Menu Close
Chercheur en agronomie, photographe, accueilli à l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA, Dakar), Cirad

Quels sont les facteurs naturels et anthropiques qui conduisent à une fragilisation de l'agriculture africaine ? Dans quelle mesure l'agroécologie apporte-t-elle des réponses convaincantes ? Comment travaillent les chercheurs, les paysans et les militants qui portent le projet agroécologique pour l'Afrique ? Pourquoi la transition agroécologique tant espérée tarde-t-elle à survenir ?

Pour moi, science et photographie constituent deux moyens complémentaires et indissociables pour aborder ces questions complexes. J’utilise régulièrement la photographie dans le cadre de mes missions de terrain, afin de témoigner des déséquilibres qui touchent les systèmes agro-sylvo-pastoraux africains, et pour mettre en valeur les personnes porteuses de solutions comme l'agroécologie. Au démarrage, tout cela n'était pour moi qu'une passion pour l'image. Mais progressivement, la photographie a pris toute sa place dans ma palette d'outils de chercheur de terrain. Je l'utilise aujourd'hui comme un moyen complémentaire de la méthode scientifique pour produire des connaissances et alimenter une réflexion transversale sur l'agriculture africaine.

Agronome de formation, j’ai appris le métier de chercheur-photographe au contact du terrain, à travers de longues périodes d’immersion en brousse. Mes premieres missions m’ont conduites à étudier le fonctionnement des systèmes agraires et des filières agroalimentaires (« de la fourche à la fourchette ») dans divers contextes : Tanzanie (2009), Rodrigues et Maurice (2010), Yémen (2011), Kenya (2012) et enfin la Corse (2013-2016) lors de mes années de doctorat. Ces missions de longue durée (6 mois par pays en moyenne, sauf pour la Corse) ont été autant d’occasions pour aiguiser mon regard de chercheur et pour apprendre l’art de photographier. J’ai publié pour la première fois mes photos dans un ouvrage que j’ai rédigé à l’issue de ma thèse. L’ouvrage raconte, images à l’appui, l’histoire de la filière clémentine de Corse, et la manière dont cette dernière a su se démarquer en valorisant le terroir et la typicité.

J’ai été recruté en tant que chercheur au CIRAD en 2017, puis affecté au Sénégal en 2018. Ma mission consiste à comprendre et appuyer la transition agroécologique au Sénégal et en Afrique subsaharienne. Depuis lors, je me déploie partout au Sénégal ainsi que dans d’autres pays (Kenya, Benin, Côte d’Ivoire) avec un travail qui s’organise en trois volets.

Le premier volet consiste à comprendre la réalité du monde agricole africain au travers d’enquêtes menées chez les producteurs et les acteurs des filières agroalimentaires. Je mobilise des cadres analytiques et méthodologiques issus de l'agronomie système et des études de transition afin de comprendre les causes de blocage qui freinent le déploiement des innovations agroécologiques, que ces dernières émanent du monde de la recherche ou bien du monde paysan. Le second volet de mon travail consiste à accompagner les équipes de chercheurs qui conçoivent des innovations agroécologiques (outils de lutte biologique, systèmes de culture sans pesticides…). Mon rôle est de proposer des méthodes de co-conception qui prennent en compte les réalités et les contraintes les paysans africains. Le troisième volet de mon travail consiste à accompagner les mouvements sociaux qui émergent autour de l’agroécologie au Sénégal et en Afrique de l’Ouest.

À ce titre je suis particulièrement impliqué dans la vie de la Dynamique pour une Transition Agroécologique au Sénégal (DyTAES), mouvement social que j'accompagne à la fois en tant que scientifique et que photographe. La DyTAES est un réseau sans reconnaissance légale, mais structuré, qui a réussi l'exploit de fédérer l'ensemble des acteurs de l'agroécologie sénégalaise (ONG, recherche, organisations paysannes, élus engagés…) dans un seul but : promouvoir l’agroécologie par le plaidoyer, la sensibilisation et l’accompagnement des territoires en transition. C’est la première fois qu’une alliance d’une telle nature apparait en Afrique.

Experience

  • –present
    Agronome, Cirad

Education

  • 2016 
    INRAE / Université de Corse, Docteur en agronomie