Polytechnique, 6 décembre 1989 : un premier attentat antiféministe ?

Une femme dépose une rose lors du 26e anniversaire du massacre de Poly, le 6 décembre 2015, à Montréal. Lépine visait des femmes qui se destinaient à un métier non traditionnel. Les nouveaux terroristes veulent punir les femmes parce qu’elles leur refuseraient des rapports sexuels. Presse Canadienne/Graham Hughes

Polytechnique, 6 décembre 1989 : un premier attentat antiféministe ?

En fin d’après-midi le 6 décembre 1989, Marc Lépine, âgé de 25 ans, se présente à l’École polytechnique de Montréal armé d’un semi-automatique.

Il entre dans une classe et ordonne aux hommes de sortir. Seul avec les étudiantes, il déclare « J’haïs les féministes », avant d’ouvrir le feu. Six femmes ne se relèveront jamais.

Le tueur circule ensuite dans l’établissement, tirant sur des femmes, puis entre dans une seconde classe où il vise encore des femmes. Il retourne finalement son arme contre lui. Quand la police intervient, il est trop tard. Quatorze femmes sont mortes, soit 13 étudiantes et une adjointe administrative : Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte, Barbara Klucznik-Widajewicz.

Presque trente ans plus tard, de jeunes hommes commettent des meurtres de masse contre des femmes, cette fois sous prétexte d’être privés des rapports sexuels. Ces « célibataires involontaires » (Incels) sont célébrés sur des médias sociaux où se croisent des appels au meurtre et au viol de femmes, ainsi que des propos racistes.

Alek Minassian, le présumé auteur du carnage à la voiture bélier, survenu en avril 2018, à Toronto, s'est réclamé des Incels. La très grande majorité des victimes étaient des femmes.

Des membres de la famille d'une des 10 victimes de l'attaque au camion-bélier assiste à une vigile en mémoire des victimes, au Mel Lastman Square, à Toronto, dimanche le 29 avril 2018. Presse Canadienne/Frank Gunn

Marc Lépine visait des femmes qui se destinaient à un métier non traditionnel, sous prétexte qu’elles prenaient la place des hommes. Ces nouveaux terroristes veulent punir et terroriser les femmes parce qu’elles leur refuseraient des rapports sexuels auxquels ils prétendent avoir droit. Tous ces meurtres de masse constituent, en définitive, du terrorisme contre les femmes et les féministes.

Mais ose-t-on aujourd'hui utiliser ce mot pour décrire et analyser ces événements tragiques ?

Bataille d’interprétation

Le soir même de la tuerie de Polytechnique, Radio-Canada révèle au public que le « tireur fou » n’a tué que des femmes, alors que des hommes expliquent sur les lignes ouvertes radiophoniques qu’ils comprennent le tueur et rêvent de l’imiter.

De leur côté, les féministes organisent une marche à la chandelle. La semaine suivante, une foule se recueille devant 13 cercueils exposés dans le Hall d’honneur de l’Université de Montréal (une famille a opté pour des cérémonies privées). Les murs des couloirs sont couverts de messages envoyés par télécopieur par les écoles et les firmes de génie du monde entier.

Des funérailles sont célébrées à la Basilique Notre-Dame de Montréal, malgré des voix qui dénoncent cette récupération par l’Église catholique, une institution contrôlée par des hommes.

Dès les premiers jours s’engage une bataille mémorielle pour déterminer comment expliquer cette attaque, déjà qualifiée d’« historique » par plusieurs journalistes. On s’interroge à savoir si le tueur était simplement fou ou plutôt misogyne.

Deux femmes assistent à une manifestation dénonçant la violence faite aux femmes, le 6 décembre 2013, à Montréal. Au fil des années, la journée commémorative de l'attentat de Polytechnique a pris des dimensions différentes. Presse Canadienne/Graham Hughes

Une étude de trois quotidiens (Le Devoir, La Presse, Globe & Mail), portant sur les années 1989-1990, 1999-2000 et 2009, a permis de distinguer plusieurs discours mémoriels qui se complètent ou se confrontent.

Du côté féministe, il s’agit d’un crime misogyne et antiféministe, puisque le tueur ciblait des étudiantes en génie. Cet attentat s’inscrit aussi dans le continuum des violences contre les femmes. Enfin, quelques hommes proféministes en appellent à une autocritique. D’autres voix rendent responsables soit la violence à la télévision ou le protocole d’intervention de la police.

