Menu Close
A group of girls walk towards a store within a small town.
Des résidents se dirigent vers le magasin Northern Store où sont vendus la plupart des produits alimentaires et des marchandises à Nain (T.-N.-L.). LA PRESSE CANADIENNE/Darren Calabrese

Une alimentation culturellement adaptée pourrait paver la voie à la sécurité alimentaire dans l’Arctique canadien

Avec l’augmentation du prix du panier d’épicerie, la sécurité alimentaire devient une préoccupation de plus en plus importante pour les Canadiens. Cependant, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne face à l’augmentation des coûts.

Dans l’Inuit Nunangat – le territoire des Inuits du nord canadien –, la situation est alarmante. En 2017, dans l’une des nations les plus riches du monde, 76 % de la population inuite a été confrontée à l’insécurité alimentaire, une statistique sombre qui a probablement empiré en raison du contexte actuel du prix des aliments.

La question omniprésente de l’insécurité alimentaire chez les Inuits, qui est étroitement liée à des effets néfastes sur la nutrition et la santé mentale, constitue l’une des crises de santé publique les plus persistantes et les plus graves auxquelles est confrontée une partie de la population canadienne.

Mais il existe des solutions. Des solutions qui incluent des systèmes alimentaires culturellement adaptés qui garantissent l’accès à des aliments abordables, nutritifs, sûrs et prisés. En outre, de nouvelles pistes de recherche axées sur les déterminants de la santé propre aux Inuits peuvent inspirer des mesures qui leur sont spécifiques pour prévenir l’apparition de maladies associées à l’alimentation et à l’insécurité alimentaire.

Le programme interdisciplinaire Sentinelle Nord de l’Université Laval a récemment regroupé les connaissances de ses équipes de recherche pour offrir de nouvelles perspectives sur les liens entre la sécurité alimentaire, la nutrition et la santé métabolique. L’intégration des connaissances de différentes disciplines est primordiale pour aborder les problèmes complexes tels que celui de l’insécurité alimentaire dans le Nord.

Les enjeux de la sécurité alimentaire dans l’Arctique

La sécurité alimentaire dans l’Arctique revêt plusieurs aspects et est liée à l’accès, à la disponibilité, à la sécurité et à la qualité des aliments traditionnels (aliments récoltés, chassés, pêchés et cueillis sur terre, dans les rivières, les lacs et la mer) et des aliments achetés en magasin.

Au cœur de cette complexité se trouvent les dynamiques économiques qui pèsent sur les communautés arctiques. La pauvreté monétaire, amplifiée par le coût élevé de la vie dans l’Arctique, est l’un des principaux facteurs d’insécurité alimentaire chez les Inuits. Le revenu individuel médian des Inuits (de 15 ans et plus) dans le nord du Canada représente les deux tiers de celui de l’ensemble des Canadiens. Parallèlement, les prix des aliments achetés en magasin, ainsi que ceux d’autres biens et services, peuvent être deux à plusieurs fois plus élevés que dans d’autres régions du pays en raison des coûts de transport.

À ces contraintes économiques s’ajoutent les forces implacables du changement climatique, qui transforment fondamentalement les systèmes alimentaires de subsistance dans le Nord.

Une devanture de magasin vue sur un ciel bleu clair
Un magasin d’alimentation et de marchandises North Mart à Inuvik, dans les T.N.-O. LA PRESSE CANADIENNE/Emily Blake

Avec le recul de la glace marine, le dégel du pergélisol et la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes, l’accès aux territoires de chasse et de pêche traditionnels devient de plus en plus difficile. De surcroît, l’abondance et la répartition des espèces animales et végétales, dont les communautés dépendent depuis des générations, se modifient.

Mais le changement climatique n’est pas le seul sujet de préoccupation.

L’Arctique, malgré sa situation géographique éloignée, n’est pas à l’abri des polluants mondiaux. Les contaminants provenant des zones plus méridionales atteignent en effet la région, transportés par les courants atmosphériques et océaniques. Parmi ceux-ci, notons par exemple les « polluants éternels », un groupe de composés chimiques qui se décomposent très lentement et s’accumulent dans les aliments traditionnels dont les communautés dépendent pour leur subsistance.

Si les avantages nutritionnels et culturels de ces aliments restent importants, l’exposition aux contaminants environnementaux est très préoccupante pour la santé et le bien-être des Inuits.

Ces transformations écologiques mettent en péril à la fois l’intégrité de la chaîne d’approvisionnement alimentaire et les traditions mêmes qui sont à la base de l’identité culturelle des peuples autochtones de l’Arctique.

