À Washington, la Bible falsifiée

Le Musée de la Bible, à Washington. Museum of the Bible

Le 22 octobre 2018, le très controversé Musée de la Bible, à Washington, annonçait le retrait de cinq manuscrits jugés contrefaits. Qu’en est-il réellement ? D’où viennent ces fragments et comment sont-ils arrivés là ? Serait-ce l’arnaque du siècle ? Explications.

Le Musée de la Bible

Le Musée de la Bible a ouvert ses portes il y a moins d’un an, le 17 novembre 2017, en plein cœur de la capitale américaine. Un bâtiment de 40 000 m2 sur huit étages entièrement consacré à la Bible et à son histoire, proposant entrée gratuite et animations dignes de studios hollywoodiens : qui donc est à l’origine de ce projet pharaonique ? Un milliardaire nommé Steve Green, patron de la chaîne de magasins Hobby Lobby. Fervent chrétien évangélique, petit-fils de pasteur pentecôtiste, il consacre sa fortune à l’apologie de la foi et de la Bible. Celle-ci est, selon lui, parole de Dieu, exempte d’erreur, autorité ultime et infaillible en matière de foi et de mœurs. Il entreprend de faire l’acquisition des plus anciens manuscrits de la Bible afin de démontrer la constance et la fiabilité des saintes Écritures à travers les millénaires.

Les plus anciens manuscrits de la Bible

Steve Green n’est pas le seul dans la course : d’autres évangéliques américains cherchent, eux aussi, à mettre la main sur les plus anciens manuscrits de la Bible afin de s’acheter une crédibilité scientifique tout en maintenant leur approche fondamentaliste. Les enjeux financiers sont considérables : grâce à l’acquisition de tels manuscrits, un établissement d’enseignement privé évangélique s’est même permis de se comparer au célèbre Oriental Institute de l’université de Chicago, espérant ainsi attirer de nouveaux étudiants prêts à débourser des dizaines de milliers de dollars par an.

Loi de l’offre et de la demande oblige, le prix du moindre fragment se met à flamber. Comptez plusieurs centaines de milliers de dollars pour un confetti de quelques centimètres carrés datant du tournant de notre ère et préservant l’un ou l’autre verset de la Bible. Mais d’ailleurs, d’où viennent ces manuscrits ?

Qumrân, grotte 4. Michael Langlois

Les premiers sont découverts en 1946-47 par des Bédouins qui fouillent les rives de la mer Morte. Cachés dans des grottes près d’un oued appelé Qumrân, emmaillotés et scellés dans des jarres, ces rouleaux ont résisté aux outrages du temps et traversé les siècles pour nous transmettre les plus belles œuvres littéraires du judaïsme antique – y compris la Bible. Ces manuscrits sont vieux de 2 000 ans, alors que la plus ancienne Bible hébraïque connue à ce jour date du Xe siècle après Jésus-Christ. Nous voilà donc soudain projetés 1 000 ans en arrière à la découverte du texte biblique des origines.

Codex d’Alep. http://www.aleppocodex.org

Une Bible infaillible ?

Or, n’en déplaise aux fondamentalistes, les plus anciens manuscrits ne correspondent pas exactement à la Bible que l’on lit aujourd’hui. Les quelque 250 manuscrits bibliques de la mer Morte présentent de nombreuses variantes par rapport au texte classique avec, parfois, des chapitres entiers absents ou déplacés. C’est le cas, par exemple, d’un rouleau des Psaumes conservé au musée Bible et Terre Sainte, à Paris, où le Psaume 31 est immédiatement suivi du Psaume 33, faisant l’impasse sur le Psaume 32.

Manuscrit des Psaumes conservé au Musée Bible et Terre Sainte (4Q98). Musée Bible et Terre Sainte

Il y a plus. Les manuscrits de la mer Morte ont parfois livré plusieurs exemplaires d’un même livre de la Bible ; non seulement ceux-ci divergent du texte traditionnel, mais ils diffèrent également entre eux. On trouve donc, dans la même grotte, plusieurs versions du livre de la Genèse, des Psaumes ou de Jérémie. On trouve même des ouvrages qui seront plus tard rejetés par les autorités religieuses juives et chrétiennes. C’est le cas du livre d’Hénoch, canonisé par l’Église orthodoxe d’Éthiopie mais exclu des autres Bibles juives et chrétiennes.

Livre d’Hénoch en éthiopien (BNF, Manuscrits, éthiopien 49, f. 3 r°).

La Bible, telle qu’elle se présente à Qumrân, est tout sauf immuable et infaillible. Sa table des matières n’est pas finalisée, ses scribes sont aussi rédacteurs, son texte est encore sur le métier. La découverte des rouleaux de la mer Morte est une véritable révolution pour l’étude de la Bible, et ces manuscrits fragiles méritent bien mieux qu’une simple récupération idéologique, religieuse ou politique. Encore faut-il qu’ils soient authentiques.

