La cataracte est un trouble de la vision qui affecte toute personne vieillissante. Dans les faits, c'est la lentille naturelle de l'oeil, le cristallin, qui perd graduellement sa transparence. Shutterstock

On ne peut empêcher le vieillissement de l'oeil, mais l'apparition de problèmes, oui

Monique a 77 ans. Cette enseignante à la retraite, que j'ai rencontrée en clinique, dit avoir joui d'une vie active et bien remplie avec ses élèves et sa famille. Elle se considère chanceuse d'être en bonne santé. Cependant, elle s'inquiète d'une baisse visuelle récente, qui l'empêche de lire, d'apprécier ses ateliers de peinture, et surtout de conduire en toute sécurité, ce qui lui garantie son autonomie.


Read more: Santé oculaire: les conducteurs voient-ils vraiment ce qui se passe sur la route?


Un examen complet de la vision et de la santé oculaire de Monique permet de trouver rapidement la cause de ses problèmes : elle a développé des cataractes et sa rétine démontre des signes précoces de dégénérescence maculaire.

Les cataractes sont un phénomène normal, découlant du processus de vieillissement de l'oeil et qui affecte tout le monde, sans exceptions. Dans les faits, c'est la lentille naturelle de l'oeil, le cristallin, qui perd graduellement sa transparence, comme une vitre qui se salit avec les saisons. La lumière qui entre dans l'oeil traverse des zones opaques et génère une vision floue, sans possibilité de l'améliorer avec des lunettes, des lentilles ou des loupes. Seule la chirurgie permet de redonner toute sa clarté à l'oeil.

Le vieillissement du cristallin

Le cristallin est particulier et son métabolisme est très fragile. Lorsqu'il est perturbé, le cristallin accumule des dépôts et perd sa transparence. Cette lentille a également pour fonction d'absorber une grande partie des rayons ultra-violets du soleil, afin de protéger la rétine, au fond de l'oeil. La quantité d'UV absorbés s'accumule avec les années, contribuant au vieillissement prématuré du cristallin. C'est pourquoi, il est recommandé de se protéger avec des verres solaires dès le plus jeune âge.


Read more: Soleil : pourquoi il faut protéger les yeux des enfants


D'autres facteurs viennent en perturber le fonctionnement : la prise de certains médicaments comme la cortisone orale, la présence de maladies comme le diabète, ou encore un choc sur la tête peuvent contribuer à l'arrivée et la progression de la cataracte. Très rarement, la cataracte est transmise durant la grossesse, notamment à la suite d'infections (rubéole, toxoplasmose, herpès).

Finalement, des liens très forts ont été établis entre le tabagisme et le développement de cataractes. L'alimentation, par contre, ne semble pas avoir d'impact. Cesser de fumer, tout en protégeant ses yeux avec de bonnes lunettes solaires, sont donc considérés comme des moyens efficaces de retarder l'apparition et l'évolution de la cataracte.

Les implants à la rescousse

Le traitement de la cataracte est assez simple. L'ophtalmologiste procédera à une chirurgie qui permet d'échanger la lentille naturelle de l'oeil avec une nouvelle lentille, nommée implant. Cette chirurgie est très sécuritaire et peut s'effectuer à tout moment du développement de la cataracte, bien qu'habituellement la chirurgie ne sera proposée que s'il y a un impact important sur la vision et la qualité de vie du patient.

Les implants sont permanents et demeurent clairs toute la vie, sans besoin d'être remplacés. Ils peuvent permettre de corriger la vision de loin, y compris s'il y a de l'astigmatisme (implant torique), mais également de près (implant bifocaux ou multifocaux), ce qui évite le port de lunettes par la suite, dans la plupart des cas. Cependant, le patient peut être sujet à la perception de halos et être plus sensible à la lumière. Il faut également s'assurer que la rétine soit en bonne santé, sinon le résultat final ne sera pas très bon.

Des liens très forts ont été établis entre le tabagisme et la dégénérescence maculaire. Shutterstock

C'est notamment le cas de Monique, qui présente également un début de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Il s'agit également d'un phénomène touchant un pour cent des personnes de plus de 40 ans, mais dont la prévalence atteint 30 pour cent à 80 ans.