L’importance de l’alimentation traditionnelle

Les aliments prélevés sur le territoire contribuent de manière substantielle à la nutrition, à la santé et à la sécurité alimentaire des communautés inuites.

Un support avec de la graisse de baleine suspendue pour le séchage
Le mattaaq de béluga, un aliment traditionnel consommé par les Inuits. (Martin Fortier), Author provided (no reuse)

Le régime alimentaire traditionnel des Inuits se distingue par sa richesse en acides gras oméga-3, due en grande partie à la consommation élevée de poisson et d’aliments d’origine marine. Une recherche récente a établi un lien entre la consommation d’huile de poisson et la prolifération d’Akkermansia muciniphila, une bactérie intestinale dont on vante les mérites dans la lutte contre les maladies métaboliques telles que l’obésité, le diabète de type 2 et les affections cardiovasculaires.

Outre les ressources marines, l’Arctique offre une abondance de baies, riches en polyphénols bénéfiques pour la santé. Ces composés agissent comme des antioxydants essentiels pour neutraliser les molécules susceptibles d’endommager les cellules, de favoriser le vieillissement et de contribuer à diverses maladies.

Une autre recherche sur les extraits polyphénoliques de la chicouté, de la busserole alpine et de l’airelle rouge a révélé que ces trois baies présentent des effets bénéfiques sur la résistance à l’insuline, ainsi que sur les taux d’insuline chez un modèle murin. Ces résultats suggèrent que la consommation régulière de ces baies arctiques pourrait constituer une stratégie culturellement adaptée pour lutter contre l’inflammation et les troubles métaboliques associés.

En plus d’être de riches sources de nutriments essentiels, les aliments traditionnels sont profondément ancrés dans le tissu social inuit, améliorant le bien-être mental et émotionnel, favorisant les liens communautaires et fortifiant l’héritage culturel. Le processus de collecte, de préparation et de partage des aliments traditionnels est également lié à l’activité physique, à la santé mentale et au mieux-être.

Pourtant, malgré le rôle intégral de l’alimentation traditionnelle, de multiples facteurs – depuis les effets durables de la colonisation et du changement climatique jusqu’aux enjeux socio-économiques et aux préoccupations liées aux contaminants environnementaux – ont accéléré la transition vers une dépendance à l’égard des aliments du commerce.

Vue de rayons presque vides dans un magasin où il ne reste plus que quelques articles à vendre
Les étagères du magasin Northern Store de Nain (T.-N.-L.) sont peu garnies. THE CANADIAN PRESS/Darren Calabrese

Alors que les habitudes alimentaires occidentales gagnent du terrain dans l’Arctique canadien, les problèmes de santé tels que l’obésité, le diabète et les maladies cardiométaboliques sont en augmentation. L’élaboration d’approches personnalisées tenant compte des modes de vie, de la génétique et des traditions alimentaires propres aux Inuits est essentielle pour mettre en place des stratégies ciblées visant à atténuer et à prévenir ces problèmes de santé de plus en plus fréquents.

Des systèmes alimentaires culturellement adaptés

En réponse aux enjeux pressants de l’insécurité alimentaire, les communautés autochtones du nord du Canada ont mis en place divers programmes.

Les programmes alimentaires communautaires destinés à remédier à l’insécurité alimentaire sévère sont courants. Mais pour garantir la résilience, c’est l’ensemble du système qui doit être revu – les politiques gouvernementales, les programmes et les investissements monétaires.

Des programmes qui encouragent les jeunes à acquérir des connaissances et des compétences en matière de récolte d’aliments traditionnels, qui améliorent les infrastructures et le stockage des denrées alimentaires dans les communautés et qui permettent de fournir des aliments traditionnels dans un cadre institutionnel ne sont que quelques exemples parmi d’autres. Ainsi, une allocation de la ville permettra à près de 50 enfants d’une garderie d’Iqaluit de recevoir deux repas par jour pendant un an, des repas qui comprennent des aliments traditionnels.

Ces initiatives renforcent non seulement la sécurité alimentaire, mais défendent également la souveraineté alimentaire par le biais d’efforts menés et dirigés par les communautés.

Le parcours pour résoudre l’insécurité alimentaire est complexe et il n’existe pas de solution unique. Les projets qui intègrent les connaissances et les compétences locales à des recherches fondées sur des données probantes ont le potentiel de tracer une voie durable vers l’avenir. Il est essentiel de mobiliser ces travaux pour informer et façonner les politiques, afin de s’assurer que les progrès réalisés ne sont pas simplement des solutions temporaires, mais qu’ils s’inscrivent dans une stratégie globale visant à assurer une sécurité alimentaire durable.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 179,300 academics and researchers from 4,900 institutions.

Register now