Sciences Po Grenoble

Créé en 1948, Sciences Po Grenoble fait partie du réseau des Instituts d’études politiques, au nombre de dix sur l’ensemble de la France. Les instituts d’études politiques, appartenant à la catégorie des grandes écoles par leur mode de sélection, coordonnent leurs politiques de développement sous l’égide de la Fondation nationale des Sciences politiques. Parmi ces instituts, l’IEP de Bordeaux et l’IEP de Grenoble constituent depuis les années 60 des IEP dits «d‘équilibre» c’est-à-dire des relais privilégiés en région de la diffusion de la science politique, notamment en matière de documentation et de recherche. Jean-Charles Froment est le directeur de Sciences Po Grenoble depuis le 1er mai 2012.

Links

Displaying 1 - 20 of 30 articles

En patrouille, au contact des riverains. Rama/Wikimedia

Police de proximité, mode d’emploi

Faire de la police de sécurité quotidienne, c’est avant tout vouloir modifier l’organisation de la police en fonction d’une idée moderne de son rôle dans la société.
L'éphémère garde des Sceaux, François Bayrou, lors de la présentation du projet de loi. François Guillot/AFP

La République exemplaire, loin de la coupe aux lèvres

La « moralisation » ou la « confiance » ne peut servir simplement de slogan. La défiance à l’égard de la politique instituée ne se résorbera que par des résolutions tenaces et avisées.
Dans la cour du Louvre, au soir du 7 mai 2017. Eric Feferberg/AFP

Comment photographier un président « jupitérien » ?

L’affiche officielle fixe pour cinq ans l’image du « président jupitérien », celle que les cérémonies s’évertuent à composer depuis l’élection d’Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron, à Paris, le 10 mai 2017. Eric Feferberg/AFP

La présidentielle 2017, accélérateur de transition

Les anciennes forces de gouvernement, PS et LR-UDI, sont directement impactées car elles sont sur les lignes de faille du bouleversement correspondant à la transition entre deux systèmes partisans.
L'élection de 2017 aura connu un pic de votes blancs et nuls. Damien Meyer / AFP

Votes blancs, le bûcher des « voix perdues »

En ajoutant un taux d’abstention dépassant les 25 %, c’est plus d’un électeur inscrit sur trois qui n’a voulu ou tout simplement su, le 7 mai 2017, transformer sa voix en « suffrage exprimé ».
As a French specificity, blank vote is counted but not recognised, despite a steady increase of its usage in many elections in the country. Eric Gaillard/Reuters

Could blank and invalid votes change the result of the French election?

Never before in French presidential elections have commentators and pundits expressed alarming concern about the size of the blank voting.
François Fillon à son QG de campagne, à Paris, le 23 avril 2017. Christophe Archambault/AFP

Après l’échec de la droite, les scénarios de la recomposition

Comment la droite de gouvernement a-t-elle pu en arriver là perdre une élection jugée « imperdable », le désaveu du quinquennat socialiste dans l’opinion laissant augurer une alternance « naturelle » ?
Manuel Valls et Benoît Hamon, au temps où le PS adhérait à l'idée de primaire. Eric Feferberg/AFP

Les primaires, progrès ou recul de la démocratie ?

Même si les primaires ont été créées pour des raisons pragmatiques et avec nombre de calculs sous-jacents, leur succès populaire rendra difficile tout retour en arrière pour les partis.

Research and Expert Database

Authors

More Authors