Angela Merkel face à l’effritement de la culture de l’accueil

Des réfugiés syriens, près de la principale station de métro de Cologne, le 16 janvier. Patrik Stollarz / AFP

Willkommenskultur ou « culture de l’accueil » : le terme a, depuis l’été 2015, valeur de mot clef en Allemagne, évocateur de l’élan de solidarité d’une partie significative de la société à l’égard des migrants venus frapper aux portes de l’Union européenne. Cet élan, accompagné d’un engagement de nombreux volontaires pour suppléer les services d’État dans cet accueil, semblait vouloir conjurer définitivement les ombres du passé. Il avait presque fait oublier que l’Allemagne s’est longtemps refusée à se considérer comme un pays d’immigration. La générosité allemande était d’autant plus spectaculaire qu’elle semblait une sorte de Sonderweg, de chemin singulier, au sein d’une Europe plus que jamais réfractaire à l’ouverture de ses portes à ces nouveaux damnés de la terre.

Cette Allemagne de la Willkommenskultur a aujourd’hui la gueule de bois. Elle est sous le choc des événements qui se sont produits durant la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne, une ville symbole du Multikulti allemand qui a accueilli près de 13 000 réfugiés. La série d’agressions dont la place de la gare de Cologne a été le théâtre n’en finit pas de déployer ses effets.

Augmentation exponentielle des plaintes

Rappelons brièvement les faits, ou du moins ceux qui semblent avérés : le rassemblement de badauds célébrant le Nouvel An à coup de pétards et de fusées a été troublé par des groupes de jeunes gens sous l’emprise de l’alcool, et pour une partie d’entre eux d’« origine arabe ou nord-africaine », selon les premiers témoignages qui ont circulé dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Les trouble-fêtes s’en sont particulièrement pris aux femmes mêlant vols à la tir et attouchements sexuels. L’ampleur de ce qui s’est passé a échappé à la police qui, une fois la place évacuée, a estimé l’incident clos. Ce diagnostic optimiste a été vite démenti par l’augmentation exponentielle des plaintes déposées : au nombre d’une quarantaine le 4 janvier, elles ont grimpé à plus d’une centaine le 6 janvier, pour atteindre le chiffre de 560 le 11 janvier, selon les chiffres donnés par le procureur général qui a précisé que 40 % impliquaient des agressions sexuelles.

Beaucoup d’ombres et d’interrogations subsistent et il n’est pas toujours aisé de faire la part de choses entre ce qui s’est réellement produit et les rumeurs qui sont allées bon train sur les réseaux sociaux. D’où viennent les agresseurs ? Quels sont leurs mobiles ? Ces agressions ont-elles été coordonnées ? Ont-elles concerné d’autres villes où la couverture médiatique de l’événement a-t-elle eu un effet d’entraînement et favorisé et encouragé le dépôt de plaintes (ce qu’invite à penser l’inhabituelle hausse des plaintes enregistrées dans d’autres villes, y compris hors d’Allemagne) ?

Mais deux choses ne font plus de doute aujourd’hui : si tous les suspects arrêtés ne sont pas des Arabes, la plupart des inculpés – à ce jour – sont d’origine maghrébine et demandeurs d’asile. Quoique ce fait disculpe les réfugiés syriens, cela a suffi pour faire de l’origine étrangère des agresseurs un facteur explicatif déterminant de cette nuit de violence et un enjeu crucial dans le débat suscité par la politique migratoire d’Angela Merkel au sein et hors de l’Allemagne.

« Nous y arriverons ! »

Si l’onde de choc de l’événement est telle, c’est tout d’abord que l’Allemagne de la Willkommenskutur, prête à relever ses manches et à assumer les coûts sociaux et économiques de l’intégration de ces nouveaux venus, est loin de représenter toute l’Allemagne. Elle ne doit pas faire oublier les jets de cocktails Molotov contre les foyers de demandeurs d’asile, les multiples agressions xénophobes et les propos souvent haineux circulant dans les manifestations du mouvement islamophobe Pegida (« patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident ») et les réseaux sociaux.

L’hégémonie morale de la culture de l’accueil n’a pas empêché le camp du doute de s’accroître. On peut même se demander si, en bridant le débat, elle n’y a pas contribué. Depuis octobre, le flux continu des réfugiés, la confrontation aux problèmes logistiques posés par l’accueil de plus d’un million de personnes, les désaccords au sein de l’UE sur le partage du fardeau, les tensions causées par les mouvances d’extrême droite, mais aussi par les heurts au sein des foyers d’accueil, font prospérer le scepticisme au sein de la société et des formations politiques classiques, de la CSU au SPD en passant par la CDU elle-même.

Angela Merkel, le 13 janvier dernier, au Bundestag. Axel Schmidt/AFP

Au dernier congrès de la CDU, en décembre, Angela Merkel, longuement ovationnée à l’issue de son discours sur les réfugiés, a certes réaffirmé son leadership au sein de sa formation politique. Mais cela n’a en rien freiné la montée des inquiétudes. Son mantra « wir schaffen es ! » (« Nous y arriverons ») semblait à beaucoup, depuis plusieurs semaines, tenir plus de l’incantation que de la démonstration.

