Menu Close

Coronavirus : un révélateur de la fragilité du système logistique mondial

Le train de fret entre Wuhan, en Chine, et Dourges, dans le Pas-de-Calais, ne circule plus depuis fin janvier. Decathlon

« Fin d’une révolution, début d’une autre ? », voilà un autre titre que l’on pourrait donner à cet article. En effet, alors qu’est paru l’année dernière, aux Presses universitaires de Provence, un remarquable ouvrage titré « La logistisation du monde : chroniques sur une révolution en cours », coordonné par Nathalie Fabbe-Costes et Aurélien Rouquet, sur la révolution logistique qui s’est opérée durant ces dernières années et qui souligne son omniprésence dans les activités économiques mondiales, l’approche globale et systémique du supply chain management (SCM) est mise à mal par un simple virus.

Ce virus vient lui-même d’un pays reconnu comme l’atelier du monde : la Chine, et dont l’Europe dépend grandement dans des secteurs majeurs de son économie comme l’industrie automobile, l’industrie textile ou, plus interpellant encore, l’industrie pharmaceutique puisque 80 % des principes actifs utilisés dans le monde sont actuellement fabriqués en Chine et en Inde. C’est en tout cas le chiffre alarmant donné depuis le début des années 2010 par l’Académie nationale de pharmacie, dans une dramatique indifférence médiatique.

« La logistisation du monde », interview de Nathalie Fabbe-Costes (Xerfi canal, décembre 2019).

Le charme magique de cette « logistisation » du monde semble aujourd’hui rompu par la découverte, au début du mois de décembre 2019 dans la ville de Wuhan en Chine, d’un nouveau coronavirus. Ce dernier pourrait en effet mettre à mal bien des schémas ou modèles logistiques naissants, comme les block trains convoyant, depuis 2017, des centaines de milliers d’articles de sport Décathlon entre Wuhan, berceau dudit virus, et la ville de Dourges (Pas-de-Calais), en France.

Si le virus continue à se propager, une catastrophe économique sans précédent ne s’annoncerait-elle pas, comme en témoigne déjà le décrochage des principales places boursières fin février 2020 ? À moins que le nouveau coronavirus permette une réelle prise de conscience des méfaits écologiques et sociétaux des chaînes logistiques mondialisées. Alors, bienvenue au sustainable supply chain management ! Peut-être allons-nous aussi, par la force du virus, vers un autre modèle reposant sur des modes de fonctionnement plus durables, ce qui constituerait un premier pas vers une véritable révolution.

L’obsession logisticienne des politiques

Selon toute vraisemblance, le Covid-19, nom donné à la maladie déclenchée par le nouveau coronavirus dont la létalité proprement dite reste toutefois faible (moins de 1 % selon le site Internet spécialisé infectiologie.com), ne devrait finalement provoquer que quelques milliers de décès à travers le monde. Certes, des décès « de trop », mais dont le nombre n’a rien de comparable avec ceux de la grippe espagnole, voire de la grippe saisonnière, qui se traduit chaque année par 300 000 à 650 000 décès à l’échelle de la planète d’après les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

De manière raisonnée, presque « froide », la crise sanitaire du Covid-19 n’est donc liée qu’à un modeste coronavirus de plus, et certainement pas le dernier que nous aurons à affronter dans les prochaines années, ni le plus virulent sur le plan létal. L’affolement qui s’est emparé des milieux économiques ne peut donc qu’étonner les observateurs attentifs : le système capitaliste se remettra sans problème du Covid-19, et nul doute que des entreprises de protection individuelle y trouveront même leur compte !

En revanche, si l’on adopte une approche purement logistique, à travers la présence des fameuses supply chains globales, l’affolement est ô combien justifié. Il explique même la nature apparemment surprenante de déclarations de certains hommes politiques dans les médias. C’est notamment le cas de l’intervention remarquée de Bruno Le Maire, dans un parfait anglais, sur la chaîne TV CNBC le 23 février 2020.

Interpellé sur les impacts économiques pour la France du Covid-19, le ministre français de l’Économie et des Finances souligne ainsi longuement les effets négatifs de la crise sanitaire sur la fréquentation touristique de villes comme Paris. Il prend soin toutefois de conclure fermement :

« Le point essentiel pour nous reste le fonctionnement efficace des chaînes logistiques pour l’industrie française. »

En d’autres termes, ce sont les systèmes mondialisés d’approvisionnement qui dévoilent leur faiblesse, ce que Bruno Le Maire a martelé à plusieurs organisations patronales et représentants de filières industrielles. Finalement, « cette épidémie remet en cause un certain nombre de chaînes de valeur qui sont trop dépendantes de leurs approvisionnements à l’étranger », des propos assez critiques sur des choix industriels anciens rapportés dans la newsletter n° 3 083 de Supply Chain Magazine du 24 février 2020.

