Menu Close

Dans la plupart des secteurs, l’énergie reste le moteur principal de l’inflation

Quelle part attribuable aux salaires, aux marges et aux consommations intermédiaires dans chaque secteur pour venir corser la note ?

La hausse des prix et les tensions inflationnistes n’auront échappé à personne. Plusieurs mesures du phénomène sont possibles en fonction de l’indice des prix utilisé, dont le très populaire indice des prix à la consommation utilisé par l’Insee. L’institut statistique mesure ainsi l’inflation à 5,2 % sur l’ensemble de l’année 2022.

Nous avons pour notre part fait usage du taux de croissance annuel des prix de la production. Mesurés à prix courants, ils se décomposent en quatre éléments : le coût des consommations intermédiaires (les éléments que l’on transforme pour aboutir au produit final, également appelés intrants ou inputs), le coût du travail, les impôts nets de subventions sur la production, et l’excédent brut d’exploitation (que l’on appelle aussi les marges brutes). Les trois derniers correspondent à la valeur ajoutée brute.

Les contributions de chacune de ces parties à la hausse du prix de la production ont été calculées par secteur pour une période s’écoulant entre le 4e trimestre 2021 et le 4e trimestre 2022. Les données disponibles portent sur la rémunération des salariés et l’agrégat formé de l’excédent brut d’exploitation et du revenu mixte. Ce revenu mixte des indépendants mélange indistinctement leur revenu du travail et leur excédent brut d’exploitation. Pour les estimations présentées ici, il a été partagé sous l’hypothèse que le revenu horaire du travail des indépendants est identique à celui des salariés du même secteur.

La partie correspondant au revenu du travail des indépendants, ainsi estimée, a été ajoutée à la rémunération des salariés et déduite de l’agrégat qui regroupe l’excédent brut d’exploitation et le revenu mixte du secteur. C’est bien sûr une approximation mais ainsi a-t-on une distinction claire entre coût du travail et marges brutes.

La hausse des coûts des inputs, dont bien sûr l’énergie, est la principale source de la hausse des prix de la production pour tous les secteurs, sauf les services hors sphère marchande. Cette contribution des coûts des inputs est particulièrement forte pour l’industrie, et tout spécialement l’agroalimentaire, pour l’agriculture et l’hébergement restauration.

La hausse du coût unitaire du travail, elle, s’avère la principale source de la hausse des prix de la production des services hors sphère marchande. Pour tous les autres secteurs, elle contribue moins que l’augmentation du coût des consommations intermédiaires.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Par rapport aux marges brutes, le poids du travail reste supérieur dans la construction ainsi que dans le commerce et dans tous les autres secteurs des services. Les marges ont même diminué dans certains secteurs et tirent les prix de production vers le bas. C’est le cas pour l’hébergement restauration, l’information et communication, le transport, les services aux entreprises, les services aux ménages et les services hors sphère marchande.

La contribution des marges brutes à la hausse des prix de production est, a contrario, supérieure à celle du coût du travail pour l’agriculture, l’énergie, l’agroalimentaire, les biens d’équipement, les matériels de transport, et les autres branches industrielles.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 182,300 academics and researchers from 4,942 institutions.

Register now