Menu

Pourquoi le Covid-19 fait-il plus peur que les maladies chroniques ?

Nous vivons dans une société où les épidémies sont devenues culturellement inacceptables. Unsplash

Jusqu’au XXe siècle, les maladies infectieuses constituaient la première cause de mortalité. Aujourd’hui, elles causent 15 % des décès dans le monde, loin derrière les pathologies chroniques (maladies cardio-vasculaires, cancers, diabète, etc.), dites aussi « maladies non transmissibles ».

Répartition en pourcentage pour l’année 2016 dans le monde. Données de l’OMS

Ces dernières sont en effet responsables de près des trois quarts des décès, plus de 40 millions de personnes en 2016.

Pourtant, cette même année, l’Organisation mondiale de la santé recensait plus de 200 épidémies.

Répartition en pourcentage pour l’année 2016 en France.. Données de l’OMS

À l’échelle de la France, la prévalence des maladies chroniques est encore plus flagrante : 9 décès sur 10 leur sont imputables, soit près d’un demi-million en 2016. Ces chiffres sont sans commune mesure avec ceux du Covid-19.

Alors pourquoi l’épidémie actuelle suscite-t-elle une telle psychose dans la population ? La perception du risque contribue à éclairer ce paradoxe.

Une affaire de biais

Les experts parlent de risque en termes statistiques depuis que les philosophes et mathématiciens Blaise Pascal et de Christian Huygens l’ont formalisée comme une loterie avec des gains ou pertes dotés d’une probabilité objective. Mais lorsque l’on s’intéresse à la perception du risque par le public, il ne s’agit plus de mathématiques : la sévérité perçue prend le pas sur la probabilité d’occurrence.

Cela explique que beaucoup de personnes appréhendent plus les trajets en avion qu’en voiture. Les accidents sont certes largement plus nombreux sur la route, mais les rares accidents d’avion sont souvent fatals.

Pour comprendre la peur suscitée par le Covid-19, il faut donc regarder au-delà des chiffres.

De nombreux biais cognitifs influencent la perception de risque. En particulier, l’incertitude est un profond amplificateur de risque perçu. Le professeur de psychologie Paul Slovic a démontré que les caractères potentiellement mortels (même rares), nouveaux, difficilement détectables, difficilement contrôlables par soi, et méconnus sur le plan scientifique augmentent la perception de risque.

Le Covid-19 réunit tous ces ingrédients, contrairement aux maladies chroniques, certes beaucoup plus mortelles, mais anciennes, mieux connues, en partie évitables par une meilleure hygiène de vie personnelle.

De plus, le confinement, dont l’objectif est de contrôler la propagation de l’épidémie, augmente la perception de risque, multidimensionnelle. A la dimension physique du Covid-19, liée à la santé, le confinement ajoute les six autres dimensions relevées dans la littérature académique.

La restriction de liberté renvoie à la dimension psychologique du risque perçu, et l’isolement, à la dimension sociale. L’arrêt de nombreuses activités économiques résonne avec les dimensions financière et de performance. La durée du confinement active la dimension perte de temps. Quant à l’accroissement consécutif des inégalités, il évoque la dimension éthique. Le confinement actionne donc toute la gamme du risque perçu.

Des épidémies devenues inacceptables

Si la perception du risque dépend des individus, elle est aussi socialement construite. Les chercheurs Mary Douglas et Aaron Wildavsky, spécialistes d’anthropologie et de sciences politiques, ont montré le rôle de l’environnement culturel et institutionnel.

En effet, la perception d’un même risque varie selon la force des liens sociaux et le type de hiérarchie dans le groupe. Contrôler les risques revêt donc une dimension politique car cela renvoie à la place de l’État et à sa façon d’exercer le pouvoir.

Virus responsable de l’épidémie de « grippe de Hongkong » en 1968. Wikimedia

Cela se traduit dans l’évolution de nos attentes vis-à-vis de l’État. Jusqu’à la fin du XXe siècle, les épisodes épidémiques étaient tolérés avec une forme de fatalisme, en témoignent la « grippe asiatique » de 1957 et la « grippe de Hongkong » de 1969. Nombre de nos concitoyens les ont vécues, et pourtant nous avons oublié ces précédentes pandémies, aidés en cela par le biais de disponibilité qui nous fait accorder plus de poids aux événements récents.

Aujourd’hui, la population française n’accepte plus que des épidémies tuent des dizaines de milliers de personnes sans réponse de l’État. Notre société, habituée au principe de précaution, attend une réaction politique forte et est prompte à désigner des coupables.

La tyrannie des émotions

À cela s’ajoute l’amplification sociale du risque, encore plus manifeste à l’heure des chaînes d’information en continu et des réseaux sociaux. Parmi les facteurs d’amplification identifiés par les chercheurs figurent en effet le volume d’information – indépendamment de sa véracité et de sa qualité – et la dramatisation.

Dans un contexte d’infobésité et d’infox jouant sur les ressorts émotionnels, l’amplification sociale du risque lié au Covid-19 est donc maximale. Ce, d’autant plus que la globalisation donne accès à des informations (avérées ou non) du monde entier. Cela oblige les États à renchérir pour rester audibles et crédibles. La communication politique relève dès lors du numéro d’équilibriste, pour à la fois sommer les citoyens de respecter les règles de protection et leur donner foi en des lendemains meilleurs.


Read more: Sommes-nous vraiment en guerre contre un virus ?


Finalement, puisqu’une pandémie n’est plus aujourd’hui culturellement acceptable, sans doute était-il nécessaire d’amplifier la perception du risque lié au Covid-19, quitte à créer une psychose collective, pour que les individus s’engagent et respectent le confinement. La question qui se posera bientôt est celle de la confiance à restaurer. On peut compter sur le biais de disponibilité pour collectivement effacer cette pandémie. Espérons néanmoins qu’elle laisse suffisamment de traces pour générer des réponses durables.


Cet article a été rédigé à la suite d’un appel à contributions flash de la Revue française de gestion dans le contexte de la crise sanitaire engendrée par le virus responsable du Covid-19.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 113,100 academics and researchers from 3,687 institutions.

Register now