Hip Hop Management

Hip-hop, mangas, jeux vidéo : le futur de la culture, c’est maintenant ! Conversation avec Pierre-Jean Benghozi

Conversation avec Pierre-Jean Benghozi. Xerfi Canal

« Sous le radar », l’industrie du jeu vidéo ? Assurément, elle l’est encore largement. Comme beaucoup d’autres de ces « choses » sur lesquelles la recherche a mission première de porter le regard et de proposer des « mots » neufs.

Les imaginaires du hip-hop et des mangas dialoguent-ils avec le monde des jeux vidéo, comme le propose Pierre-Jean Benghozi à l’occasion de cette interview ? Assurément, aussi. Jugeons plutôt : « J’fais le tour de la plaine avec Epona/t’as pas rêvé j’ai pas fini clochard » (PNL, « Naha », en référence au « chef d’œuvre » (selon jeuxvideo.com) The Legend of Zelda) ; ou encore

J’suis dans l’premier Mario
À chaque fois qu’j’ai fini l’jeu, ça repart à zéro
En plus rapide, en plus dur
J’devais être plus mûr, j’ai dû m’tromper d’futur
(OrelSan, « San »)…

C’est pourquoi d’ailleurs on s’était essayé à une brève chronique : « PNL, ou la stratégie du jeu vidéo ».

L’ouvrage, coécrit avec Philippe Chantepie et publié aux presses de Sciences Po donnera lieu à une note de lecture signée d’Elisa Salavador. Ce texte est à paraître dans un prochain numéro de la Revue française de gestion. Élisa Salvador y insiste sur la conclusion des auteurs, sous forme d’une affirmation :

« À tous ces titres, qu’on le déplore, qu’on s’en réjouisse ou qu’on l’analyse seulement, le secteur de jeu vidéo apparaît bien comme l’industrie culturelle du siècle commencé », « une industrie culturelle qui vient en prolongement de l’audiovisuel et des médias. »

Comment ne pas partager ce constat en effet, si l’on en juge par la façon bien peu amicale dont le groupe Vivendi s’est invité au capital d’Ubisoft… Une tentative de prise de contrôle devenue depuis véritable guerre de tranchées entre Vincent Bolloré et les fondateurs, les frères Guillemot. Avec des combats qui n’ont plus grand-chose à envier au célèbre jeu Tekken.

La thèse de Pierre-Jean Benghozi et Philippe Chantepie peut se résumer en une formule-choc d’OrelSan : « Le futur c’est maintenant ! » Un futur qui se construit logiquement avec des bagarres dans le présent, sur des parkings, façon Grand Theft Auto. Avec pour personnages principaux les Bolloré, Drahi, Niel et autres Pigasse… Comme le met en scène de manière hilarante, Le Gorafi.

Présentation de Pierre-Jean Benghozi

Ancien élève de l’École polytechnique, titulaire d’un doctorat et d’une habilitation à diriger les recherches de l’Université Paris Dauphine, Pierre-Jean Benghozi est directeur de recherche au CNRS et professeur à l’École polytechnique où il a dirigé le pôle de recherche en économie et gestion. Dans ce cadre, il a contribué à fonder la chaire innovation et régulation des services numériques.

Spécialiste reconnu de l’économie numérique et des industries de contenus ainsi que de l’analyse des chaînes de valeur et des modèles d’affaires associés aux marchés du commerce électronique, notamment dans les industries créatives, Pierre Jean‑Benghozi est membre du Collège de l’Autorité de régulation des communications electroniques et des postes (ARCEP) depuis 2013. Il suit plus particulièrement les dossiers du très haut débit fixe, les relations avec les collectivités territoriales, le marché « entreprise » et les usages publics du numérique.

L’interview de Pierre-Jean Benghozi