La population à risque est composée de Caucasiens (origine européenne) et de femmes d'avantage que d'hommes. Les maladies systémiques (tout ce qui touche les vaisseaux sanguins comme le diabète, l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie) et l'obésité sont des facteurs de risque importants, de même que les causes oxydatives (tabagisme, nutrition riche en gras saturés, exposition aux UV).

Prévenir la dégénérescence maculaire

Essentiellement, les meilleures cellules de la rétine, qui permettent une bonne vision (zone maculaire), se dégradent avec le temps, à défaut d'être bien nourries (réseau vasculaire) et accumulent des dépôts empêchant leur fonctionnement normal (lipofuscine).

Les exercices légers, comme la marche, peuvent suffire à retarder l'évolution de la dégénérescence maculaire. Shutterstock

Ces dépôts deviennent visibles sous forme de petites taches jaunes au fond d'oeil (drusen), qui peuvent devenir confluents. La dégradation des cellules s'accompagne également d'un changement de leur coloration (remaniement pigmentaire), un phénomène aussi visible à l'examen de la rétine. On parle alors de dégénérescence maculaire sèche. La vision est plus ou moins affectée en fonction du nombre de cellules atteintes.

Avec le temps, la réaction du système peut entraîner la formation de nouveaux vaisseaux sanguins pour alimenter les cellules mourantes. Ces vaisseaux sont fragiles et n'ont pas de réelle place où se loger. Ils peuvent facilement éclater. Leur formation en membrane, comme des racines envahissant une canalisation, et leur écoulement (hémorragie) contribuent à réduire de façon très sévère la vision : on parle alors de dégénérescence humide. Cette forme plus grave touche 10 pour cent des cas de DMLA mais toute personne atteinte de la forme sèche peut évoluer à ce stade.

Des suppléments nutritionnels

Les traitements de la DMLA sont limités et visent à limiter la progression de la maladie, sans pouvoir la guérir. L'arrêt du tabagisme, une bonne nutrition, faire de l'exercice régulièrement et bien suivre les recommandations du médecin dans le contrôle des maladies vasculaires (diabète, hypertension) permettent de retarder l'évolution de la forme sèche de la DMLA.

Le port de lunettes solaires aide également, même lorsque la journée est plus nuageuse. La prise d'omégas 3, à bon dosage et d'extraits d'huile de poisson, peut aider bien que des résultats plus récents aient remis cette association en question.

Dans des stades plus avancés de la forme sèche, la prise de suppléments nutritionnels oraux (vitamines et anti-oxydants) sont recommandés, sauf chez certains patients au profil génétique particulier.

La forme humide bénéficie depuis peu d'un traitement efficace, par l'injection de médicaments directement dans l'oeil, et qui empêchent la formation des nouveaux vaisseaux sanguins. Ces injections doivent être répétées périodiquement mais permettent de restaurer la vision lorsque l'intervention est faite au moment opportun.

Le cas de Monique est mixte. D'une part, il est possible de grandement améliorer sa vision à court terme avec une chirurgie de la cataracte, pour laquelle elle sera référée en ophtalmologie. Les implants protègent contre les UV, un autre facteur de prévention contre la progression de la dégénérescence maculaire. Elle pourra donc conduire en sécurité et reprendre ses activités. Elle va également surveiller son alimentation qu'elle admet déficiente, et des suppléments d'omégas lui sont prescrits (le stade de sa DMLA est trop précoce pour des vitamines ou anti-oxydants).

Monique ne fume pas et n'est pas médicamentée pour des problèmes vasculaires. Si un jour c'est le cas, elle suivra les recommandations de son médecin et entreprendra un programme léger d'exercices physiques (la marche peut être suffisante). Enfin, elle sera suivie à tous les six mois en cabinet d'optométrie, effectuera des tests simples de dépistage à la maison, et consultera dès qu'un changement sera noté.

Monique est donc rassurée! Elle pourra demeurer active et autonome pour profiter des bons moments de la vie.

[ Vous aimez ce que vous avez lu ? Vous en voulez plus ? Abonnez-vous à notre infolettre hebdomadaire. ]