi signifie 80 (drachmes) et mu 40.

Nous sommes habitués aujourd’hui à lire 10 centimes, 1 ou 2 euros sur les pièces que nous utilisons, mais cette valeur indiquée n’était absolument pas la norme dans l’Antiquité ; la valeur étant alors habituellement celle du métal. Cléopâtre crée un monnayage à valeur fiduciaire. Le métal de référence à l’époque était l’argent, mais l’Égypte en manquait cruellement. Il avait fallu frapper des pièces en bronze pour subvenir aux besoins de la population. Les prédécesseurs de la reine avaient instauré une équivalence entre le bronze et l’argent : une drachme d’argent valant 60 drachmes de bronze. Le problème est que ce cours officiel n’était pas vraiment respecté.

Monnaie d’argent de Cléopâtre.

Lorsqu’on payait en monnaies de bronze, il arrivait que le commerçant vous demande davantage que l’équivalence décrétée par l’État. Il en résultait une « inflation » du bronze, aggravant la pauvreté de ceux qui ne possédaient pas de drachmes d’argent, soit la majorité des paysans de la vallée du Nil. La réforme monétaire de Cléopâtre devait donc permettre de limiter les abus en facilitant le contrôle des prix. La mesure était autant économique que sociale.

A-t-elle obtenu les effets escomptés ? Nul ne le sait et il est toujours douteux de tirer des arguments du silence des sources. On peut néanmoins remarquer qu’il n’y eut pas de grandes révoltes paysannes à l’époque de Cléopâtre, les derniers soulèvements de masse ayant éclaté sous le règne de son père. Il n’est donc pas impossible que Cléopâtre ait remporté quelques succès économiques que les auteurs romains, totalement accaparés par l’évocation des prétendus vices de la femme monstrueuse, ont bien évidemment passés sous silence.