Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)

Créé en 1794 sur proposition de l’abbé Grégoire, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) a fêté, le vendredi 10 octobre 2014, son 220e anniversaire. Le Conservatoire national des arts et métiers a été créé le 10 octobre 1794 par la Convention nationale, sur proposition de l’abbé Grégoire, pour « perfectionner l’industrie nationale ». Enfant des Lumières et des encyclopédistes, l’établissement était pensé comme un dépôt « de machines, modèles, outils dessins, descriptions et livres dans tous les genres d’arts et métiers » et avait pour objectif d’«éclairer l’ignorance qui ne connaît pas et la pauvreté qui n’a pas le moyen de connaître » en concourant à la diffusion de l’innovation technologie et des savoirs scientifiques ainsi qu’à la promotion de l’esprit de création. Le Cnam est le seul établissement d’enseignement supérieur français dédié à la formation des adultes, placé sous la tutelle du ministère en charge de l’Enseignement supérieur. Il pilote un réseau de 30 centres régionaux et de 158 centres d’enseignement, dont le siège est à Paris. Les parcours de formation, modulaires et individualisés, débouchent sur des diplômes de l’enseignement supérieur, du niveau bac+2 aux diplômes d’ingénieur et de 3e cycle, ou sur des certificats attestant de compétences dans des métiers bien identifiés. Chaque année le Cnam accueille près de 80 000 élèves sur tout le territoire national et à l’étranger. Avec vingt-et-un laboratoires en sciences humaines et sociales, sciences de gestion et sciences de l’ingénieur, le Cnam participe activement à la recherche scientifique et technologique, et contribue ainsi à la compétitivité des entreprises, à la création d’emplois et au développement de l’innovation.

Links

Displaying 21 - 24 of 24 articles

Bill Shankly, l’entraineur emblématique de Liverpool (club fondé en 1892). Ben Sutherland/Flickr

Le football et les sciences sociales : « on refait le match » ?

En France, le football n’a jamais été un objet noble d’analyse pour les sciences sociales. Pourtant, il constitue un laboratoire, véritable « terrain » d'expériences, pour la science économique.

Research and Expert Database

Authors

More Authors