Dans ce contexte, les agressions de Cologne constituent un point de bascule et pourraient bien avoir raison du consensus moral qui s’était soudé autour de la chancelière et avait, bon an mal an, jusque-là résisté aux coups de boutoir. Ces événements sont bien sûr du pain béni pour les détracteurs de la première heure qui se font fort aujourd’hui d’en faire les signes avant-coureurs de la catastrophe annoncée. Sans surprise, le parti de droite populiste Alternative für Deutschland, et le mouvement populiste islamophobe Pegida font tout pour capitaliser sur le malaise que cela suscite. Malgré les incertitudes, cette nuit de la Saint-Sylvestre – emphatiquement intitulée « die Horrornacht » (la nuit de l’horreur) – cadre parfaitement avec certains de leurs leitmotive, et notamment avec l’explication de l’insécurité par l’immigration. Sans parler de l’assimilation des nouveaux migrants à une culture machiste (dont l’islam aurait l’apanage) qui mettrait en péril les normes d’égalité hommes-femmes. Ces événements favorisent la montée en puissance de propos haineux (tels que le hashtag « #raperefugee » qui circule depuis lors), d’appels à la constitution de milices d’autodéfense, et de passages à tabac de demandeurs d’asile.

Le front du refus des réfugiés

Mais au-delà de cette montée de la violence xénophobe, les manifestations d’un renversement de tendance s’accumulent. Un élu de Bavière a ainsi envoyé à la chancellerie un car de réfugiés en guise de protestation. Gerhard Schröder lui-même, l’ancien chancelier (SPD), est intervenu pour tirer la sonnette d’alarme et affirmer haut et fort que les limites des capacités d’accueil et d’intégration du pays étaient atteintes. Il s’est également inquiété du flux ininterrompu de migrants suscitant l’impression que les frontières ne seraient que virtuelles. Tandis qu’Angela Merkel perd des points de popularité, les sondages révèlent que le camp du doute l’emporte pour la première fois depuis l’été sur celui de l’optimisme.

Le malaise est d’autant plus grand qu’il trouve un large écho international. L’extraordinaire retentissement hors d’Allemagne qu’ont eu les événements de Cologne ne peut qu’interroger. Tout se passe comme si le défi que l’Allemagne de la Willkommenskultur entendait relever avait quelque chose d’insupportable pour ses voisins. Accentuant leur dramatisation symbolique, ceux-ci se sont emparés avec fébrilité de cette actualité comme d’une preuve de l’angélisme justifiant a contrario leur politique de fermeture.

Cette actualité fait évidemment les choux gras des voisins européens exaspérés par les velléités d’impérialisme moral d’Angela Merkel et sa décision, unilatérale, d’ouvrir la frontière. Certains, tels que le premier ministre slovaque, s’en sont saisis pour justifier la fermeture de leur pays à toute immigration musulmane.

Mais elle contribue à renforcer la constitution d’un front transnational du refus des réfugiés et des migrants, dont Étienne Balibar remarquait que les « groupes ouvertement racistes et violents ne sont que la pointe extrême, et dont l’argumentaire oscille entre l’utilitarisme (« nous n’avons pas la place ») et l’idéologie identitaire (« un afflux de musulmans menace de dénaturer l’Europe chrétienne, ou laïque, suivant les pays ») et sécuritaire (« ils cachent parmi eux des jihadistes »).

Les signes, là encore, ne trompent pas. À la droite populiste allemande répondent les populismes d’ailleurs. L’essaimage européen de Pegida, les réactions de Donald Trump dénonçant la « naïveté » allemande et faisant de Cologne une raison supplémentaire d’interdire l’immigration des musulmans aux États-Unis ou les propos de Marion Maréchal Le Pen qualifiant les agressions de Cologne d’« émeutes sexuelles de masse » en sont des illustrations parmi d’autres.

Éthique de responsabilité

Mais au-delà de la mouvance populiste, les signes de raidissement politique se multiplient partout. On voit se durcir à la fois le mouvement de fermeture des frontières, mais aussi les conditions de séjour des réfugiés. Ce durcissement du ton pourrait bien faire des réfugiés et des migrants une cause orpheline sinon illégitime. Il y a fort à parier que la banalisation des thèmes de l’extrême droite qui l’accompagne ne pourra qu’avoir des dommages collatéraux pour ceux qui sont installés en Europe, de plus ou moins longue date, surtout lorsqu’ils sont musulmans.

L’effritement de la Willkommenskultur rend urgent l’abandon d’une posture morale qui semble avoir dominé la position d’Angela Merkel et un retour à une éthique de responsabilité. Celle-ci suppose de s’interroger sur les capacités non seulement économiques d’absorption d’une telle vague migratoire, mais également sur l’acceptabilité sociale et politique de cette ouverture sous peine d’accentuer le phénomène de panique morale qui se fait jour en Allemagne et au-delà.

Mais cette éthique de responsabilité ne pourra faire l’économie de la construction d’une réponse européenne équilibrée solidaire et fidèle aux valeurs de l’État de droit sur le sujet. Faute de quoi, le discours populiste a de beaux jours devant lui. Entre l’écueil d’une position insuffisamment à l’écoute des doutes d’une partie de plus en plus significative de la société allemande et celui d’une position cédant aux diktats du populisme ambiant, la voie est étroite, mais elle existe encore. Encore…

Help combat alt-facts and fake news and donate to independent journalism. Tax deductible.