Christiane Denys

Après avoir été recrutée comme chargée de recherche au CNRS (ISEM, Université Montpellier II) de 1989 à 1996, je suis devenue professeure en zoologie en 1996 au Museum national d’Histoire naturelle ; d’abord dans le laboratoire « Mammifères et Oiseaux » puis en 2003 dans l’Institut de systématique et évolution de la biodiversité (ISYEB), UMR 7205 MNHN-CNRS-EPHE-UPMC-Sorbonne Université.

Paléontologue de formation, j’ai soutenu une thèse de 3e cycle en sciences naturelles (mention paléontologie) à l’Université Paris VI (UPMC) puis une thèse de doctorat d’État en paléontologie (1990) à l’UPMC.

L’étude de l’évolution des rongeurs fossiles d’Afrique orientale et australe des sites à hominidés du Plio-Pléistocène m’a amenée progressivement à m’intéresser à la connaissance de leur homologues actuels ; progressivement, je me suis spécialisée dans la taxonomie et la phylogénie des rongeurs actuels d’Afrique sans négliger pour autant leurs homologues européens.

Ainsi, mes thèmes de recherche concernent actuellement la systématique (taxonomie intégrative) et l’évolution des petits mammifères, l’approche intégrative de la 6e extinction, les patrons d’évolution morphologique des rongeurs et autres petits mammifères africains, l’étude du régime alimentaire et l’analyse taphonomique d’assemblages de restes de rapaces nocturnes et diurnes d’Europe et d’Afrique, ainsi que l’étude paléontologique de sites fossiles Plio-pléistocènes.

J’ai ainsi publié des révisions taxonomiques de rongeurs mal connus et dirigé plusieurs missions d’inventaires de la biodiversité des petits mammifères africains.
Certaines régions restaient encore peu explorées ou ne l’avaient pas été depuis les années 1940-60, comme le parc de Zakouma (Tchad), le parc du Selous (Tanzanie), la Guinée-Conakry et la chaîne des Monts Nimba, les montagnes de la ligne volcanique du Cameroun. Ces zones ont livré une très grande richesse en espèces de rongeurs, musaraignes, chauve souris et deux nouvelles espèces de rongeurs ont été décrites. Les processus de fossilisation et l’origine des sites paléontologiques constituent également un volet important de ma recherche et de mon enseignement.

En plus de la recherche, je suis chargée de la collection de rongeurs. Cette collection comprend plus de 60.000 rongeurs conservés en peaux, crânes, squelettes ou en alcool. C’est l’une des premières au monde concernant les spécimens d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale. Cette collection a servi de support à la réalisation d’un Atlas des rongeurs d’Afrique sub-tropicale publié en collaboration en 2015.

Je suis la rédactrice en chef de la revue « Mammalia » (Walter DeGruyter Publishers) depuis 1999 et éditrice associée du « Journal of Taphonomy » (Prometheus Press & the Palaeontological network Foundation, Teruel, Espagne).

J’ai partipé à de nombreux articles de diffusion scientifique et fait des conférences grand public. J’ai été conseillère scientifique pour l’attraction les « Animaux du Futur » (Futuroscope) ; plus récemment, mes activités scientifiques portant sur les relations entre le rat à mamelles multiples et la fièvre de Lassa en Guinée-Conakry ont été présentées en 2014 dans le documentaire diffusé sur Arte « Dans les coulisses du muséum », réalisé par Stéphane Bégoin (Morgane Production).

Experience

  • –present
    Professeure en zoologie, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités