Climat, vaccins, OGM… les Français acceptent la science quand ça leur plaît

Sans un réel effort pour faire preuve d'esprit critique, on aura facilement tendance à considérer la science comme un buffet, où l'on peut se servir selon ses préférences. Tony Derbomez, Author provided

Le récent décret du président Trump n’a fait que confirmer les craintes des scientifiques et de la société civile sur sa politique climatique. Son investiture avait d’ailleurs suscité de vives réactions, qui ont notamment pris corps à travers l’organisation d’une Marche pour la science, prévue le 22 avril un peu partout dans le monde, y compris en France.

Les Français sont souvent prompts à pointer du doigt les Américains au sujet de leur relation tumultueuse avec la science, en particulier en ce qui concerne le changement climatique et l’évolution des espèces. Et pour cause, ils sont à peine plus d’une moitié à attribuer le changement climatique aux activités humaines et seulement un tiers à considérer que les êtres vivants ont évolué par sélection naturelle.

D’où viennent de tels décalages entre la perception du public et l’opinion de la communauté scientifique ? On pourra invoquer entre autres l’attachement des Américains au libéralisme économique pour le rejet des sciences du climat, ou à certaines croyances religieuses concernant la théorie de l’évolution. Cependant, l’influence des convictions personnelles dans l’acceptation de la science est toujours plus facile à identifier chez les autres. Car si nous faisons mieux que les Américains dans notre manière d’appréhender climat et évolution, sur d’autres questions au carrefour entre science et société, nous sommes bel et bien les derniers de la classe.

Déni de science au pays de Descartes

En France aussi, des croyances en nette contradiction avec les connaissances scientifiques sont très répandues. Une enquête récente sur la perception de la vaccination dans 67 pays indique que c’est en France que la méfiance est la plus élevée, et de loin. Étant donné l’absence de fondement scientifique derrière les craintes souvent évoquées, constater un niveau de confiance si faible est frappant. On pourra également citer la popularité de l’homéopathie dans l’Hexagone en dépit de ses échecs cuisants et systématiques lors des essais cliniques, ou encore l’influence toujours vivace de la psychanalyse malgré les incertitudes sur son statut épistémologique et son efficacité thérapeutique. Ceci dit, la bête noire des Français reste la question de l’innocuité des OGM dans l’alimentation.

Dans ce cas extrême, un véritable consensus populaire s’est formé, en opposition manifeste avec le consensus scientifique selon lequel les OGM commercialisés ne semblent pas poser de risque spécifique pour la santé humaine et animale. Ce consensus international, appuyé par une grande quantité de publications scientifiques, est illustré par les déclarations de nombreuses sociétés savantes, institutions publiques et personnalités scientifiques.

Au sujet des OGM, l’écart entre l’opinion des Français et celle de la communauté des chercheurs spécialistes est considérable.

Chez nous aussi, des préjugés favorisent l’acceptation ou le rejet de la science. Notre jugement est notamment biaisé par une méfiance plus ou moins justifiée à l’égard des grands industriels. Naturellement, la réalité du changement climatique fait bon ménage avec ces préjugés. À l’inverse, pour préserver nos convictions face au consensus scientifique sur les OGM – dont beaucoup ignorent l’existence – on ira jusqu’à s’approcher d’une forme de pensée conspirationniste en voyant ce consensus comme une fabrication du lobby des semenciers OGM. À ce stade, on pourra rappeler que le lobby largement plus puissant des combustibles fossiles est lui manifestement incapable d’affecter le consensus sur le climat, sans même parler de l’inverser.

Tendances naturelles de l’humain

En France comme aux États-Unis, de vives controverses sociétales persistent donc sur des questions ne faisant pourtant plus débat au sein de la communauté scientifique. On pourra s’en étonner, étant donnée la facilité avec laquelle on accède de nos jours à l’information scientifique, ne serait-ce que par les médias traditionnels. Hélas, ces derniers échouent souvent à rendre compte de la nuance propre au discours scientifique, en exagérant ou détournant les conclusions d’études isolées, quand ils ne contribuent pas tout simplement à propager des idées fausses. Sur les réseaux sociaux, devenus une source majeure d’information, le succès d’un contenu ne dépend que de son attrait, ce qui ne dit rien de sa qualité. Dans ce déluge d’informations, on aura naturellement tendance à accepter et retenir ce qui flatte nos a priori, et à rejeter ou oublier ce qui les dérange. Mécaniquement, on constate une ségrégation des utilisateurs en groupes de personnes partageant les mêmes idées et qui ne sont exposés qu’à des contenus qui les confortent.

Au-delà des questions scientifiques, chacun peut en somme se fabriquer une « réalité » sur-mesure. C’est bien ce que décrit la fameuse notion de post-vérité, dont les mécanismes reposent sur des travers humains qui n’ont rien de nouveau, mais dont l’effet trouve aujourd’hui une ampleur sans précédent du fait de la révolution du marché des idées portée par Internet.

Remettre la science au cœur des débats

Le souci, c’est que dans la mesure où la réalité scientifique n’a évidemment rien à faire de nos convictions personnelles, il y a un vrai coût à considérer la science comme un buffet où l’on pourrait choisir uniquement ce qui nous intéresse. Le recul de la couverture vaccinale expose la population à la réapparition de maladies comme la rougeole, avec décès évitables à la clé. De même, l’interdiction inconditionnelle des OGM décourage la recherche et ferme la porte à toutes les applications potentielles de la technologie, même si c’est pour améliorer la qualité nutritive des aliments, les rendre moins toxiques, réduire l’usage d’insecticides ou d’engrais, mieux protéger les récoltes des aléas climatiques, etc.

Qu’ils soient de nature environnementale, sanitaire ou socio-économique, les problèmes auxquels l’humanité doit faire face sont trop graves et urgents pour perdre du temps et des ressources avec des mesures contre-productives. La science est le seul outil permettant d’identifier ces problèmes, leurs causes et les solutions potentielles. Dans une démocratie, il est donc essentiel que la meilleure information scientifique disponible constitue le point de départ du débat public et soit partagée par tous les citoyens : on peut débattre de la façon de lutter (ou non) contre le changement climatique, mais on n’a pas à débattre de son existence.

La chose est bien comprise au niveau du parlement, et malgré la complexité de la tâche, des pistes d’amélioration peuvent être envisagées. Par l’enseignement de la méthode scientifique, de l’esprit critique et de l’usage des médias, l’école constitue naturellement un premier levier d’action. L’implication du monde académique dans la discussion citoyenne, un des objectifs de The Conversation France, apparaît profitable, et l’initiative de Marche pour la science a le mérite de provoquer une discussion nécessaire sur l’épineuse question des modalités de cette implication. Par ailleurs, une amélioration du traitement médiatique de l’information scientifique est également cruciale. Sur la toile, Google et Facebook commencent à prendre des mesures pour lutter contre la désinformation, et on recense une multitude de ressources francophones, des podcasts, chaînes YouTube et blogs (dont le mien) visant à promouvoir l’esprit critique.

À la veille de l’élection présidentielle, on remarquera avec intérêt que les candidats ont été invités à se prononcer sur les questions de société à dimension scientifique, trop peu présentes dans les débats. Étant donnés les enjeux, il reste à espérer que la France soit à la hauteur de l’héritage de l’esprit des Lumières auquel elle est tant attachée.