File 20170821 27163 cvbm1f.jpg?ixlib=rb 1.1

Le black bloc : quand l’antisystème effraie

Les black bloc participe d'une stratégie politique où la mobilisation est éphémère et ponctuelle visant à destabiliser les politiques néolibérales. Rute Pina/Flickr, CC BY-ND

Le black bloc : quand l’antisystème effraie

Difficile de ne pas les remarquer. Cagoulés, vêtus de noir, ils sont des centaines, parfois plus, à défiler lors d’importants événements politiques, parfois localisés, parfois plus internationaux.

Ils, ce sont les black blocs, ainsi désigné par leur tenues. Le black bloc est une tactique qui consiste à manifester tout de noir vêtu, pour assurer l’anonymat et exprimer une critique antisystème.

Le dernier événement en date, le sommet du G20 à Hambourg, en juillet dernier a été remarqué en raison de nombreuses émeutes ayant émaillé la manifestation : affrontements avec la police, destruction (guichets bancaires, voitures) et pillage, le tout accompagné de graffitis, par exemple : « Free hugs for black blocks » (« calins gratuits pour les black blocs »).

Mais qu’est ce que le « black bloc » ? Et pourquoi est-il ainsi montré du doigt à chaque manifestation ?

Le black bloc, diabolisé dans les médias, est souvent tenu seul responsable du chaos lors des manifestations, même si plusieurs participent aux émeutes sans être en tenue de black bloc. Ainsi, Der Spiegel a publié un texte après le G20 qui épinglait les « émeutiers masqués de noir » qui ne seraient « intéressés que par la violence », pour leur préférer la « manifestation réellement politique, plus importante que jamais ». C’est une rhétorique bien connue des altermondialistes.

Derrière le masque

Incarnant des principes des « nouveaux anarchistes », les black blocs fonctionnent sans hiérarchie. Il s’agit de regroupements ponctuels, le temps d’une manifestation. Avant l’événement, le black bloc n’existe pas ; après l’événement, il n’existe plus.

Cette tactique est apparue en Allemagne de l’Ouest vers 1980, dans le milieu de la contre-culture des squats où se retrouvaient qui voulaient vivre et s’organiser en marge de l’État et du capitalisme. Ces Autonomen (« autonomes ») se mobilisaient contre le nucléaire et les néonazis et formaient des black blocs en manifestation et pour défendre leurs squats menacés d’expulsion, dont le squat de Hafenstraße, à Hambourg. Aujourd’hui encore, la manifestation anticapitaliste du 1er mai à Berlin comporte un important black bloc.

La tactique s’est diffusée par les réseaux militants et la musique punk, jusqu’aux États-Unis et au Canada au début des années 1990. La Bataille de Seattle, lors du sommet de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1999, a été un moment très important pour sa diffusion, encouragée par la couverture médiatique. Depuis, la tactique a été reprise par le mouvement anti-austérité, par le mouvement étudiant (France, Italie, Québec) et hors d’Occident au Brésil et en Égypte. On retrouve aussi des black blocs dans des manifestations contre la police.

De par sa proposition esthétique si particulière, cette tactique est relativement facile à reproduire une fois qu’on l’a observée en action, par exemple dans des vidéos de « riot porn » selon l’expression consacrée.

Une video « riot porn » des black bloc.

Or, les black blocs ne représentent pas toujours un corps homogène. En Allemagne, les black blocs sont souvent encadrés par des bannières à la tête et sur les côtés, manifestantes et manifestants défilant bras-dessus, bras-dessous. Ailleurs, les individus en noir restent éparpillés dans une manifestation sans former un bloc, ou se regroupant en plusieurs petits groupes. Des groupes d’appui peuvent accompagner des black blocs, par exemple une fanfare militante et des équipes de premier soin (street medics).

Les black blocs sont différents selon les lieux et les époques en termes de composition de classe, de sexe et de race (pour reprendre le triptyque des des féministes africaines-américaines comme Angela Davis et Patricia Hill Collins). On y retrouve des anarchistes, des communistes, des écologistes, des féministes et des queers, des sociaux-démocrates en colère et des individus aux études, au chômage, occupant de petits boulots, etc. Cela dit, un slogan du black bloc précise : « Qui nous sommes est moins important que ce que nous voulons. Et nous voulons tout, pour tout le monde. »

Devenu une icône de la rébellion, le black bloc est l’objet d’un certain romantisme révolutionnaire. Y participer représente pour plusieurs la preuve d’un radicalisme militant, alors que d’autres y voient l’expression d’une virilité teintée de misogynie. D’ailleurs, des femmes préfèrent former de petits black blocs non mixtes, ce qui leur assure une solidarité plus forte entre elles.

Médias et black blocs

Un des arguments avancés pour discréditer le black bloc consiste à prétendre qu’il retient toute l’attention médiatique au détriment des manifestations non violentes. Or, des spécialistes de la sociologie des communications ont constaté que les manifestations paisibles sont souvent peu couvertes par les journalistes, qui n’en rapportent que rarement les revendications.

En réalité, l’obsession médiatique pour le black bloc bénéficie à l’ensemble de la mobilisation du moment. Il est important, aussi, de retenir les conclusions d’une étude au sujet des retombées médiatiques du black bloc à Seattle en 1999 : la surmédiatisation des « anarchistes » a produit un accroissement substantiel des visites sur des sites Web associés à l’anarchisme (Indymedia, Infoshop, etc.).

Black bloc pendant une manifestation contre la guerre en Irak, 2003. Anarkman/Wikimedia, CC BY-ND

Au Brésil en 2013, des centaines de milliers de personnes visitaient les pages Facebook des black blocs locaux. C’est aussi sur des médias autonomes qu’on peut lire des communiqués de black blocs expliquant leurs motivations, et le choix de leurs cibles : firmes multinationales qui exploitent le salariat et polluent, banques qui maximisent leurs profits en gérant l’endettement collectif, policiers qui protègent l’élite politique et les compagnies privées, etc. Mais pour qui saisit la logique politique anarchiste, pas besoin d’explications : la cible est le message. Les black blocs sont donc une des expressions de l’« ère des émeutes » ou « age of riots », marqué par une crise de la légitimité politique, l’austérité et une militarisation de la police. Dans ce contexte,« l’émeute est le langage des sans-voix », pour reprendre le constat de Martin Luther King.

Quelle violence ?

Des experts en sécurité ou par exemple de l’Italie des années de plomb ont suggéré que le black bloc encourageait le passage vers le terrorisme et des polémistes ont amalgamé black bloc et terrorisme islamiste. Pourtant, le mouvement anarchiste a depuis longtemps abandonné la lutte armée, à l’exception semble-t-il des Cellules de Feu en Grèce (plusieurs membres en prison) et d’un réseau clandestin en Italie.

Les black blocs font usage de violence que certains qualifient toutefois de symbolique. Roscoe Myrick/Flickr, CC BY-ND

Le black bloc n’est pas l’antichambre du terrorisme. Quant aux islamistes, les activistes du black bloc ne partagent pas leurs valeurs ; certains participants à des black blocs ont même rejoints les Kurdes pour combattre l’État islamique.

Quant à la « violence » du black bloc, dans le cadre de l’histoire politique, elle demeure très limitée, notamment en comparaison avec les luttes armée des groupes terroristes d’extrême gauche des années 1970 par exemple – même si briser des vitrines et lancer des projectiles à la police est évidemment criminel.

Cette violence a même été qualifiée de « symbolique » par certains universitaires et assimilée à de la performance artistique. Il s’agit de profaner des symboles du capitalisme (devanture de banque, vitrine de magasins de multinationales du vêtement ou de la restauration rapide, etc.). Certains usent, cependant, de divers moyens afin de défendre la manifestation contre les forces de l’ordre, voire attaquent ces dernières avec divers projectiles (cailloux, bouteilles, feux pyrotechniques, plus rarement cocktails Molotov).

Si cette question de la « violence » soulève bien des débats, la solidarité à l’égard du black bloc s’exprime de plus en plus dans les mouvements sociaux, par exemple de la part d’un syndicat d’enseignants au Brésil qui invitait le black bloc à ses manifestation, d’autochtones lors des mobilisations contre la tenue de Jeux olympiques sur des « terres volées » à Vancouver en 2010, ou dans les « cortèges de tête » contre la Loi travail en France en 2016, où des centaines d’individus manifestaient aux côtés du black bloc. Très souvent l’emporte maintenant la notion de « respect de la diversité des tactiques », formalisée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) de Montréal en 2000.

Il y a maintenant une dizaine d’années, des anarchistes déclaraient que le « black bloc est mort », surtout en raison de la répression policière post-11-septembre. Or cette tactique est encore bien vivante, et elle continue même à se diffuser de mobilisation en mobilisation, et de continent en continent.

This article was originally published in English

Found this article useful? A tax-deductible gift of $30/month helps deliver knowledge-based, ethical journalism.