Sciences Po Strasbourg — Université de Strasbourg

L’IEP de Strasbourg a été créé au lendemain de la seconde guerre mondiale. Il avait pour rôle de contribuer à la rénovation et à la modernisation de l’Etat au travers de la formation de ses cadres administratifs et politiques. Cela reste la mission traditionnelle de l’Institut ce qui l’a conduit à développer ses coopérations avec les écoles de service public de Strasbourg (ENA et INET), les administrations publiques et les collectivités territoriales, notamment dans le cadre du Pôle européen d’administration publique.

L’activité de l’IEP de Strasbourg s’est progressivement enrichie et diversifiée. C’est ainsi que l’enseignement s’est de plus en plus tourné vers l’Europe, mettant à profit la proximité des Institutions européennes, qu’il s’agisse du Parlement de l’Union européenne ou du Conseil de l’Europe. Dans le même temps se sont multipliés les coopérations transfrontalières et les accords avec des Universités étrangères, partout dans le monde, afin de faciliter la circulation des étudiants et des savoirs.

L’IEP contribue de plus en plus à la formation des cadres supérieurs du secteur privé, marchand ou non-marchand. Les enseignements dans les secteurs de la finance et de la banque, mais également de la communication, du lobbying ou de la gestion des activités culturelles se sont développés.

Tout cela reflète la richesse de la formation dispensée à l’IEP de Strasbourg. Celle-ci est profondément marquée par son caractère pluridisciplinaire et largement ouvert sur l’Europe et le Monde. Elle se combine avec une forte professionnalisation, principalement en Master, dans les domaines d’excellence de notre Institut. Au-delà, l’offre de formation est complétée par les mutualisations permises dans le cadre du réseau des 7 IEP du concours commun (Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye et Strasbourg et Toulouse).

L’ensemble de ces missions, l’IEP de Strasbourg les assure dans le respect de ses valeurs fondamentales d’excellence mais également de solidarité et d’équité. Cela a conduit à favoriser son ouverture à des publics nouveaux par le biais du programme d’égalité des chances et de démocratisation de l’accès à Sciences Po. Cela se retrouve de la même manière dans l’importance donnée à la vie associative au sein de l’Institut.

Dans ce cadre, l’année universitaire sera plus particulièrement marquée par la mise en place de la réforme de la 4ème année du diplôme et le choix dorénavant offert aux étudiant(e)s entre quatre filières, à savoir « Droit et administration publique », « Economie et entreprises », « Etudes européennes et internationales » et « Politiques et sociétés ». De même, une formation nouvelle sera proposée aux étudiants issus d’échanges avec des universités étrangères, sous la forme d’un « Certificate of European Studies ».

En outre, la fin de l’année 2015 verra la célébration des 70 ans de notre Institut. Fort de son passé et de la qualité de ses personnels, il a su s’adapter à l’évolution du Monde afin de remplir au mieux sa mission de formation des étudiants et de diffusion des savoirs. La réussite de nos anciens élèves en témoigne amplement.

Links

Displaying all articles

Sur un marché de Hong Kong; où des œufs contaminés par le Fipronil ont été vendus. Anthony Wallace/ AFP

Panique au poulailler : et si la libre circulation était dangereuse pour la santé des consommateurs ?

La crise du Fipronil est révélatrice du dépassement de l’État pour sécuriser sa population contre des risques sanitaires transnationaux.
Dans le ciel de Berlin, le 26 mars 2017. Tobias Schwarz / AFP

L’Union européenne sans le marché intérieur : un espace vide de sens

D’où vient ce malaise qui entoure la construction européenne ? Comment expliquer ce sentiment des peuples selon lequel la libre circulation vient éroder la cohésion nationale ?
Rome, 25 mars 2017. On fête les 60 ans du traité du même nom. Vincenzo Pinto / AFP

Le marché intérieur de l’Union européenne, un mode de vie

Le marché intérieur ouvre les pays les uns aux autres, créant des liens et de la solidarité entre les citoyens européens. Le «non-national» n'est plus un «simple» étranger.
Clôture à Calais. malachybrowne/Flickr

Les impasses du Front national (3) : l’improbable retour de la figure de l’Étranger

Le discours véhiculé par Marine Le Pen en France, en écho à celui qui domine au sein de l’extrême droite en Europe, érige l'exclusion de l’étranger comme la solution à la crise.
Le rayon des bières dans un magasin d'alimentation. Esther Dyson/Flickr

Les impasses du Front national (2) : la lutte contre la mondialisation

Le programme du FN pour 2017 insiste sur la nécessité de sortir du tourbillon de la mondialisation pour protéger l’intérêt de la France et des Français. Cette stratégie est une erreur de jugement.
Marine Le Pen se voit déjà au second tour de la présidentielle. Franck Pennant/AFP

Les trois impasses du Front national (1) : la tentation de la souveraineté

Le parti de Marine Le Pen veut instituer un « ministère des Souverainetés » chargé de renégocier les Traités européens et redonner à la France sa pleine autonomie. Un fantasme.
L’Union européenne, comme la mondialisation, s’est transformée en un phénomène total dont il n’est plus possible de s’imperméabiliser. Emmanuel Dunand/AFP

Union européenne: le peuple n’est plus empereur en son royaume

Ceux qui s’obstinent à contester les bienfaits de l’intégration européenne devraient plutôt interroger le sens d’une souveraineté nationale de plus en plus dépassée par son temps.
Pour surmonter les difficultés économiques qui suivront sa sortie de l’UE, le Royaume-Uni devra s’aligner politiquement et juridiquement sur l’UE. WolfBlur/Pixabay

Brexit et dépendances

Selon Jean-Claude Juncker, le « Brexit » ne sera pas un « divorce à l’amiable ». Le Royaume-Uni restera quoi qu’il en soit très dépendant de l’UE politiquement, économiquement et juridiquement.
Britain has woken up to a strange new world. Stefan Rousseau / PA Wire

Brexit: global reaction to Britain’s vote to leave the EU

Rolling reaction from the US, Russia, France, Poland, Greece, Australia and Belgium to the UK's decision.
23 juin 2016, l'heure de trancher. Paul Faith/AFP

« Brexit », avantage France ?

Si elle est exploitée à bon escient, la sortie du Royaume-Uni de l’UE pourrait s’avérer intéressante pour les États membres, notamment pour la France, sur un plan politique et économique.
Le Brexit et le maintien, au coude-à-coude dans les sondages. Rareclass/Flickr

Le « Brexit » au secours de l’Union européenne ?

À force d'être dans une situation de dérogation spéciale, le Royaume-Uni n'est en fait déjà plus complètement membre de l'Union. Ira-t-il jusqu'au bout en votant le « Brexit »?

Research and Expert Database

Authors

More Authors