Image 20170207 30937 h9fswt.jpg?ixlib=rb 1.1

Des créationnistes contre la science : la situation en France

Carpeaux (Musee d'Orsay) : La France Impériale portant la Lumière dans le monde et protégeant l'Agriculture et les Sciences. Carpeaux/Wikimedia, CC BY

Des créationnistes contre la science : la situation en France

Dans un premier article, nous évoquions les difficultés liées à la formation des enseignants pour une bonne transmission des savoirs relatifs à la théorie de l'évolution. Il existe hélas une autre difficulté de terrain, lié celle-ci aux créationnismes. Le créationnisme d’obédience chrétienne est devenu moins audible, notamment depuis que Jean-Paul II a écrit que « de nouvelles connaissances conduisent à reconnaître dans la théorie de l’évolution plus qu’une hypothèse », suivi en cela par le pape François en 2014 : « l'évolution dans la nature n'est pas incompatible avec la notion de création ». Même si ces positions sont peu clivantes, l’impact de préjugés chrétiens persiste sous des formes plus ou moins visibles, et il est extrêmement difficile à la science de s’en émanciper totalement.

Dans un but affiché d’aide au développement du dialogue entre science et religion, des associations ou fondations soutiennent des scientifiques créationnistes ou développant des points de vue quelque peu marginaux. Ainsi Anne Dambricourt-Malassé a-t-elle vu ses idées anti-darwiniennes diffusées par une autoproclamée « Université Interdisciplinaire de Paris ». De façon plus subtile, mais pour des millions de dollars, la riche fondation Templeton finance des recherches variées, avec un affichage de valeurs morales positives et de dialogue qu’on a du mal à critiquer. Au delà des objections « chrétiennes » au darwinisme, cet ancrage des projets financés par la fondation Templeton dans une moralité positive illustre combien le darwinisme est source d'inconfort pour toute personne qui souhaite naturellement que la vie humaine ait un sens. Ainsi peut-on comprendre le financement des travaux sur l’altruisme de Martin Nowak, aux positions un peu décalées dans ce champ de recherche.

L'Atlas de la création. YouTube

Le créationnisme actif sur le terrain, en France est plutôt musulman : c’est une surprise, car l’Ancien Testament influence habituellement peu cette religion. Au-delà de textes et d’écoles coraniques prêchant contre l’évolutionnisme, une attaque notable a été menée par Arun Yahya, un prêcheur turc (également plusieurs fois repris de justice dans son pays) : à partir de 2006, il adresse successivement les deux volumes de l’Atlas de la Création gratuitement à des milliers d’écoles et d’universités en Europe. Ces ouvrages de grand format, richement illustrés en couleur, mais bourrés d’erreurs factuelles, expliquent l’imposture de l’évolution et comment la vérité se trouve dans le Coran.

Un argument majeur est l’absence de chaînons intermédiaires dans le continuum du vivant, démontrée avec force « morphing » illustrant les hypothétiques intermédiaires entre poisson et grenouille, reptile et oiseau, etc. qui bien sûr n’existent pas. Or, pour la théorie de l'évolution, il n'est pas forcément besoin de « chaînons intermédiaires » (car l’évolution peut faire des sauts), ni de voir ces derniers encore exister de nos jours (car ils peuvent être éteints) ! Il est symbolique que le créationnisme exploite une mauvaise compréhension des mécanismes de l’évolution, en un mot, un défaut de l’enseignement…

Necessité d'enseigner

La diffusion de cet ouvrage créationniste a réuni le corps enseignant académique et secondaire autour de la nécessité d’enseigner l’évolution. Cela s'est traduit par un colloque national à la Villette, en novembre 2008, pour « Enseigner l’évolution ». Las ! Devant certains élèves embrigadés, la tâche tourne parfois au cauchemar : certains élèves font semblant, tout en rejetant l’enseignement en eux-mêmes, d’autres refusent ostensiblement d’écouter. Certains professeurs évitent de prononcer le mot évolution, car l’énoncé des faits et la réflexion présentent moins de difficultés.

Il est inquiétant que la recherche en pédagogie ne fournisse actuellement que très peu de soutien et de méthodes pour aider des enseignants laissés à eux-mêmes dans de difficiles cheminements pédagogiques. Ainsi, malgré les efforts d’enseignement, s'installe une société double, où ceux qui acceptent l’évolution reçoivent une formation plus approfondie sur ses mécanismes, tandis que d’autres la rejettent, souvent en prélude au refus d’autres valeurs.

Que faire demain ?

Une solution possible concerne directement l’enseignement, et dépasse celui de l’évolution. On s’inquiète en effet de défiances excessives face aux vaccins et aux biotechnologies, ou encore de la crédulité des consommateurs face à des produits douteux ou des pratiques pseudo-scientifiques : les réactions des citoyens (voire des politiques) ne sont pas toujours rationnelles. Mais tout cela n’est-ce pas dû à un seul et même déficit de formation ?

Enseigner la science par l'expérimentation. NASA JSC Features/Wikipédia

Plutôt que de s’inquiéter séparément de chacun de ces problèmes, ne doit-on pas fournir une plus solide formation scientifique, et assurer à la prochaine génération une plus grande capacité à raisonner ? Pour cela, il faudrait plus d’enseignement de sciences expérimentales. Plus qu’un débat sur la répartition des heures entre les disciplines, une réflexion sur l’utilisation de toutes les heures aurait vraiment du sens. Si la démarche scientifique et l’esprit critique pour les questions touchant au vivant et à l’environnement ne sont développés que pendant l’heure hebdomadaire de Sciences de la Vie et de la Terre (voire pas du tout, dans les filières d’où cet enseignement est absent), on peut s’inquiéter des choix du citoyen de demain pour se nourrir, se soigner, gérer son environnement et élever ses enfants. Ce bagage dérisoire explique des décisions citoyennes et personnelles aberrantes.

Mais où gagner des heures ? Aujourd’hui, l’enseignement du français et des mathématiques est trop à part : ne pourrait-on pas intégrer partiellement ces deux matières à la formation en science ? Il ne rime à rien de faire du solfège avant de jouer de la musique, alors qu’on fait aussi du solfège en jouant… Ecrire un raisonnement en biologie ou calculer en physique, c’est aussi pratiquer son français et ses mathématiques.

L’introduction actuelle de l’interdisciplinarité dans le secondaire peut être l’occasion d’une telle innovation. A l’avenir, enseigner plus la méthode scientifique en biologie résoudrait de nombreuses carences : cela permettrait de rapprocher la vision du monde citoyenne de la science, et de saisir les défis du monde avec une vision globale, notamment de l’évolution.