Vaincre le cyberharcèlement en cinq étapes

Cyber harcèlement.

Vaincre le cyberharcèlement en cinq étapes

Jamais le cyberharcèlement n’a été si inventif et donc destructeur. Les cyberharceleurs utilisent le Web sciemment et à répétition pour terroriser ou causer du tort à autrui. Ils harcèlent des personnes qu’ils jugent faibles et sans défense, les dénigrent ou entachent leur réputation, un comportement typique des propagateurs de discours haineux. Toutefois, bien que le cyberharcèlement semble incontrôlable, il existe des techniques pour le combattre.

Pris d’un sentiment d’impuissance et d’isolement face à de cruels cyberharceleurs, Megan Meier, Amanda Todd, Todd Loik et de nombreux autres jeunes se sont donné la mort pour fuir la douleur émotionnelle inhumaine qu’ils éprouvaient.

Ils ne sont pas les seuls. Les victimes du cyberharcèlement sont deux fois plus susceptibles de tenter de se suicider, surtout lorsque des témoins passifs assistent à leur souffrance et ne font rien. Certaines diffusent en direct leur propre suicide dans une tentative désespérée d’attirer l’attention.

La majorité des actes d’intimidation – 85 % – se déroulent sous les yeux d’autres personnes. Or, d’après un récent sondage Ipsos mené en août 2017 pour la Croix-Rouge canadienne, seul un tiers des Canadiens ayant été témoins de cyberharcèlement sont intervenus.

Ce chiffre est alarmant.

Les peuples autochtones, les groupes LGBTQ+, les Noirs, les adolescentes et les réfugiés comptent parmi les groupes les plus à risque de faire l’objet de cyberharcèlement.

Il y a peu de temps, le cyberharcèlement exercé par le président des États-Unis, Donald Trump, a motivé ses partisans à victimiser encore davantage les musulmans et les réfugiés en ligne. Il s’en est suivi une hausse de 600 % du discours haineux en ligne au Canada.

Tentatives pour arrêter le cyberharcèlement

Le cyberharcèlement ne se limite pas à un seul contexte. Lorsqu’il frappe, il détruit le potentiel humain, et nous en subissons tous les conséquences. Nombreux sont ceux et celles qui recherchent activement des solutions pour y mettre fin.

Et pourtant, il sévit toujours et encore.

Pour le combattre, certains proposent des politiques en milieu de travail, des codes de conduite et des outils de formation. D’autres soutiennent qu’il faut encourager les parents à nourrir l’empathie chez leurs enfants, ou encore fournir aux éducateurs des stratégies pour protéger les élèves du cyberharcèlement et aider les jeunes LGBTQ à se sentir en sécurité.

Le Centre de prévention du crime de la Gendarmerie royale du Canada propose une définition de l’intimidation et du cyberharcèlement, et explique comment intervenir si l’on est victime ou témoin de tels comportements. La Croix-Rouge canadienne offre quant à elle des conseils pour aider les jeunes à se protéger contre les cyberintimidateurs et à les affronter.

La Commission européenne a récemment présenté de nouveaux principes et orientations afin que les plateformes en ligne évitent les contenus incitant à la haine et à la violence. Sur le même plan, Twitter a commencé le 1er novembre 2017 à mettre en place de nouvelles règles pour combattre la haine.

Des campagnes contre l’intimidation et le harcèlement, comme #SpreadKindness, #ERASEBullying et #enoughisenough, encouragent les jeunes à entretenir des relations saines. Elles incitent également les victimes à dénoncer l’intimidation et le cyberharcèlement et à diffuser le récit de leurs victoires contre ces comportements.

Le 28 février, nombre de Canadiens et de Canadiennes ont porté un t-shirt rose où figurait le slogan « Bullying stops here ! Together we can make a difference » (« Le harcèlement s’arrête ici ! Ensemble, nous pouvons changer les choses »). L’objectif principal de la campagne contre le harcèlement de l’organisme Pink T-Shirt Day Society est d’amorcer des conversations.

