Sauver le soldat François Hollande, mission impossible ?

Envers et contre tout, François Hollande croit encore en ses chances pour 2017. Ministère des Affaires étrangères du Pérou/Flickr, CC BY-SA

La réunion « Hé oh la gauche ! » qui s’est tenue le 25 avril à l’initiative de Stéphane Le Foll, en présence de nombreux membres du gouvernement, mais en l’absence très remarquée d’Emmanuel Macron, pas invité, et de Manuel Valls, officiellement pas disponible, fut un intéressant témoignage de la situation actuelle de l’exécutif, mais aussi du Parti socialiste.

Après la tentative ratée des « Dialogues citoyens » lors de l’interview télévisée de François Hollande le 14 avril, cette réunion s’inscrivait clairement (de manière un peu lourdement appuyée) dans une séquence de communication visant à « sauver le soldat François Hollande ». L’annonce, le 26 avril, d’une baisse importante d’un nombre de chômeurs, information dont le gouvernement dispose généralement quelques jours avant, donne tout son sens à cette séquence tout entière tournée vers l’objectif d’impulser une stratégie de reconquête de l’électorat en vue de l’échéance de 2017.

Lui Président…

Le pari présidentiel est que l’électorat de gauche, et une partie de l’électorat centriste, souhaitera fermement s’opposer au retour de Nicolas Sarkozy ou finira par réaliser que le programme économique d’Alain Juppé est authentiquement « de droite » : 100 milliards d’euros d’économies budgétaires à réaliser en un seul mandat de cinq ans, c’est-à-dire des coupes budgétaires massives et sans précédent.

Affiche du PS pour la campagne des législatives de 1986. DR

L’intervention de Marisol Touraine, lors du meeting « Hé oh la gauche ! », reprenant l’anaphore de François Hollande (« lui Président »), donnait clairement la tonalité ainsi que son passage dans C Politique quelques jours avant. Il s’agit de battre le rappel de la gauche sur le thème des réalisations « sociales » de la présidence Hollande – par exemple, la retraite à 60 ans pour les travailleurs aux carrières débutées très jeunes – et de rejouer le « Au secours, la droite revient ! » (slogan du PS pour les législatives de… 1986).

Les déclarations récentes de Jean-Christophe Cambadélis vont d’ailleurs dans le même sens, mettant les électeurs de gauche en garde contre la division, la dispersion et le retour d’une droite dure et libérale. Le message que ces déclarations veulent passer au camp de la gauche est que la déception vis-à-vis de François Hollande peut être comprise mais ne peut passer devant la défense des acquis sociaux, menacés par le retour de la droite. Il s’agit de remettre au premier plan du discours socialiste des thèmes traditionnellement de gauche (éducation et santé notamment) et ainsi de mettre en sourdine le prisme économique « social-libéral » que Manuel Valls et Emmanuel Macron ont incarné depuis deux ans.

La Belle Alliance, du court-termisme

À cette stratégie de communication correspond de manière de plus en plus affirmée une stratégie politique assez cohérente avec elle-même, à défaut de l’être totalement vis-à-vis des objectifs affichés en 2012. Selon les termes employés par Jean-Christophe Cambadélis, il s’agit désormais de construire, autour de la candidature Hollande 2017, une « Belle Alliance populaire » dont l’objectif est « d’élaborer une alternative au libéralisme ambiant et au nationalisme montant ». Cette stratégie politique en dit long sur l’état du Parti socialiste et de ses tensions politiques internes.

Lancée le 13 avril, la veille de l’émission « Dialogues citoyens », cette « Belle Alliance populaire » ressemble avant tout à une tentative d’élargissement de la base du PS en direction des associations, syndicats ou acteurs de la société civile. La manœuvre peut sembler habile à un moment où le PS semble en difficulté du point de vue de ses alliés de gauche ou écologistes. Mais elle semble également marquée par le court-termisme et le « rafistolage ».