Vulnérabilité des chaînes logistiques

L’idée est lâchée : les chaînes logistiques sont très vulnérables, voire dépendantes de sources lointaines (et en partie incontrôlables). La « logistisation du monde » laisse finalement un goût parfois très amer, comme évoqué à propos des principes actifs des médicaments provenant massivement d’Asie.

Ce qui a fait réagir le politique, à nouveau dans la bouche de Bruno Le Maire, comme l’indique la newsletter précitée :

« Nous allons […] identifier les éléments critiques sur lesquels il est indispensable de rétablir une indépendance économique et une indépendance stratégique, et ensuite en tirer les conséquences en termes d’organisation de nos filières. »

Autrement, le rapatriement de la création de valeur en France ou en Europe reste dans ce contexte largement envisageable. Ces recommandations peuvent paraître d’un autre âge, un âge lointain que seuls les plus de cinquante ans ont pu connaître. En effet, leur teneur fait étrangement écho à la « politique de filière » que l’école française de l’économie industrielle, sous la bannière académique de l’Association pour le développement des études sur la firme et l’industriel (ADEFI), ont défendu au début des années 1980, quand il s’agissait de promouvoir de puissantes filières nationales (dans l’informatique ou la sidérurgie, entre autres).

Un peu comme si, par un clin d’œil de l’histoire, le Covid-19 réactualisait ce cher Lavoisier avec son « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » !

Par-delà cette facétie d’une histoire sans cesse rejouée en suivant la même partition, force est de reconnaître que la question de la vulnérabilité est, et sera de plus en plus systématiquement, un élément clé des réflexions à conduire dans le champ du management des risques. Identifier les sources de vulnérabilité pour faire preuve de plus grande résilience, tel sera certainement l’enjeu majeur des prochaines années.

Même si le parallèle peut paraître incongru au premier abord, la crise sanitaire du Covid-19 de début 2020, et la crise des « gilets jaunes » de fin 2018, que nous avons analysée dans nos travaux de recherche, trouvent un point de convergence évident : les économies modernes sont devenues dépendantes, dans leur fonctionnement, de micro-perturbations, de simples grains de sable qui enraillent très vite les rouages de la machine.

Ainsi, que l’on se place à un niveau mondial ou à un niveau local, la paralysie, très rapidement actée, des chaînes logistiques constitue une menace constante qui pèse sur les entreprises et, plus largement, sur nos sociétés.

La fin de la « logistisation heureuse »

Alors que les chroniques rassemblées par Nathalie Fabbe-Costes et Aurélien Rouquet tracent implicitement les contours d’une « logistisation heureuse », le Covid-19 nous ramène peut-être à une réalité plus sombre, une sorte de « logistisation désenchantée ».

Le coronavirus, un grain de sable venu enrayer les rouages de la machine logistique mondiale. Atiger/Shutterstock

Ce désenchantement se présente comme un long processus que le monde occidental subit depuis des décennies. Un monde dans lequel la rationalité de la vision scientifique domine la façon dont les individus vivent, pensent, se construisent.

Il a été agréable de croire que la mondialisation, et les progrès des technologies logistiques, nous libéreraient de nos chaînes en introduisant la rationalité performative du pilotage des flux. En bref, des normes de circulation parfaitement maîtrisées pour servir de plus en plus efficacement, en matière de réduction des coûts et des délais, des marchés de consommation de plus en plus éloignés.

Après tout, la pauvreté n’a-t-elle pas reculé sensiblement sur notre planète durant les dernières décennies grâce aux échanges mondialisés de biens ?

Un nouveau coronavirus pointe son nez, et voilà que nous tremblons à l’unisson de nous voir peut-être privés de notre consommation de masse de biens, de voyages et de spectacles festifs. Étrange paradoxe des temps modernes, celui d’une fragilité insoupçonnée des chaînes logistiques mondialisées dont il faut impérativement prendre toute la mesure en s’interrogeant sur les conséquences de choix industriels qui menacent finalement notre style de vie.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 124,900 academics and researchers from 3,977 institutions.

Register now