Vaincre l’intimidation et le harcèlement est possible, comme en témoignent les récits de Kestrel McNeil, de Demi Lovato et d’Ed Sheeran. Mais malgré notre soutien, très peu de personnes à risque parviennent à affronter leurs harceleurs, et encore moins à raconter leur histoire. Elles demeurent à un clic d’être victimisées et cyberintimidées.

En tant que témoins, nous avons le devoir moral et éthique de les protéger contre le cyberharcèlement dont elles sont la cible.

Soyez prêts à agir

Les cyberharceleurs fourmillent dans des contextes d’inégalité de pouvoir réelle ou perçue. Pour enrayer le cyberharcèlement, nous devons donc assurer l’équilibre du pouvoir, ce qui nécessite l’intervention concrète des témoins.

Davantage d’entre nous devront agir lorsque nous sommes témoins de cyberharcèlement. Et les résultats de mon récent projet de recherche doctoral confirment que ceci est possible.

Les témoins passifs peuvent devenir des agents de changement, mais pas en un tournemain. Il faut réfléchir à ce qui nous empêche d’agir, et y remédier en nous équipant des outils et des compétences qui nous permettront de contrer la propagande diffusée dans les médias sociaux ainsi que le cyberharcèlement.

Le modèle que je propose, « Get ready to act against social media propaganda » (« se préparer à la lutte contre la propagande dans les médias sociaux »), se fonde sur les résultats de mes travaux et vise à faciliter ce processus.

Modèle « Get ready to act against social media propaganda » (« se préparer à la lutte contre la propagande dans les médias sociaux  Author provided

J’ai rencontré 42 jeunes âgés de 18 à 24 ans du Canada, du Royaume-Uni, de la France, de la Belgique, de l’Allemagne, du Portugal, de l’Italie, de la Pologne, de la Grèce et du Liban afin de discuter du cyberharcèlement de masse ciblant les réfugiés syriens et les musulmans.

Ces jeunes adultes étaient troublés par les propos violents qui se tiennent dans les médias sociaux. Cependant, ils s’en tenaient tous à un rôle de témoin passif, car ils ne croyaient pas que leurs actions pouvaient avoir une influence. Mais quand nous avons amorcé nos discussions approfondies, ils ont reconnu que leur inaction contribuait au triomphe du discours haineux.

Ils ont alors conçu des stratégies pour contrebalancer la propagande dans les médias sociaux. Ils ont réfléchi aux facteurs qui les incitaient à passer à l’action, et ont évalué leur capacité à agir.

Des messages négatifs partagés sur Internet ont fait l’objet d’une évaluation et de discussions. Nadia Naffi

Le modèle en cinq étapes

Voici les cinq étapes du modèle « Get ready to act against social media propaganda ». Chaque étape se fonde sur le résultat de la précédente.

  1. S’interroger : Quel est mon point de vue ? À l’étape S’interroger, nous cernons notre point de vue sur un sujet controversé faisant l’objet de propagande dans les médias sociaux et servant de prétexte au cyberharcèlement. Il faut se demander : Quel est mon point de vue et pourquoi ? En prenant conscience de nos croyances et en essayant de comprendre leurs origines, il devient plus facile d’analyser nos comportements.

  2. Analyser : Comment expliquer mes réactions ? À l’étape Analyser, nous prenons conscience des comportements de témoin passif que nous affichons en présence d’un cyberharcèlement dont nous ou d’autres personnes sommes la cible. Par la discussion, nous interprétons ces comportements et en expliquons les causes sous-jacentes. Nous analysons également les comportements des gens qui nous entourent et les réactions qu’ils suscitent chez nous. À ce stade, il faut se demander quels types de messages attirent notre attention dans les médias sociaux, et pourquoi. Il faut aussi examiner, remettre en question et expliquer nos réactions face au cyberharcèlement ainsi que notre interprétation des réactions de notre réseau social.