La Belle Alliance populaire en marche… mais vers quoi ? Joël Saget / AFP

Elle a aussi un goût de déjà vu et, pour le moment, de rassemblement de personnalités politiques qui n’incarnent pas vraiment le renouveau. Sur le fond cette « belle alliance » fait l’impasse sur ses objectifs politiques et ne pose aucune des questions fondamentales qui pourtant font débat à gauche : la clarification sur la ligne économique, la question de l’intégration économique mondiale, mais aussi celle de la coalition des forces sociales et politiques porteuses de cette alliance. Car la « belle alliance » se veut aussi « populaire » et qu’il y a loin de la coupe aux lèvres dans ce domaine depuis qu’une partie importante des milieux populaires ne votent plus à gauche, voire pour le FN.

Ces contradictions sont bien illustrées par les deux orientations données par François Hollande à sa nouvelle « synthèse » : la modernisation (Valls-Macron) et la protection (Hollande). Cette double orientation, qui rappelle le sens de la synthèse souvent attribué à François Hollande, reste néanmoins marquée par une grande ambiguïté sur les moyens, le dosage entre ces deux objectifs et ce que l’on entend par « moderniser la France » ou « protéger les Français ». Ces objectifs généraux ne font pas consensus dès lors que l’on rentre dans les contenus et les moyens. Il n’est donc pas évident du tout que les électeurs adhèrent à cette synthèse et qu’elle permette à François Hollande ou au PS de se remettre en selle.

Mur d’insatisfaction

François Hollande et le PS font, en effet, face à deux grandes difficultés. Tout d’abord, la situation du Président dans l’opinion risque de rendre vaine toute stratégie de signes adressés, même subtilement calibrés et dosés, à l’électorat. L’amélioration de la situation économique ne garantirait d’ailleurs nullement à François Hollande de rebondir dans l’opinion. Les études sur la relation entre le vote et l’économie montrent qu’il faut de nombreux mois avant que les électeurs ne perçoivent dans leur vie quotidienne l’amélioration économique.

Les tentatives pour remettre François Hollande en selle semblent donc pour le moment buter sur le mur d’insatisfaction dont il est l’objet dans l’opinion : sa popularité s’est enfoncée dans un abîme, comme l’atteste encore le dernier Baromètre mensuel IFOP-JDD où seuls 14 % des personnes interrogées se déclarent « satisfaites » de l’action de François Hollande, ce chiffre atteignant même 12 % parmi ceux qui ont été interrogés après la « grande » émission de télévision du 14 avril dernier.

Les ressorts de cette impopularité sont sans doute communs à tous les pouvoirs exécutifs en temps de crise et de chômage. Sans être autant sanctionné par l’opinion, Nicolas Sarkozy avait enregistré seulement 29 % se déclarant satisfaits de son action en mai 2011, selon le même baromètre IFOP-JDD. Les périodes de crises, de tensions et de doutes des citoyens accentuent la tendance naturelle à ce qu’après le temps de l’élection et des promesses, le temps du gouvernement et des réalités déçoive.

En 2012, les électeurs avaient choisi un François Hollande jugé « proche des gens ». Parti socialiste/DR

Mais des composantes plus spécifiques à François Hollande se manifestent également. On peut mieux le comprendre en prenant le recul du temps : dans la vague de l’automne 2011 du Baromètre de la confiance politique, le Cevipof avait souhaité tester les qualités attribuées par les électeurs aux candidats de la primaire du PS et à quelques candidats à l’élection présidentielle.

Si François Hollande dominait légèrement Martine Aubry et plus nettement Ségolène Royal ou Arnaud Montebourg en traits d’image, il ne disposait pas au moment d’être choisi d’un socle d’image positive exceptionnellement fort. Dans l’ensemble de l’échantillon, 43 % considéraient qu’il comprenait les problèmes de gens, 42 % qu’il avait l’étoffe d’un Président de la République et 38 % qu’il était à la hauteur pour gérer la crise. Sa différence majeure avec Nicolas Sarkozy tenait en fait à un trait d’image plus psychologique que politique : il « inquiétait » nettement moins et il apparaissait comme plus proche « des gens ». L’exercice du pouvoir et les déceptions liées à son action n’ont pas permis à François Hollande de transformer en points forts les interrogations que les électeurs avaient sur son image dès 2012.

