Menu Close
demo.

Naissance de la 8 milliardième personne: voici comment l'Afrique façonnera l'avenir de la population mondiale

A la mi-novembre 2022, la huit milliardième personne naîtra, selon les Nations unies. Dans son analyse de cette étape importante, l'ONU fait deux observations clés. La première est que la population mondiale s'est accrue à son rythme le plus lent depuis 1950. Le taux de croissance est passé sous la barre de 1 % en 2020, une tendance qui devrait se poursuivre. La seconde est que la croissance de la population est due à l'augmentation progressive de la durée de vie humaine en raison des améliorations de la santé publique, de la nutrition, de l'hygiène personnelle et de la médecine. C'est aussi le résultat de niveaux de fécondité élevés et persistants dans certains pays. Selon l'ONU, seuls huit pays devraient être à l'origine de 50 % de la croissance démographique au cours des 30 prochaines années. Cinq d'entre eux se trouvent en Afrique : la République démocratique du Congo, l'Egypte, l'Ethiopie, le Nigeria et la Tanzanie. Les démographes Akanni Akinyemi, Jacques Emina et Esther Dungumaro décortiquent cette dynamique.

Quel est le sens de la huit milliardième naissance?

Elle suscite des inquiétudes : les scientifiques estiment que la Terre peut supporter au maximum entre neuf et dix milliards d'habitants.

Pour apprécier ces chiffres, il faut comprendre la répartition et la structure de la population. Où se trouvent ces personnes dans les régions, les pays, les zones rurales et urbaines ?

L'augmentation de la population présente un avantage potentiel. C'est ce qu'on appelle le dividende démographique. La croissance de la population peut être une bénédiction, en stimulant la croissance économique grâce à l'évolution de la structure d'âge de la population. C'est une perspective si les personnes en âge de travailler bénéficient d'une bonne santé, d'une éducation de qualité, d'un emploi décent et d'une proportion moindre de jeunes personnes à charge.

Mais la réalisation de ce dividende dépend d'un grand nombre de facteurs. Il s'agit notamment de la structure de la population par âge, du niveau d'éducation et de compétences, des conditions de vie, ainsi que de la répartition des ressources disponibles.

Les conséquences de la croissance démographique sont d'ordre socio-économique, politique et environnemental. Certaines d'entre elles peuvent être négatives. Leur déroulement est déterminé par les caractéristiques de la population et sa répartition.

Pourquoi les taux de natalité sont-ils si élevés dans cinq pays africains?

Les principaux facteurs de la croissance démographique dans ces pays sont la faible utilisation des contraceptifs, les taux de fécondité élevés chez les adolescentes et la prévalence des mariages polygames. Il y a aussi le faible niveau d'éducation des femmes, l'investissement faible ou insuffisant dans l'éducation des enfants, et des facteurs liés à la religion et aux idées.

L'utilisation de contraceptifs modernes est généralement faible en Afrique subsaharienne. La prévalence globale est de 22 %. En République démocratique du Congo, cependant, l'utilisation de contraceptifs à courte durée d'action est de 8,1 %. Au Nigeria, elle est de 10,5 %. Le taux d'utilisation est de 25 % en Éthiopie, de 27,1 % en Tanzanie et de 43 % en Egypte.

En ce qui concerne les méthodes de planification familiale à longue durée d'action, à l'exception de l'Egypte, où le taux d'utilisation est supérieur à 20 %, les quatre autres pays moteurs de la croissance démographique dans la région ont enregistré un taux d'utilisation très faible. Ce faible taux d'utilisation conduira logiquement à une explosion démographique.

Certains facteurs associés à une utilisation élevée des contraceptifs en Afrique sont l'éducation des femmes, l'exposition aux informations et aux médias de masse, un bon statut économique et la résidence en milieu urbain.

Le taux de fécondité des adolescents en Afrique subsaharienne - bien qu'il affiche une tendance à la baisse - reste relativement élevé. Le taux de fécondité des adolescentes représente le nombre de naissances pour 1 000 filles âgées de 15 à 19 ans. En Afrique subsaharienne, il s'élève en moyenne à 98 naissances pour 1 000 filles.

Ce taux varie considérablement d'un pays à l'autre : de 52 en Egypte et 62 en Ethiopie à 102 au Nigeria, 114 en Tanzanie et 119 en RDC.

En dehors du continent, le taux de fécondité des adolescentes est de 21 en Asie et dans le Pacifique, et de 26 en Europe orientale et en Asie centrale. Aux Etats-Unis, il est de 15, de 5 en France et de 42 dans le monde.

