Hip Hop Management

Hip Hop Management

L’article qui n’existait pas

« Vol au dessus d un nid de coucou ».

Ça commence par un mail adressé par un collègue professeur de finance, et dont le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’est pas vraiment un débutant… L’objet du message : « Kerviel ». Forcément, je suis intrigué et je me précipite pour prendre connaissance du corps du message.

Bonjour Jean-Philippe, Je te recommande la lecture de l’article de Jacques Werren (ancien DG de Matif SA) publié dans Le Monde du samedi 6 février supplément Eco & Entreprise. Il plaide, et il a raison, pour une enquête comptable sur l’ensemble des opérations et des positions ouvertes de Kerviel et de la banque en couverture. C’est technique et très instructif. Ce qu’il dit on l’enseigne mais je ne savais pas qu’aucune enquête comptable n’avait été faite ! Il suspecte la SG d’avoir couvert ainsi ses pertes sur les Subprimes… Amitiés,

Je saisis donc sous Google « Werren + le Monde » et je tombe sur de nombreux liens qui me parlent donc d’un article intitulé : « Affaire Kerviel : plaidoyer pour une enquête comptable ». Le hic : à chaque fois que je clique, ne serait-ce que pour lire la partie freemium (pour reprendre un terme très « business model ») de l’article en question, rien. Erreur 404 : « Tout le monde peut se tromper », suivi du fameux « Désolé, la page demandée n’est pas disponible » pour finir sur ce sublime « Merci pour votre attention ».

Du coup, je jette un coup d’œil à Twitter. Je constate que le président de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines a eu la délicate attention de me faire part d’un papier sur l’intérêt du ministre Macron pour les banlieues. S’il me l’adresse, c’est aussi, je suppose, parce qu’on y parle de… Booba. Merci donc, président !

Ayant déjà vu passer cet article, je me dépêche de trouver ce que j’étais venu chercher. Je tape donc Kerviel dans la barre de recherche. Et là, je tombe à nouveau sur un lien vers l’article du Monde. Je vois aussi que Jérôme Kerviel remercie Jacques Werren, ancien DGA du Matif, pour ce « plaidoyer ».

Et puis, à chaque fois, je clique. Et puis à chaque fois rien.

Alors, tout en prenant soin de ne pas sombrer dans une paranoïa primaire, je me suis juste dit que c’était quand même un peu gros une telle « disparition ». Et que j’allais donc en faire une chronique, de cette affaire de l’article qui n’existait pas. Un tire emprunté à l’ouvrage de Christophe Midler : « L’auto qui n’existait pas ». Puisqu’elle est comme une Lamborghini cette affaire Société Générale, sur laquelle tous les experts en sciences du management butent comme sur de gros dos-d’âne. Super album, magnifique morceau, wonderful clip auquel on souhaite donc une belle victoire de la musique, puisque, quand on a « couronne sur la tête », c’est pas très juste si c’est toujours « le voisin qui gagne la fève » de l’exemplarité

La chute de l’histoire maintenant : j’ai finalement reçu l’article de Jacques Werren en format PDF : « Affaire Kerviel : plaidoyer pour une enquête comptable ». Sous-titré : « La communication des pièces comptables suffirait à éclairer les scénarios possibles, y compris celui d’un camouflage de pertes sur les subprimes derrière la fraude du trader ».

Et je souris en pensant à Jacques Werren. Cet ancien directeur général adjoint du MATIF, ancien directeur financier de banque, avait témoigné, lors du procès en appel de Jérôme Kerviel, en 2012. Un témoignage jugé par les conseils de la Société Générale et par la présidente de la première chambre de la cour d’appel très « romantique ». Puisque, à l’évidence, bien avant le rendu du jugement d’appel dans l’affaire Société Générale, cela faisait déjà longtemps que la réunion et le vote étaient clos.