  3. Concevoir : Qu’est-ce que je veux faire ? Une fois notre point de vue défini et nos comportements analysés, il faut Concevoir nos propres stratégies pour intervenir en ligne contre la propagande et le cyberharcèlement. Ces stratégies se fondent sur nos compétences en médias sociaux et les comportements de cyberharcèlement cernés à l’étape Analyser. À ce stade, nous devons nous fixer des objectifs pour concevoir une campagne anti-intimidation et anti-harcèlement. Qui est mon public ? De quelles aptitudes ai-je besoin pour apporter de l’aide ? Quelles actions devrais-je entreprendre ? Pourquoi ?

  4. Se préparer : Qu’est-ce qui m’empêche d’agir ? Après avoir détaillé les stratégies à suivre, il est temps d’aborder les facteurs qui catalysent ou inhibent notre passage à l’action. Nous pouvons concevoir des stratégies, mais les mettrons-nous vraiment en œuvre ? À l’étape Se préparer, nous nous rappelons les facteurs qui nous motivent à prendre des mesures contre le cyberharcèlement, et nous maîtrisons les facteurs susceptibles de freiner nos interventions. Il faut se demander : À mes yeux, cette cause est-elle assez importante pour que j’agisse ? Il faut alors cerner ce qui nous empêche d’agir et trouver un moyen d’éliminer ces obstacles pour passer à l’action.

  5. Évaluer : Suis-je prêt à agir ? L’étape Évaluer est indispensable avant de passer réellement à l’action. Elle permet d’évaluer notre capacité à agir. À ce stade, nous avons défini notre point de vue sur une question sensible et controversée ; nous avons pris conscience des raisons de notre comportement de témoin passif ; nous avons conçu un plan d’action clair ; et nous maîtrisons les facteurs susceptibles de nous freiner. Reste à savoir : Ai-je assez confiance en moi pour agir, ou ai-je besoin de retourner à une étape précédente ? Ai-je la confiance nécessaire pour mener à bien les actions que j’ai planifiées contre la propagande et le cyberharcèlement ?

Se poser les questions « Suis-je prêt à agir ? » et « Pourquoi ? » après chacune des étapes du modèle est aussi essentiel pour passer à l’étape suivante.

Agents de changement

Fondé sur les résultats de mes travaux, ce modèle part du principe qu’il est essentiel d’apprendre à se connaître et de comprendre son comportement dans le contexte du cyberharcèlement pour passer de l’état de témoin passif à celui d’agent de changement. Le modèle nous aide à aller au fond des problèmes et à faire face à ce qui nous freine.

Il pourrait offrir une solution pour enrayer le discours haineux et le cyberharcèlement. En outre, il s’adapte bien aux contextes où naît l’« altérisation », laquelle est fortement influencée et appuyée par les médias sociaux.

C’est dans de tels contextes que réfugiés, peuples autochtones, groupes LGBTQ+, Noirs et autres groupes sont victimisés dans les médias sociaux, et que nombre de personnes s’en tiennent à un état de témoin passif, alors que leur intervention pourrait sauver des vies.

Aujourd’hui, nos jeunes sont les mieux placés pour assumer ce rôle d’agents de changement, vu leur connaissance intime des médias sociaux. Mais pour que cela fonctionne, ils doivent acquérir une capacité de raisonnement civique appliqué au Web et trouver des moyens d’exploiter le potentiel des médias sociaux.

Beaucoup avancent que l’éducation ne suffit pas. Cependant, si on veut donner aux jeunes les compétences et les moyens de faire obstacle aux messages des harceleurs, il faut d’abord leur enseigner à se comprendre eux-mêmes.

Par conséquent, j’incite vivement les éducateurs civiques, les travailleurs sociaux, les élaborateurs de programmes d’études, les décideurs politiques, les parents et tous ceux et celles qui s’inquiètent de voir de plus en plus de discours haineux dans les médias sociaux, à utiliser le modèle « Get ready to act against social media propaganda » (« se préparer à la lutte contre la propagande dans les médias sociaux ») afin d’aider les jeunes témoins passifs à devenir des agents de changement prêts à agir et de mettre fin au cyberharcèlement.