Un groupe de pression, formé de survivantes et de parents de victimes, demande que l’on interdise le type d’arme utilisé par le tueur, tout en exigeant un meilleur contrôle des armes à feu. Un « registre des armes à feu » sera instauré en 1995 par le gouvernement fédéral (le Parti conservateur l’abolit en 2012).

L'activiste Heidi Rathjen, lors d'une conférence presse prônant un meilleur contrôle des armes à feu, à Montréal, le 28 novembre, 2014. Presse Canadienne/Graham Hughes

L’événement stimulera aussi l’expression d’un antiféminisme plus ou moins virulent. Des Catholiques demandent aux féministes de garder le silence pour respecter les proches des victimes.

Sans jamais avoir consulté le tueur ni son dossier médical, des psychologues prétendent qu’il souffrait de troubles de la personnalité. Cette psychologisation du meurtre avait pour effet de le dépolitiser.

Un processus similaire a été observé à la suite de l’attentat contre la Mosquée de Québec, en janvier 2017, où six Musulmans ont été assassinés.

D’autres voix — dont celle du psychologue Guy Corneau — ont prétendu que le massacre de Polytechnique était la conséquence de « l’absence du père » et l’expression d’une « crise de la masculinité ». Pour certains, il s’agissait même d’une réaction masculine normale, après tant d’avancées des femmes grâce au féminisme.

Les médias ont aussi relayé l’information (fausse) que l’École polytechnique aurait refusé la demande d’admission de Marc Lépine (il y avait alors moins de 20% d’étudiantes).

Onze mois après la tuerie, la journaliste Francine Pelletier a reçu une copie de la lettre de suicide retrouvée sur le corps du tueur. Il y expliquait ses motivations politiques et fournissait une liste de 18 femmes (et d’un groupe d’hommes antisexistes) qu’il désirait tuer, soit des personnalités féministes ainsi que la première policière, la première pompière, etc. Se qualifiant d’« érudit rationnel », le tueur avait même anticipé qu’on le qualifierait de « tueur fou », alors qu’il exprimait très clairement ses motivations politiques.

Enfin, le courant antiféministe « masculiniste » a reproché aux féministes d’avoir « récupéré » et même tiré profit de l’attentat. Quelques individus se sont même identifiés au tueur, par exemple dans des menaces adressées à des femmes. Cette référence au tueur se retrouve encore aujourd’hui dans plusieurs cyberattaques, par exemple contre des féministes travaillant à l’UQAM. Un site Web ouvertement antiféministe a même été dédié au tueur, qualifié de « héros et martyr ».

Terrorisme

En décembre 2009, des féministes ont alors proposé de penser la tuerie de 1989 comme un « attentat terroriste » antiféministe, puisque le tueur ne visait pas seulement les étudiantes (victimes directes), mais cherchait aussi à terroriser toutes les féministes (cibles ultimes).

Il aura donc fallu vingt ans pour parvenir à parler d’un « attentat terroriste antiféministe ».

À l’UQAM, l’évènement « Se souvenir pour agir », proposait à la fois une colloque international, une pièce de théâtre de Pol Pelletier, un spectacle de musique, une exposition d’art des Guerrilla Girls, une exposition thématique et un rassemblement organisé par la Fédération des femmes du Québec (voir le DVD du livre Retour sur un attentat antiféministe.

En 2014, la 25e commémoration a été l'occasion d'organiser une grande cérémonie à laquelle assistaient nombre de dignitaires, et le collectif Moment Factory a créé une œuvre lumineuse composée de 14 faisceaux s'élevant à la verticale du belvédère du mont Royal.

Quatorze faisceaux lumineux scintillent dans le ciel de Montréal, le 6 décembre 2017, lors du 28e anniversaire du massacre de Polytechnique. Presse Canadienne/Ryan Remiorz

Comme on l'a vu, la lutte pour imposer une interprétation de l'événement du 6 décembre 1989 se poursuit au fil des décennies, mais la distance qui se creuse semble permettre aux féministes d'être mieux entendues dans l'espace public.

À une époque comme la nôtre, obsédée par le terrorisme, il semble cependant qu'il soit encore difficile de considérer, hors des milieux féministes, les meurtres de masse contre les femmes comme du terrorisme. Et ce, même si ces attaques relèvent bien de cette logique.

Support evidence-based journalism with a tax-deductible donation today.