Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités

Au carrefour des sciences de la Terre, de la Vie et de l’Homme, le Muséum national d’histoire naturelle se consacre quotidiennement – et ce depuis près de 400 ans – à la nature et à ses relations avec l’espèce humaine. Le Muséum offre une formation au niveau de la mention de master « Évolution, Patrimoine naturel, Sociétés » et de l’École doctorale 227 « Sciences de la Nature et de l’Homme ».

La prise de conscience environnementale et la sauvegarde de la planète sont au cœur des débats contemporains. Totalement engagé sur ces questions, le Muséum occupe une position de référence grâce à des missions variées : la recherche fondamentale et appliquée, la conservation et l’enrichissement des collections, l’enseignement, l’expertise et la diffusion des connaissances.

Centre de recherche, le Muséum s’appuie sur des travaux en laboratoire et des expéditions dans le monde entier, un grand éventail de disciplines, des collections exceptionnelles et une expertise reconnue. À travers l’enseignement ou les actions de diffusion, il a également pour mission de partager ses savoirs. Avec un objectif clair : rendre les connaissances sur la nature accessibles à tous et sensibiliser le plus grand nombre à la protection de notre planète.

Une des particularités du Muséum est de répartir son activité sur 12 sites dans toute la France. Son cœur historique est situé à Paris, au Jardin des Plantes, qui accueille des laboratoires, des galeries d'exposition, une ménagerie ou des lieux d’enseignement. Citons également deux autres lieux parisiens incontournables, le Parc Zoologique de Paris et le Musée de l’Homme (réouverture prévue pour octobre 2015). Mais il reste encore à découvrir dans tout l’Hexagone deux stations marines, un arboretum, un parc zoologique, des jardins botaniques, un chantier de fouilles préhistoriques, des laboratoires…

Links

Displaying 1 - 20 of 73 articles

Deux études menées, l'une chez l'humain, l'autre chez un petit primate, montrent qu'un régime réduit en calories augmente la longévité. Shutterstock

Manger (un peu) moins permettrait de vivre plus vieux et en meilleure santé

Deux nouvelles études confirment qu’un régime alimentaire moins calorique augmente la longévité. Dans des proportions spectaculaires, au moins chez un petit primate, le microcèbe.
The “hammerhead” of Diversibipalium multilineatum. This species can reach 40 centimeters (16 inches) in length. Pierre Gros

Yes, giant predatory worms really are invading France

Several giant terrestrial Plathelminth species have invaded France and its overseas territories, threatening biodiversity. Thanks to participatory science, the invasion is finally recognized.
Les ichneumons sont des parasites indispensables : ils limitent la prolifération d'insectes ravageurs. Romain Garrouste

Les Français n’aimeraient-ils ni les insectes, ni la nature ?

À l’occasion de la Fête de la nature ce week-end, retour sur le rapport contrarié des Français avec tout « ce qui grouille ».
Les insectes constituraient plus de 70% de la biodiversité du règne animal. Pexels

Biodiversité : quand l’oiseau fait de l’ombre à l’insecte

La biodiversité est vaste. Mais certaines espèces « charismatiques » sont plus étudiées que d’autres. En sont victimes les insectes notamment, pourtant essentiels aux écosystèmes.
Vue aérienne de Paris depuis l’Arc de triomphe en août 2016. L’aspect minéral domine la ville. Pascal Weiland/Unsplash

Les « forêts urbaines », essentielles aux villes de demain

Que ce soit pour des raisons climatiques, sanitaires ou simplement pour le plaisir des yeux, les arbres sont essentiels aux citadins. Nombre de métropoles l’ont déjà compris.
Mâchoire fossile de crocodile, désert du Djourab, Tchad. E. Zivohlava, collection particulière.

La taphonomie, qu’est ce que c’est ?

Tomber sur un os, le rêve de tout paléontologue normalement constitué… Encore faut-il savoir l’analyser, dans son environnement. C’est l’objet d’une science appelée taphonomie.
Sarcophaga carnaria. Auteurs

Scène de crime : quand les insectes mènent l’enquête

Quand l’entomologiste se mue en policier ! L’étude des insectes sur un corps donne de nombreux indices aux enquêteurs sur le lieu et la date de la mort.
Pissenlits jaunes entre les pierres d’un bâtiment. Shutterstock

« En direct des espèces » : la biodiversité urbaine, enjeu de nature ou de société ?

Si elles symbolisent le règne du béton et des infrastructures, les villes abritent aussi une biodiversité variée de mieux en mieux prise en compte.
Certaines espèces de citronniers peuvent être infectées par des viroïdes, et ce n'est pas forcément un mal ! Adam Jones/Flickr

À la frontière du vivant : les viroïdes

Connaissons-nous toutes les formes de vie présentes sur Terre ? Non, la majorité nous est d’ailleurs inconnue. Arrêtons-nous sur le cas des viroïdes, de petites molécules d’ARN aux grands effets.
Détail de Nuit étoilée, Van Gogh. Cathrotterdam -/Wikipedia

La vie a chevauché les météores. Prochain arrêt : xénobiologie

La vie, ailleurs dans l’Univers, et aussi entre nos mains d’humains, à condition qu’elle soit créatrice et altruiste. Voyage en xénobiologie.
Plusieurs botanistes lui ont rendu hommage en donnant son nom à des genres ou des espèces. Ici, l’« Isertia hankeana ». Wikimedia Commons

Sur les traces des botanistes oubliés : Paul Erdmann Isert (1755-1789)

Il a identifié de nombreuses espèces de plantes, conçu un projet d’exploitation agricole en Afrique de l’Ouest, contribué à l’abolition de l’esclavage… Redécouvrons Paul Erdmann Isert.
Un Mautodontha de Tahiti. Les invertébrés sont les grands absents des évaluations de la crise d’extinction qui affecte la biodiversité. Benoît Fontaine/MNHN

Espèces en voie d’extinction : le compte n’y est pas

Si la période d’extinction de masse du vivant que nous connaissons est bien documentée pour les vertébrés, de nombreuses espèces invertébrées échappent aux évaluations.

Research and Expert Database

Authors

More Authors