La Bible falsifiée

Khalil Iskandar Shahîn, dit Kando. Zev Radovan

En 1947, les Bédouins montrent leur trouvaille à un antiquaire de Bethléem surnommé Kando. Il contacte des acquéreurs potentiels pendant que ceux-ci continuent de fouiller la région en quête de nouveaux rouleaux. Lorsque les archéologues entreprennent des fouilles officielles, en 1949, il est déjà trop tard : la plupart des grottes ont déjà été visitées et nettoyées de leur précieuse marchandise. Ils n’ont d’autre choix que de négocier avec Kando, qui s’impose comme fournisseur officiel des manuscrits de la mer Morte.

En 1993, un collectionneur norvégien demande au vieux Kando s’il lui reste des rouleaux. « Ces jours sont révolus ! » lui répond-il. Pourtant, quelques années plus tard, William, l’un des fils de Kando, propose à la vente plusieurs fragments. Personne ne doute de leur authenticité étant donnés la réputation et le quasi-monopole de la famille Kando. Quelques voix isolées se font néanmoins entendre ; en 2006, alors en doctorat, j’émets des doutes quant à l’authenticité de l’un de ces fragments, mais ne puis l’examiner.

La situation change lorsque, en 2012, le même collectionneur norvégien et son équipe me sollicitent pour étudier les manuscrits en sa possession. J’y retrouve le fameux fragment et d’autres plus ou moins douteux. Je repère des incohérences au niveau de la surface et du tracé des lettres, et finis par avouer à mes collègues norvégiens que nombre de ces manuscrits sont, selon moi, des contrefaçons. D’abord surpris, ils acceptent de poursuivre l’enquête et se rallient à mon opinion.

Un manuscrit de la mer Morte (contrefait) du Musée de la Bible. Museum of the Bible

Je réalise alors que le futur Musée de la Bible pourrait, lui aussi, héberger des faux : je crois reconnaître la même écriture maladroite sur une photographie de mauvaise qualité qui circule sur Internet. L’un de nos collaborateurs, Kipp Davis, partage mes doutes et dispose de photographies de meilleure qualité, mais il n’est pas autorisé par le musée à nous les montrer. Lorsque ces manuscrits sont publiés fin 2016, je feuillette l’ouvrage et tombe sous le choc : pas un fragment n’est authentique ! Ce sont tous des faux, copiés par la même équipe de faussaires.

J’alerte mes collègues à plusieurs reprises, y compris lors d’une rencontre scientifique à Berlin en 2017. Le Musée de la Bible, qui s’apprête à ouvrir ses portes, s’exerce au damage control : il maintient l’exposition de ses manuscrits de la mer Morte, mais ajoute un encart indiquant que leur authenticité est remise en question par certains spécialistes. Il décide même de financer des analyses complémentaires. Ce sont ces analyses matérielles qui ont conduit le musée à annoncer, le 22 octobre dernier, le retrait de cinq fragments. Est-ce à dire que les autres sont authentiques ? Non. Ils n’ont tout simplement pas encore fait l’objet des mêmes analyses, accordant ainsi au musée un répit supplémentaire, mais je reste d’avis que les treize manuscrits publiés sont des faux.

Biens mal acquis…

Le Musée de la Bible et d’autres institutions évangéliques américaines se sont targués d’avoir acquis certains des plus anciens manuscrits de la Bible. Ils espéraient ainsi gagner en crédibilité scientifique mais, ironie du sort, c’est l’inverse qui s’est produit, puisque leurs spécialistes ne se sont pas rendu compte qu’il s’agissait de contrefaçons. Pire encore, lorsqu’ils ont été avertis, ils ont fait la sourde oreille jusqu’à ce que les médias ébruitent l’affaire. Sans parler d’autres antiquités, acquises illégalement par le Musée de la Bible qui, pris la main dans le sac, a écopé d’une amende record de 3 millions de dollars. Entre instrumentalisation, contrefaçon et contrebande, ces farouches défenseurs de la Bible semblent avoir oublié un verset pourtant bien connu : « Bien mal acquis ne profite jamais ».


Pour aller plus loin : « Qumrân, le secret des manuscrits de la mer Morte », sous la direction de Laurent Héricher, Michael Langlois et Estelle Villeneuve, Paris, Seuil, 2010. « La Bibliothèque de Qumrân », sous la direction de Katell Berthelot, Michael Langlois et Thierry Legrand, Paris, Cerf, 2008.

Love this article? Show your love with a gift to The Conversation to support our journalism.