Menu Close
Des enfants portant des masques dans une salle de classe.
Des élèves portent des masques alors qu'ils se rendent en classe à Montréal, au mois d'août 2021. LA PRESSE CANADIENNE/Graham Hughes

Crise sanitaire : les finissants du secondaire et les élèves en difficulté ont été les plus affectés

La crise de la Covid-19 a eu l’effet d’une bombe sur les systèmes d’éducation à travers le monde. Dès le début de la crise, au printemps 2020, la scolarisation de plus d’un milliard et demi d’élèves a été interrompue en raison des mesures sanitaires, avec des conséquences majeures identifiées très tôt par l’Unesco.

Ces impacts incluent notamment une réduction du filet de sécurité sociale des enfants, une exacerbation des inégalités sociales et éducatives et un accès nettement insuffisant aux technologies.

L’année scolaire 2020-2021, au cours de laquelle la majorité des élèves ont pu réintégrer l’école au Québec, s’est, elle aussi, accompagnée de nombreux défis dont on ne connaît pas encore tous les effets. On peut penser par exemple aux défis liés à la santé et au bien-être des enseignants et des élèves, à la pénurie de personnel, aux mesures sanitaires mises en place à l’école, aux éclosions de cas menant à la fermeture de classes, voire d’écoles, à l’enseignement en ligne ou hybride, aux nouvelles modalités d’évaluation, etc.

Un suivi des impacts de la pandémie

Nous avons lancé un projet de recherche avec la Chaire Unesco de développement curriculaire (CUDC), en partenariat avec le ministère de l’Éducation du Québec. Nous avons cherché à décrire les impacts de la Covid-19 sur l’organisation, les établissements scolaires, le personnel enseignant et les étudiants lors de l’année scolaire 2020-2021. Je suis le chercheur principal de la subvention associée à ce projet.

Un questionnaire a été envoyé aux élèves et aux enseignants au primaire et au secondaire en deux temps, soit en décembre-janvier et en mai-juin. L’idée était de connaître leurs ressentis par rapport aux effets de la pandémie.

Les résultats préliminaires présentés dans cet article concernent les élèves des trois centres de services scolaires (CSS) participants. Il s’agit de centres de service en région urbaine et périurbaine, dont certaines écoles sont en milieux ruraux. Quatre dimensions liées aux impacts de la Covid-19 ont été évaluées :

  1. Le niveau d’inquiétude par rapport à diverses situations en lien avec la Covid-19, par exemple le fait d’être isolé des autres ou la santé des proches et des membres de la famille ;

  2. Le niveau d’anxiété et de dépression, se traduisant par des troubles d’adaptation liés à des peurs ou inquiétudes excessives, un repli sur soi, une agressivité très réactive, de l’insomnie, de la dépréciation de soi, etc. ;

  3. La motivation, qui comporte deux composantes complémentaires : la valeur, l’intérêt accordé à une matière scolaire, et les attentes de succès (en mathématiques, en français et en sciences) ;

  4. Le bien-être ressenti à l’école, qui se manifeste par exemple par la bonne humeur, le calme ou l’appréciation générale de ses journées.

Certains groupes plus affectés que d’autres

Entre janvier et juin 2021, on constate que les élèves du primaire et du secondaire tendent à s’adapter aux contraintes sanitaires dans leur milieu scolaire. Le niveau d’inquiétude rapporté a diminué légèrement entre ces deux moments, mais significativement. Les filles perçoivent également moins d’impacts de la Covid-19 au mois de juin qu’en début d’année. À noter que les vaccins ont commencé à être administrés massivement durant cette période.

Outre cette tendance générale somme toute positive, les élèves en situation de handicap ou de difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (HDAA) demeurent plus lourdement affectés par la Covid-19. En janvier, les résultats de l’enquête suggéraient déjà davantage d’inquiétude et moins de bien-être chez ces derniers que chez leurs pairs. En fin d’année, cette situation demeurait non seulement inchangée, mais elle se voyait même exacerbée.

Les élèves du deuxième cycle du secondaire présentent également un bilan moins positif que l’ensemble des élèves face aux impacts de la Covid-19. En janvier, ils avaient déjà été identifiés comme étant plus affectés que les élèves de tous les autres cycles et ce, pour toutes les dimensions évaluées (inquiétude, anxiété, motivation et bien-être).

En juin, c’était toujours le cas. Bien que leur perception des impacts de la Covid-19 soit demeurée stable pour la plupart des dimensions, leur capacité d’adaptation semblait moindre que celle observée chez les autres élèves. Cette observation peut sembler contre-intuitive, étant donnée l’amélioration du contexte sanitaire.

Des groupes vulnérables qui auront besoin d’aide adaptée

En général, on observait en fin d’année chez les élèves une certaine résilience et une belle capacité d’adaptation, surtout au primaire. En revanche, au secondaire, l’amélioration entre janvier et juin 2021 était moindre.

L’étude aura permis de cibler deux groupes d’élèves plus vulnérables, soit les élèves HDAA et ceux du deuxième cycle du secondaire. En ce qui a trait à ces derniers, il importe également d’accorder une attention particulière aux finissants de 2020-2021, qui sont actuellement en début de parcours au cégep ou à la formation professionnelle.

En effet, leur moins grande adaptation à la Covid-19 par rapport à leurs pairs en fin de parcours au secondaire pourrait avoir des répercussions dans cette nouvelle étape de leur cheminement scolaire et d’intégration d’un nouveau milieu.

À l’issue de l’étude, nous espérons que les résultats favoriseront la mise en place de mesures d’aide adaptées pour les élèves, particulièrement les groupes vulnérables. Par exemple, des initiatives telles que la bonification de l’offre d’activités parascolaires structurées ou d’activités physiques extérieures peuvent aider l’ensemble des élèves quant à leur bien-être, leur gestion du stress et leur adaptation socioémotionnelle.

Pour une perspective plus approfondie des impacts de la Covid-19 sur les milieux scolaires, la suite du projet comprend une mise en relation des réponses aux questionnaires avec celles issues d’entretiens avec différents acteurs des CSS participants.

Nous allons également analyser les résultats scolaires des élèves pour les années scolaires 2018-2019, 2019-2020 et 2020-2021, afin de tenter de déceler la présence d’une tendance. Des discussions sont également en cours pour poursuivre l’étude dans les années scolaires subséquentes, afin de vérifier les impacts à plus long terme de la Covid-19 sur les enfants et adolescents.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 139,300 academics and researchers from 4,242 institutions.

Register now