Au cours des dernières semaines, plusieurs Églises ont renforcé leur présence sur les réseaux sociaux. shutterstock

Des Églises « technos » qui s’adaptent en temps de pandémie

Pour des millions de chrétiens à travers le monde la pratique religieuse en temps de confinement ne se fait plus dans un lieu de culte, mais seuls à la maison, derrière un écran, par le truchement des réseaux sociaux. Or tous les responsables religieux n’ont pas la même maîtrise du numérique comme en témoigne la vidéo rapidement devenue virale d’un prêtre italien qui, utilisant son téléphone pour diffuser la messe en ligne, en a activé par inadvertance les filtres Snapchat.

Si le confinement est une invitation à la créativité, il est également une menace pour les groupes religieux. En effet, les rassemblements sont au cœur des pratiques rituelles et la proximité physique des autres croyants participe pleinement de l’expérience religieuse. Sur un plan sociologique, ces manifestations forment le creuset du sentiment d’appartenance communautaire.

L’une des étymologies les plus célèbres — bien que discréditée — du terme « religion » est d’ailleurs le verbe latin « religere » qui signifie relier. Liens qui peuvent être verticaux (entre les plans divin et humain), mais également horizontaux (entre les personnes). Dès le début du 20e siècle, le sociologue allemand Georg Simmel avançait d’ailleurs l’idée qu’au cœur de la religion se trouvait un type de lien social unique par lequel les individus se trouvent attachés les uns aux autres.

Cela fait près de 15 ans que je travaille sur le protestantisme évangélique en France et au Québec. Intéressé à l’origine par la géographie des lieux de culte, j’en suis venu à réfléchir à la façon dont certaines Églises articulent deux modalités non exclusives de la vie communautaire, le virtuel et le présentiel, et favorisent les points de contact entre les deux.

Le défi auquel les groupes religieux se trouvent confrontés en ces temps de pandémie peut être ainsi formulé : comment assurer des liens communautaires de façon à ne pas « perdre » de fidèles et quels sont les solutions techniques disponibles pour inventer une forme de coprésence qui ne passe pas par la proximité physique ?

Ces « technos » évangéliques

Cette double question peut être abordée à travers l’exemple de l’évangélisme, ce rameau issu de la réforme protestante, parfois qualifié de « christianisme de conversion ». Des pasteurs évangéliques se sont d’ailleurs retrouvés récemment sur le devant de la scène médiatique lorsqu’ils ont ouvertement remis en question la dangerosité de la Covid-19 et la pertinence des mesures de confinement, mêlant considérations théologiques et politiques comme l’a bien montré le professeur André Gagné.


Read more: Covid-19 aux É-U : comment certains prédicateurs ont-ils réagi face à la menace de pandémie ?


Malgré tout, ce type de réactions ne représente que l’écume de la nébuleuse évangélique et laisse dans l’ombre les stratégies déployées par l’immense majorité des Églises locales pour maintenir des liens forts au sein de leurs assemblées, dans le respect des dispositions gouvernementales. L’observation de ces stratégies est d’autant plus pertinente que les Églises évangéliques n’ont pas attendu la crise de la Covid-19 pour effectuer leur virage numérique.

La diffusion de cultes en ligne, l’usage d’applications dédiées pour téléphones intelligents, et l’investissement des réseaux sociaux sont depuis plusieurs années le quotidien de nombreuses Églises, au point que des pasteurs sont guidés par l’idée que leurs Églises ne doivent plus reposer sur l’existence du lieu de culte, mais sur celle d’une communauté « tricotée-serrée ». L’usage précoce d’Internet par les évangéliques n’est guère surprenant puisque, soucieux de convertir, ils ont su s’approprier dans l’histoire récente les différentes innovations techniques : que ce soit la radio ou la télévision avec l’émergence de la figure bien connue du « télévangéliste ».

Présence, gym et fraternité

Comme dans d’autres sociétés sécularisées, l’évangélisme connaît au Québec un dynamisme qui tranche avec l’idée d’un Christianisme à bout de souffle. Au cours des dernières semaines, plusieurs Églises ont renforcé leur présence sur les réseaux sociaux, mettant en pratique trois grands principes :

En premier lieu, la présence continue de l’Église, tout au long de la semaine. Il est hors de question de se contenter de diffuser un culte le dimanche matin et, par la suite, de disparaître du quotidien des fidèles.

Au contraire, l’Église rappelle fréquemment sa présence et tout ce qu’elle est susceptible d’apporter aux individus, apparaissant ainsi comme un point de référence incontournable. Comme le montre l’image de droite provenant de la page Facebook de l’Église 21, des activités sont proposées en direct à différentes heures de la journée tout au long de la semaine.

L’Église ne propose pas que des contenus à caractère religieux. L’Église La Chapelle, par exemple, propose une séance de gym tonique à réaliser chez soi. Comme l’expliquent les auteurs du livre Le phénomène évangélique, une Église se présente comme un « milieu social » au sein duquel l’individu va trouver des réponses à ses différents besoins, qu’ils soient d’ordre religieux ou non.

L’Église La Chapelle propose une séance de gym tonique à réaliser chez soi.

L’ensemble des activités non religieuses offertes sont l’occasion pour les fidèles de conserver une sociabilité intracommunautaire qui a des impacts sur le sentiment d’appartenance à l’Église, lié à l’intensité des relations entretenues avec les autres membres.

Le troisième principe est la mise en avant de la fraternité et du contact humain, alors même que les rassemblements sont interdits.

Les captures d’écran des pages Facebook de l’Église sans frontières et de la Resurgent Church à droite soulignent la place que les contacts physiques occupent dans nombre d’assemblées évangéliques. S’ils sont actuellement rendus impossibles, ils trouvent une alternative dans des groupes « connexion » (Église sans frontières) ou des « Connect groups » (Resurgent Church), termes qui nous ramènent de nouveau à la problématique fondamentale du lien social.

Ces trois grands principes sont au cœur des stratégies déployées par certaines Églises évangéliques québécoises pour poursuivre leurs activités.

Cette vie communautaire intense ne doit pour autant pas être appréhendée comme une solution temporaire vouée à disparaître. L’expérience inédite et radicale imposée par la pandémie aura sans doute des impacts durables sur la définition même de la communauté religieuse et sur les modes d’articulation du présentiel et du virtuel.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 108,600 academics and researchers from 3,567 institutions.

Register now