Le taux de fécondité des adolescents a d'énormes répercussions sur la croissance de la population en raison du nombre d'années qui s'écoulent entre le début de la procréation et la fin de l'âge reproductif d'une femme. Un taux de fécondité élevé dans cette tranche d'âge a également une influence négative sur la santé, le potentiel économique et éducatif des femmes et de leurs enfants.

Un autre facteur de croissance démographique dans ces cinq pays africains est le mariage polygame. Les femmes vivant dans un ménage polygame dans des zones rurales au statut socio-économique faible sont susceptibles d'avoir un taux de fécondité plus élevé que les femmes des autres zones.

La polygamie est illégale en RDC. Néanmoins, elle est courante. Environ 36 % des femmes mariées au Nigeria, un quart des femmes mariées dans les zones rurales de Tanzanie et 11 % de celles d’Éthiopie sont dans des mariages polygames.

Enfin, le niveau d'éducation d'une femme a un impact significatif sur la fécondité. Par exemple, en Tanzanie, les femmes n'ayant reçu aucune éducation formelle ont jusqu'à 3,3 enfants de plus que les femmes ayant reçu une éducation secondaire ou supérieure.

L'augmentation de la population est-elle une source de préoccupation majeure dans ces pays?

Oui.

L'une des plus grandes préoccupations est le niveau du développement de ces pays.

La Banque mondiale classe la RDC parmi les cinq nations les plus pauvres du monde, avec près de 64 % de la population vivant avec moins de 2,15 dollars par jour. Une personne sur six parmi les plus pauvres d'Afrique sub-saharienne se trouve en RDC.

Au Nigeria, environ 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pays d'Afrique de l'Ouest est également confronté à des problèmes d'insécurité, d'infrastructures insuffisantes et de chômage élevé.

La croissance démographique constante dans ces cinq pays exercera une pression supplémentaire sur des infrastructures et des services déjà insuffisants.

En outre, la structure d'âge des populations de ces cinq pays reflète des niveaux élevés de dépendance. La population des jeunes qui ne font pas partie de la population active et celle des personnes âgées sont bien plus nombreuses que celle des personnes dans la force de l'âge (18 à 64 ans) qui ont un emploi rémunéré.

Il existe également une pénurie de personnes potentiellement en âge de travailler et hautement qualifiées par rapport au nombre de personnes qui dépendent d’elles pour leur survie dans ces cinq pays.

Cela s'explique par le fait que ces pays ont une population très jeune. L'âge médian va de 17 ans en RDC à 17,7 ans en Tanzanie et 18,8 ans au Nigeria. Il y a aussi la perspective que de nombreux jeunes vivent dans des réalités socio-économiques défavorables et dans la pauvreté. Dans la plupart des pays, la croissance démographique est la plus faible depuis 1950. Pourquoi ?

La plupart des pays, notamment en Amérique, en Asie, en Europe, en Océanie et en Afrique du Nord, ont achevé la transition en matière de fécondité. En d'autres termes, ils connaissent des niveaux de fécondité inférieurs au seuil de remplacement - moins de deux enfants naissent par femme.

Les principaux facteurs de cette faible fécondité sont l'utilisation accrue des contraceptifs modernes, l'augmentation de l'âge du premier mariage et l'augmentation du nombre de femmes instruites.

Quelles devraient être les prochaines étapes pour les pays africains ayant des taux de fécondité élevés ?

Les politiques et programmes gouvernementaux doivent tenir compte de la croissance démographique et aligner les interventions sur l'utilisation durable et l'accès aux ressources.

Les gouvernements aux niveaux régional, national et infranational doivent également investir dans les infrastructures et l'éducation. Ils doivent créer des emplois s'ils veulent bénéficier de la croissance démographique. Il est également nécessaire de continuer à investir dans le planning familial.

La structure par âge de la population est également préoccupante. La croissance attendue de la population risque d'accroître la concentration de jeunes et de personnes d'âge mûr. Avec des opportunités socio-économiques limitées pour les jeunes, les pays sont plus susceptibles d'être soumis aux forces de la migration internationale.

La proportion de personnes âgées est également susceptible d'augmenter dans les cinq pays concernés. Cela accroît la nécessité d'investir dans la sécurité sociale, les infrastructures et un soutien innovant aux personnes âgées. Malheureusement, les questions relatives aux personnes âgées sont négligées sur le continent.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 158,700 academics and researchers from 4,548 institutions.

Register now