Histoire(s) d’école

Displaying all articles

Comment la France a-t-elle mis son « roman national » au centre de l'apprentissage de l'histoire? Planche de la série « Notre Histoire », par Job. « Jeanne d'Arc part pour Chinon ». Éd. Delagrave, Paris, vers 1910. Musée national de l'éducation/Flickr

L’enseignement de l’histoire, cette « passion française »

L’apprentissage de l’histoire de France est souvent considéré comme un vecteur de formation d’un attachement viscéral, indéfectible et jaloux à la nation. Il est peut-être temps de changer les choses.
Quelles Histoire ? Quelle histoire ! (Petit Journal, 10 janvier 1997). patricia m/Flickr

Les programmes sont-ils politiques ?

La constitution des programmes d’histoire pour l’enseignement primaire et secondaire est un exercice délicat. Il faut admettre comme sain que ces contenus nourrissent des débats démocratiques.
Exposition universelle à Londres, 1851. Ce temps fort de la circulation des idées et des savoirs a contribué à l'édifice de l'école républicaine. J. McNeven/Wikimedia

L’école républicaine et l’étranger

L’ouvrage de Damiano Matasci déjoue le piège de la corrélation entre l’école et le modèle républicain français en rappelant les origines internationales de ce modèle.
Screen Shot at.

J’ai lu Céline Alvarez

Comment interpréter le succès de l’ouvrage de Céline Alvarez ? Ce livre nous parle-t-il vraiment d’école ?