Marc Abélès a consacré ses premiers travaux, sous la direction de Claude Lévi-Strauss, aux pratiques politiques d’une société d’Ethiopie méridionale (Ochollo). Par la suite il a mené des recherches sur le politique et les institutions dans les contextes français et européen en reprenant plusieurs questions abordées à propos des Ochollo. L’élection, les pratiques d’assemblées, la symbolique politique sont au coeur de ses travaux sur la vie politique en Bourgogne (Jours tranquilles en 89, 1989), sur les rituels de François Mitterrand (Anthropologie de l’État, 1990), sur l’Assemblée nationale (Un ethnologue à l’Assemblée, 2000), sur les avatars de la représentation politique (L’Echec en politique, 2005) et sur le Parlement européen (La vie quotidienne au Parlement européen, 1992). En 1993, à la demande de la Commission européenne, il a dirigé une recherche anthropologique au sein de cet organisme. Plus récemment il a abordé la question de la globalisation dans deux perspectives différentes dans Politique de la survie (2006) où il traite du déplacement du politique et de l’émergence de nouveaux lieux de pouvoir, et dans Anthropologie de la globalisation (2008) où il analyse les conséquences épistémologiques des bouleversements produits par la globalisation et propose de nouvelles orientations pour l’anthropologie.

Experience

  • –present
    Directeur de recherches, École des Hautes Études en sciences sociales (EHESS)