Articles on élections européennes

Displaying 1 - 20 of 43 articles

Une jeune femme participant à la “Fête de l'Europe” organisée par l'ONG européenne Eurocircle le 9 mai 2014 à Marseille. Boris Horvat/AFP

Peut-on parler d’une identité européenne ?

Peut-on parler d’« identité européenne », thématique chère à de nombreux partis politiques européens ? Réponses et analyses de trois spécialistes de l’identité.
Malgré quelque 1 500 brochures publiées par an, moins de 15 % de la population européenne est capable de répondre à des questions précises sur le fonctionnement de l’UE. Andriano.cz / Shutterstock

UE : ces erreurs de communication qui alimentent l’euroscepticisme

Une diffusion trop massive ou encore la priorité donnée à la communication numérique sont autant d’éléments qui brouillent les messages et creusent le fossé entre les institutions et les citoyens.
Annegret Kramp-Karrenbauer, le leader de la CDU, Tobias Schwarz / AFP

L’Allemagne est-elle encore pro-européenne ?

Si les élites allemandes restent très pro-européennes, un quart de l’électorat outre-Rhin estime que les inconvénients l’emportent sur les avantages apportés par l’Union européenne.
(De g. à d.) Olli Kotro, membre du parti conservateur finlandais. Joerg Meuthen, porte-parole de l'AfD en Allemagne. Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur italien et Anders Primdahl Vistisen, membre du Parti populaire du Danemark, le 8 avril 2019 lors d'une réunion des nationalistes européens à Milan. Miguel Medina/AFP

Le nouveau visage du nationalisme européen

Aujourd’hui, la devise des nationalistes européens n’est plus « L’Europe, tu l’aimes ou la quittes » mais « L’Europe, tu ne l’aimes pas mais tu ne la quittes pas ».
Les partisans du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) célèbrent la victoire devant le siège du parti à Madrid, le 28 avril 2019. Javier Soriano/AFP

Élections en Espagne : des gagnants, des perdants et une surprise attendue

Un parti socialiste ressuscité, des conservateurs aux abois, Podemos en arbitre et le mouvement Vox qui entre au Parlement : c’est un nouveau paysage politique qui a émergé en Espagne ce dimanche.
Le vote des électeurs de l'Union européenne se déroule sur fond de Brexit. Pour la première fois de son histoire, un membre va quitter l'UE. Thierry Zoccolan/AFP

Dossier : Europe 2019, il est temps d’en parler

Avant le vote du 26 mai, The Conversation France publie une série d'articles pour analyser les défis, les changements, les ruptures et les espoirs qui accompagnent l'aventure européenne.
De nombreuses multinationales comme Google ont choisi d'installer leurs locaux européens en Irlande, où le taux d’imposition sur les sociétés est plus bas qu’ailleurs. Laura Hutton / Shutterstock

Le long chemin européen vers l’harmonisation sociale et fiscale

Même si des progrès ont été réalisés ces dernières décennies, la fin de la course au moins-disant social et fiscal apparaît encore comme une perspective lointaine dans l’UE.
Désormais largement favori, Vladimir Zelenski a déclaré sa candidature au dernier moment. Genya Savilov/AFP

La soif de « dégagisme » gagne l’Ukraine

La soif de nouveauté a conduit les électeurs à placer en position de favori un novice en politique alors même que l’Ukraine traverse une triple crise, budgétaire, militaire et sociale.
Malgré les crises à répétition, les projets de changement de gouvernance de la zone euro restent dans les limbes. Philippe Huguen / AFP

Une zone euro plus sociale et plus démocratique ? Les citoyens attendent toujours

Ce dont l’Europe meurt depuis 20 ans, c’est de l’immobilisme des progressistes autoproclamés qui, tout en clamant être les « bons Européens », sont surtout les défenseurs d’un statu quo intenable.
Manifestation à Londres, le 23 mars, en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Niklas Hallen/AFP

Brexit : bientôt une éclaircie dans le fog ?

Tout reste encore envisageable, mais c’est au Royaume-Uni qu’il revient de prendre une décision avant le 12 avril, et d’endosser enfin la responsabilité de ses choix, quels qu’ils soient.
Les pro-Européens protestent contre la coalition au pouvoir, le Parti social-démocrate (PSD), à côté de l'Athénée roumain, lors de la cérémonie de prise de la présidence du Conseil de l'UE à Bucarest le 10 janvier 2019. Daniel Mihailescu/AFP

Peut-on faire confiance à la Roumanie à la tête du Conseil de l’Union européenne?

Avec la Roumanie à la barre de l’UE, certains redoutent une période chaotique. Mais il n’y a pas de raison de (trop) s’inquiéter.
Emmanuel Macron et le président du Conseil italien, Giusepe Conte, le 15 juin 2018 à Paris. Ludovic Marin / AFP

Le clivage France-Italie, premier acte de la campagne des européennes

La relation bilatérale pâtit de conjonctures nationales, mais aussi d’un vaste mouvement de recomposition des forces politiques à l’échelle continentale avant les élections européennes de mai.

Top contributors

More