Menu Close
Elementary or middle school students work on laptops at a table.
Certains élèves auraient du mal à se détacher des idées générées par ChatGPT pour en proposer d'autres. SeventyFour via Getty Images

L’IA influence-t-elle la créativité des élèves ?

Les enseignants du monde entier se demandent s’ils doivent considérer les outils d’intelligence artificielle tels que ChatGPT comme des amis ou des ennemis dans leur salle de classe. Mes recherches montrent que la réponse à cette question n’est pas tranchée et peut tenir de l’un comme de l’autre point de vue.

Dans quelle mesure peut-on apprendre aux étudiants à stimuler leur pensée créative avec ces outils plutôt qu’à simplement compter sur l’IA pour obtenir des réponses ? Voilà l’enjeu décisif à envisager si l’on veut se prononcer sur les atouts ou inconvénients de l’IA en classe. C’est ce que mon équipe et moi-même avons mis en avant dans notre étude sur l’influence de l’IA sur la créativité des étudiants, publiée dans le Journal of Creativity et à laquelle ont participé des chercheurs de l’université de Caroline du Sud, de l’université de Californie à Berkeley et de l’Emerson College.

Dans le cadre de cette étude, nous avons demandé à des étudiants de réfléchir – sans l’appui d’outils numériques – à toutes les façons d’utiliser un trombone. Un mois plus tard, nous leur avons demandé de faire la même chose, mais en se servant de ChatGPT. Nous avons constaté que l’IA peut être un outil de brainstorming pratique, générant rapidement des idées qui peuvent stimuler l’exploration créative. Mais elle peut aussi avoir des effets négatifs sur les capacités de réflexion et la confiance en soi des élèves. Bien que les élèves aient déclaré qu’il était utile de « pouvoir compter sur un autre cerveau », ils ont également estimé que l’utilisation de l’IA était « une solution de facilité » et ne leur permettait pas de penser par eux-mêmes.

Ces résultats invitent à une approche réfléchie de l’utilisation de l’IA dans les salles de classe et à la recherche d’un équilibre qui favorise la créativité tout en utilisant les capacités de l’IA.

Un appui technique pour générer de nouvelles idées

Les étudiants utilisent de plus en plus l’IA comme une aide dans leurs devoirs scolaires. Qu’il s’agisse de rédiger des dissertations, d’apprendre de nouvelles langues ou d’étudier l’histoire et les sciences, les outils d’IA sont en train de devenir un élément essentiel de leur boîte à outils.

Les étudiants ont tendance à considérer que l’IA a un impact positif sur leur créativité. Dans notre étude, 100 % des participants ont trouvé l’IA utile pour le brainstorming. Seuls 16 % des étudiants préféraient faire du brainstorming sans IA.

La bonne nouvelle, c’est que les étudiants de notre étude ont produit des idées plus diverses et plus précises lorsqu’ils ont eu recours à l’IA. Ils ont constaté que l’IA était pratique pour lancer les sessions de brainstorming. D’autres recherches ont montré que l’IA peut également servir de partenaire bienveillant pour le brainstorming, ce qui peut susciter un flux libre d’idées qu’ils pourraient autocensurer dans un contexte de groupe, de peur d’être moqués.

Face à face entre un étudiant et un robot
Il faut apprendre à combiner les technologies avec les processus de créativité humains. Shutterstock

Concernant les inconvénients du brainstorming avec l’IA, des élèves se sont inquiétés d’une dépendance excessive vis-à-vis de la technologie, craignant qu’elle ne sape leurs propres pensées et, par conséquent, la confiance en leurs capacités créatives. Certains ont fait état d’une sorte de « fixation de l’esprit », ce qui signifie qu’une fois qu’ils ont vu les idées de l’IA, ils auraient du mal à s’en détacher et à en trouver d’autres par eux-mêmes.

Les résultats de l’étude indiquent que le fait de permettre aux élèves de tester d’abord à leur créativité indépendamment des outils renforcera leur confiance en eux et en leurs capacités. Une fois qu’ils y seront parvenus, l’IA pourra les aider à poursuivre leur apprentissage, de la même manière qu’on apprend aux élèves à poser des divisions avant de les autoriser à se servir d’une calculatrice.

Garantir une utilisation responsable des outils

Notre étude a principalement exploré l’application de l’IA dans la phase de génération mais nous avons également souligné l’importance des compétences à développer tout au long du processus créatif. Les tâches essentielles que sont la définition des problèmes et l’évaluation critique des idées reposent encore largement sur les apports humains.

Le processus créatif comporte généralement trois phases, à savoir l’identification du problème, la génération d’idées et leur évaluation. D’après notre étude, l’IA est prometteuse pour aider les étudiants dans la phase de génération d’idées. Cependant, les IA actuelles, comme ChatGPT-3, n’ont pas la capacité de définir le problème ni d’affiner les idées pour en faire quelque chose d’exploitable.

[Plus de 85 000 lecteurs font confiance aux newsletters de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Le rôle croissant de l’IA dans l’éducation présente de nombreux avantages, mais il est essentiel de maintenir l’intervention humaine au premier plan.

La prise de conscience des droits d’auteur, des problèmes de plagiat et de « fake news » font partie des défis actuels de la mise en œuvre de l’IA dans l’éducation. À mesure que l’IA générative gagne en popularité, les écoles sont pressées d’établir des lignes directrices pour garantir une utilisation responsable de ces outils. Les considérations éthiques sont essentielles à une relation positive entre la créativité et l’IA.

Nous allons poursuivre nos recherches sur les effets de l’IA sur la créativité, en explorant son impact sur la faculté d’agir, la confiance et d’autres phases du processus créatif. S’intéresser à la place de l’IA dans l’éducation n’est pas seulement une question technique. Il s’agit de façonner un avenir où la créativité humaine et les technologies progressent de concert.


Read more: « L’envers des mots » : Intelligence artificielle générative


This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 179,400 academics and researchers from 4,902 institutions.

Register now