Guide pour ajuster son prix le mieux possible, pour avoir la meilleure photo, ou obtenir une bonne note de la part des utilisateurs : les plateformes de vide-dressing en ligne professionnalisent les vendeurs et transforment les relations entre particuliers. Luanateutzi / Shutterstock

Le vide-dressing en ligne : un travail volontaire ?

Une recherche menée entre 2013 et 2019 sur la pratique en ligne du vide-dressing montre que le développement des plates-formes spécialisées dans l’achat et la vente de vêtements d’occasion modifie les manières d’échanger entre particuliers.

Ces plates-formes digitales du type Vinted, VestiaireCollective ou Videdressing, font disparaître de nombreuses interactions qui jadis se déroulaient en face à face et contribuent à produire de nouvelles formes de socialités entre les individus.

L’objectif des pratiquantes est avant tout de « shopper » la bonne affaire et de vendre plus et plus vite pour « booster » leur budget shopping.

À la recherche de la performance

Les plates-formes digitales du type Vinted, VestiaireCollective ou encore Videdressing contraignent les utilisatrices à s’adapter à leurs fonctionnalités pour améliorer leurs performances. Elles font ainsi de nombreuses recommandations : quels vêtements proposer, quel prix fixer, comment réaliser ses envois ou encore comment photographier ses articles. Toutes les plates-formes abreuvent leurs utilisatrices de suggestions. Vinted, par exemple, donne six conseils pour faire des prises de vues réussies : « La clé pour attirer l’attention de tes acheteurs et faire des photos bien détaillées ».

Le guide pour réaliser ses photos proposé par Videdressing. Videdressing/Site officiel

Voici six conseils) qui t’aideront à vendre rapidement tes articles ». Toutes ces recommandations entraînent une standardisation de la pratique mais aussi une montée en compétences, voire une certaine professionnalisation des pratiquantes. Comme le souligne Charlotte, utilisatrice de Vinted :

« Il faut être une bonne vendeuse, être gentille, agréable, répondre vite, donner des conseils. Il y a un côté très pro finalement ».

Conseils suggérés par le centre d’aide « Vinted ». Vinted/Site officiel

Une véritable pratique entrepreneuriale

Les pratiquantes veulent gagner de l’argent en entretenant un cycle d’achats et de ventes le plus profitable possible. Pour cela, elles doivent être, comme des professionnelles, développer des compétences clés. L’achat, la vente, le marketing, la finance et la comptabilité n’ont plus de secrets pour elles.

Elles se transforment en « expertes » pour dénicher les meilleurs produits, au meilleur prix et au bon moment. Elles acquièrent de l’expérience pour mettre en avant leurs articles, apprennent à fixer les prix en fonction de la concurrence, à proposer des promotions, à fidéliser les clients et à faire de la communication.

Message d’une utilisatrice de Vinted illustrant une professionnalisation. Vinted/Forum

Elles ont compris la nécessité de faire tourner leur stock pour que celui-ci ne se dévalorise pas et vont parfois jusqu’à utiliser des logiciels informatiques pour comptabiliser leurs achats et leurs ventes. Elles optimisent les espaces de stockage de leur domicile pour ranger au mieux leurs vêtements et sont attentives à l’entretien de leurs articles pour ne pas dégrader leur valeur marchande.

Même l’acheminement des articles est scrupuleusement étudié, les envois sont personnalisés par un petit mot, voire un petit cadeau (échantillons de parfum par exemple). La pratique du vide-dressing nécessite donc aujourd’hui des compétences de gestion multiples qui permettent à certaines pratiquantes de faire fructifier leur capital économique mais également leur capital humain par toujours plus d’apprentissage et d’efficacité.

Mise en concurrence des utilisateurs

Les plates-formes entraînent une professionnalisation des utilisatrices mais également leur mise en concurrence via des systèmes de notation. Les pratiquantes sont évaluées sur les délais d’expédition, sur l’état des articles et sur la description de ceux-ci, sur les termes de la négociation, etc.

Sur Vinted, les utilisatrices peuvent ainsi gagner ou perdre des étoiles, l’objectif étant d’obtenir 5 étoiles ce qui signifie « superbe expérience, l’article correspond parfaitement à sa description.

Être vendeur expert sur Vestiairecollective. Vestiairecollective

Sur Vestiairecollective, elles peuvent devenir « Un vendeur expert » c’est-à-dire reconnu comme fiable et expérimenté. Pour être vendeur expert, il faut réaliser au moins cinq ventes en quatre mois, vendre des articles conformes à la description et faire ses envois dans les délais imposés par la plate-forme (maximum 5 jours).

La concurrence entre utilisatrices des plates-formes est donc rude comme nous le confirme Léonie :

« Si tu ne réponds pas t’es mal noté, il y a des notes, tu as des appréciations après tes envois, si tu as des mauvaises appréciations, alors on n’achète pas dans ton dressing ».

Système de notation mis en place sur Vinted. Vinted

Ce système de notation montre le caractère normatif des plates-formes digitales qui engagent les utilisatrices dans une lutte concurrentielle semblable à celles des enseignes de la distribution.

Des échanges entre particuliers transformés

La pratique du vide-dressing apporte certes de nouvelles compétences, un réel plaisir et même une forme d’épanouissement, mais dans certains cas elle peut devenir invasive. Pour Manon par exemple, le rapport avec l’activité est quasi-exclusif :

« Moi par exemple je suis en train de chercher une maison, plutôt que de chercher, je suis sur vide dressing, mon copain me demande : « tu fais quoi ? » Rien, rien… J’y suis trop, le midi j’ai 2h, au lieu d’être avec mes collègues, je mange en 20 minutes pour retourner voir mes messages… ça devient… comme une drogue ! On a envie d’aller voir. »

La pratique du vide-dressing envahit la vie de certaines pratiquantes au point qu’elle tend à prendre le pas sur d’autres relations sociales. Une relation singulière peut alors se nouer avec l’activité, à la fois en termes d’appétence mais aussi d’intensité et de fréquence. Certaines pratiquantes, en effet, sont immergées dans une relation qui devient tellement chronophage que l’entourage s’en plaint.

Les plates-formes de vide-dressing en ligne transforment socialement et économiquement les transactions entre particuliers. Photographee.eu/Shutterstock

En outre, la nature des transactions marchandes entre particuliers s’oriente davantage vers des relations d’expertes à expertes qui mettent en jeu un savoir-faire marchand de plus en plus sophistiqué. Celui-ci modifie la nature des relations sociales en les orientant vers un fonctionnement de plus en plus concurrentiel.

Alors même que ces systèmes d’échanges de particulier à particulier se paraient de promesses sociales voire environnementales, seule la dimension économique semble animer les adeptes du vide-dressing. Les interactions physiques se raréfient au profit de relations intermédiées par des plates-formes qui standardisent les « bonnes manières de faire » et qui accélèrent les gestes de mise en marché. On peut se demander si ces formes de post-socialité sont le symptôme d’évolutions plus profondes.

Vont-elles par exemple, conduire à s’habituer, voire à cautionner la suppression des caissières et des guichetiers dans la relation de service ou les relations à distance entre un patient et son médecin ? Ou encore, ont-elles déjà une influence sur les conventions de la quête amoureuse ? Autant de questions que ces nouvelles formes d’échanges outillées par les dispositifs numériques commencent à soulever.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 106,000 academics and researchers from 3,380 institutions.

Register now