Tout le PS dans le Stade de France

Une autre difficulté se dresse sur la route de la « Belle Alliance populaire » dont Jean-Christohpe Cambadélis rêve. C’est l’état du PS lui-même… Le 5 avril dernier, le Premier secrétaire déclarait que son parti comptait 100 000 adhérents, un chiffre bien loin de l’objectif affiché de 500 000 adhérents fixé en décembre 2014, lorsque le parti avait voté une réforme de son organisation et du système d’adhésion. Ce chiffre, en baisse constante depuis 2012, est un symptôme à la fois inquiétant et significatif du grand malaise actuel du parti.

Pour donner un ordre de grandeur visuel, le Parti socialiste tout en entier tiendrait aujourd’hui dans un stade de football comparable au Stade de France alors même que le corps électoral français compte (en 2015) 44.6 millions d’électeurs. Il ne pèse, de fait, que 0.22 % de ce corps électoral. Certes, la baisse des effectifs militants n’est pas l’apanage du PS – Les Républicains sont eux-mêmes très loin de ce même objectif de 500 000 adhérents – et tous les partis politiques semblent frappés du même désamour de la part des Français. Selon la dernière vague du Baromètre de la confiance politique du CEVIPOF (décembre 2015, vague 7), seuls 12 % des personnes interrogées déclarent faire confiance aux partis politiques.

Ces tendances ne sont d’ailleurs pas seulement observées en France. On constate en effet que tous les partis sociaux-démocrates en Europe, à quelques exceptions près, connaissent une chute brutale de leurs effectifs adhérents. Comme l’ont fait observer Fabien Escalona et Mathieu Vieira, les partis sociaux-démocrates en Europe de l’Ouest ont perdu leur caractère de « partis de masse » à quelques exceptions près comme le SPD, le PSOE ou le Parti démocrate italien avec des effectifs qui se comptent, pour ces derniers, par quelques centaines de milliers d’adhérents (de l’ordre de 400 000 membres).

Désalignement de classe

Pour les autres partis, la période qui court des années 2000 à aujourd’hui a vu une véritable « hémorragie militante », selon ces deux auteurs. Si l’on met de côté les adhésions qui se réalisent pour certains de ces partis lors de primaires – comme ce fut le cas en 2007 au Parti socialiste avec les adhésions à 20 euros, dont une très grande majorité s’est révélée sans lendemain –, on peut même avancer le chiffre impressionnant d’une perte d’un tiers des effectifs de la social-démocratie en Europe de l’Ouest depuis le début des années 2000.

Cette hémorragie des effectifs militants s’accompagne d’un rétrécissement sociologique : les militants sont non seulement moins nombreux, mais également plus âgés, souvent aussi plus « bourgeois » ou issus des classes moyennes plutôt que des classes populaires. S’il faut nuancer le constat d’une rupture des partis sociaux-démocrates avec les classes populaires, on constate néanmoins dans les pays où des partis populistes d’extrême droite ont pris durablement racine dans l’espace politique une vraie modification de ce lien – ce que les analyses de sociologie électorale dénomment un « désalignement de classe » : en France, plus que dans les autres milieux sociaux, les ouvriers ou les employés, et encore plus les jeunes travailleurs précaires ou chômeurs ne votent plus pour le Parti socialiste mais bien davantage pour le Front national.

Les difficultés qui se présentent sur la route de la « belle alliance populaire » semblent au final importantes. Car l’objectif d’une alliance politique n’est pas seulement de gagner des élections ; dans le climat de défiance politique qui caractérise l’opinion publique aujourd’hui en France, les attentes des électeurs en terme de cohérence et de renouvellement sont très fortes. Il n’est pas certain que la « belle alliance » réponde totalement à ces deux demandes…

The Conversation is a non-profit + your donation is tax deductible. Help knowledge-based, ethical journalism today.