Consommer trop de protéines animales accroit les risques de développer un large éventail de maladies chroniques en raison des acides aminés contenus dans la viande, révèle une étude. Shutterstock

Viande et maladies chroniques : les acides aminés responsables, révèle une étude

Les régimes alimentaires à base de plantes sont populaires dans les médias, mais les recherches montrent que devenir végétarien ou végétalien n’est pas seulement bon pour l’environnement, mais aussi pour notre santé.

Les régimes riches en viande sont liés à une série de problèmes de santé, allant des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux au diabète de type 2 et à certains cancers.

Une étude américaine récente a de nouveau montré que les adultes qui ont un régime alimentaire riche en protéines animales courent un risque accru de développer un large éventail de maladies chroniques. Les auteurs recommandent un régime à base de protéines végétales pour réduire ces risques.

De bons acides… mais à consommer avec modération

Il est important de noter que cette étude est la première à étudier les effets sur notre santé des régimes alimentaires riches en acides aminés soufrés. On les trouve dans de nombreux aliments, mais ils sont généralement présents en grande quantité dans les œufs, le poisson, la viande rouge et le poulet.

Lorsqu’ils sont consommés aux niveaux recommandés, les acides aminés soufrés jouent un rôle crucial dans notre corps. Ils aident notre métabolisme, protègent les cellules contre les dommages, construisent des protéines, régulent les hormones et les neurotransmetteurs, et aident également à maintenir notre foie en bonne santé.

Mais manger trop d’aliments riches en acides aminés soufrés peut avoir des effets négatifs sur la santé. Ils sont liés à un risque plus élevé de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral, de diabète et de maladie hépatique grasse sans alcool. Le risque est encore plus élevé si vous consommez des niveaux élevés de deux types particuliers d’acides aminés soufrés : la cystéine et la méthionine, tous deux présents dans les aliments riches en protéines. Ils sont considérés comme les acides aminés les plus toxiques, même si notre corps en a aussi besoin.

Protéines et santé cardiaque

En général, il est recommandé aux adultes de ne consommer que 15 mg d’acides aminés soufrés par kilogramme de poids corporel par jour. Mais il est démontré que la plupart des adultes âgés ont un régime alimentaire qui dépasse ces recommandations.

Les chercheurs de l’étude américaine ont examiné un large échantillon de 11 576 adultes sur une période de six ans. Pour obtenir la meilleure image possible de l’effet des acides aminés soufrés, les auteurs ont exclu toute personne qui en consommait de faibles quantités, et ceux qui auraient pu réduire leur consommation de viande ou d’œufs en raison de complications de santé. Les chercheurs ont mesuré le régime alimentaire des participants, ainsi que leur taux de cholestérol, d’insuline et de glucose sanguin.

Il est à noter que les participants ont été recrutés de 1988 à 1994. Les habitudes alimentaires ont probablement changé depuis. Mais la raison pour laquelle les chercheurs se sont penchés spécifiquement sur cette période est que les enquêtes nutritionnelles dont ils ont tiré leurs données ont cessé de recueillir des informations sur la consommation d’acides aminés soufrés après 1994.

Les chercheurs ont constaté que le participant moyen consommait 2,5 fois les niveaux recommandés d’acides aminés soufrés. Après avoir contrôlé autant de variables que possible, tels que le poids, la race et le sexe, ils ont découvert qu’un régime alimentaire riche en acides aminés, en particulier en cystéine et en méthionine, était associé à un taux de cholestérol élevé, à une résistance à l’insuline et à une glycémie élevée. Ces facteurs sont tous à l’origine de maladies cardiométaboliques telles que les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et les maladies du foie gras sans alcool.

Il est intéressant de noter que cela est vrai, quel que soit l’apport global en protéines d’une personne. Cela suggère que les risques pour la santé pourraient ne pas être uniquement liés à la consommation de protéines, mais aussi à la quantité et à la proportion d’acides aminés soufrés qu’une personne consomme. Comme les produits animaux en contiennent généralement des quantités plus élevées, les chercheurs suggèrent qu’une alimentation à base de protéines végétales pourrait être le meilleur moyen de maintenir la consommation d’acides aminés soufrés plus près des niveaux recommandés.

Parmi les protéines végétales, on trouve des légumineuses, du tofu, des noix, des graines et même des pois. bitt24/Shutterstock

L’étude a également montré que les participants qui consommaient les plus faibles niveaux d’acides aminés soufrés avaient des niveaux de cholestérol, de glucose et d’insuline significativement plus faibles – et un risque global de maladies cardiométaboliques plus faible.

Ces résultats soulignent l’importance des acides aminés soufrés dans le développement de maladies chroniques majeures. Elles soutiennent également la théorie selon laquelle, pour une bonne santé à long terme, l’apport en acides aminés soufrés devrait être proche des besoins minimums – et bien en dessous des niveaux actuellement consommés par la plupart des adultes dans cette étude.

Cela suggère que la réduction de l’apport de ces acides aminés peut, en partie, expliquer certains des bienfaits observés pour la santé des régimes alimentaires à base de plantes. Remplacer les sources de protéines animales par des sources végétales pourrait donc être une bonne chose pour la santé.

Les recherches montrent que la nutrition est un élément majeur de la réduction des risques de maladies chroniques et de décès prématurés. Les acides aminés soufrés sont naturellement plus répandus dans la viande que dans les légumes. Le passage à des sources de protéines végétales comme les céréales complètes, les haricots, les lentilles, les noix et les graines, et la consommation des apports quotidiens recommandés en acides aminés soufrés, pourraient réduire le risque de développer des maladies cardiaques ou du diabète.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 106,100 academics and researchers from 3,395 institutions.

Register now