Menu Close

Dans la classe, quels sont les facteurs qui peuvent contribuer au décrochage scolaire ?

Lycée Bréquigny (Rennes), rentrée de septembre 2020. Damien Meyer/AFP

Le décrochage constitue un problème social considérable (il touche en France plus de 100 000 jeunes). Ce phénomène s’est aggravé avec le confinement du printemps 2020 qui a contribué à distendre les liens entre l’école et un certain nombre d’élèves.

Les éclairages quant aux causes possibles de ce phénomène sont multiples. Au risque de simplifier à outrance, on peut avancer que les travaux, principalement en sociologie ou en psychologie, se répartissent entre des causes « externes » à l’école (milieu social, trajectoire de vie, expériences familiales…) et des causes « internes » à l’école (envisagées essentiellement sur quelques dimensions : climat scolaire, violence, évaluation, échec…).

Il convient de remarquer que les recherches portent de plus en plus l’accent sur la multiplicité des causes et sur leurs interactions dans l’histoire des sujets et dans la genèse du décrochage. Cependant, la majeure partie d’entre elles ne pénètrent pas à l’intérieur de la classe pour étudier comment se passe l’enseignement et comment il est vécu.

Tout se passe comme si ce qui occupe la majeure partie du temps scolaire des élèves et ce qui constitue la principale raison de leur présence à l’école ne pesait d’aucun poids dans les mécanismes d’accrochage ou de décrochage.

C’est pourquoi, en tant que didacticiens (c’est-à-dire en tant que chercheurs qui cherchent à comprendre les fonctionnements de l’enseignement et des apprentissages à partir des contenus disciplinaires) nous avons proposé une approche sensiblement différente.

Il nous semblait en effet que le vécu des élèves - c’est-à-dire leurs manières de vivre les disciplines scolaires, les émotions et les sentiments qu’ils leur associent - pesait aussi d’un poids non négligeable dans les mécanismes de décrochage. Cette recherche a fait l’objet de nombreuses publications, dont un ouvrage en 2016, sous le titre : Vivre les disciplines scolaires. Vécu disciplinaire et décrochage à l’école.

Donner du sens

Nous avons donc fait passer des questionnaires (plus de 2000) et mené des entretiens (près de 200) avec des élèves, à l’école primaire, au collège, incluant des élèves de SEGPA (sections d’enseignement général et professionnel adapté), au lycée (incluant des élèves de lycées professionnels), et au-delà (BTS, GRETA, étudiants).

Les résultats vont dans le sens de nos hypothèses. Je ne mentionnerai ici que les principaux d’entre eux. Le vécu des matières scolaires par les élèves en décrochage est globalement négatif, de l’ennui au rejet. Cela concerne les matières dites principales, notamment les mathématiques. Seules y font exception l’éducation physique et sportive et les arts visuels ainsi que certaines matières professionnelles dans des filières choisies par les élèves (esthétique, cuisine).

Le caractère négatif de ce vécu est dû à différents facteurs parmi lesquels :

  • l’imposition (les élèves n’ont de choix ni dans les tâches à accomplir et ni dans les manières de les accomplir) ;

  • les fonctionnements de la matière (notamment quand ils sont très classiques – exposition de l’enseignant, prise de notes des élèves, exercices formels…) ;

  • l’incompréhension persistante des contenus enseignés ;

  • certains fonctionnements de l’enseignant (ironie, manque d’aide pour ceux qui sont en difficulté…) ;

  • les modalités évaluatives essentiellement critiques ;

  • certaines formes d’exposition au regard des autres.

L’absence de relations aux questions que se posent les élèves apparait aussi comme un facteur de décrochage : les élèves ont l’impression que l’école répond à des questions qu’ils ne se posent pas sans répondre aux questions qu’ils se posent. Nombre d’entre eux ont aussi le sentiment de ne pas apprendre ou découvrir grand-chose. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la grande majorité des élèves souhaite effectuer des apprentissages.

Revient encore l’impression d’une absence d’utilité par rapport à sa vie et ses projets. Enfin, les contraintes qui régissent la corporalité (par exemple, la position assise sans déplacements possibles) pèsent d’un poids important.


Read more: Que dire aux enfants qui se demandent à quoi servent les maths


Il est intéressant de constater que les mathématiques cumulent en quelque sorte certains de ces problèmes : exposition au tableau très mal vécue lorsqu’on ne connait pas la réponse, sentiment que les enseignants s’occupent essentiellement de ceux qui comprennent, rythme trop rapide…

Contexte pédagogique

Ce constat doit cependant être affiné en relation avec les différentes modalités de fonctionnement des disciplines – ce que j’ai appelé des configurations disciplinaires – qui varient selon les périodes historiques, selon les pays, les moments du cursus, les filières, les pédagogies…

Le français ou les mathématiques ne fonctionnent pas de la même manière en 1910 ou en 2020, en France ou dans d’autres pays, à l’école primaire ou au lycée, en filière générale ou professionnelle, en pédagogie classique ou en pédagogie Freinet…

Il est ainsi intéressant de remarquer que les mathématiques sont la matière préférée des élèves à l’école primaire avant de devenir la matière la moins aimée dans le secondaire en France – mais ce n’est pas le cas dans d’autres pays. L’histoire-géographie, quant à elle, est plus appréciée dans le secondaire que dans le primaire.


Read more: Inégalités scolaires : des risques du confinement sur les plus vulnérables


Ces résultats suscitent quelques questions. Ils interrogent, par exemple, certaines priorités accordées aux matières dites fondamentales. En effet, si on se situe dans la perspective du décrochage, il faut bien convenir que, dans nombre de cas, ce sont les matières dites secondaires qui contribuent à l’accrochage scolaire.

Cela n’est pas non plus sans questionner les critiques portées à l’encontre des professeurs des écoles dans l’enseignement des mathématiques. Bien que censés être moins formés que les enseignants du secondaire, ils construisent cependant un rapport plus positif entre les élèves et la discipline.

Ces résultats restituent en tout cas l’importance des enseignants et des matières scolaires dans la lutte contre le décrochage scolaire. Ils ouvrent aussi des pistes de travail quant aux configurations disciplinaires les plus favorables à l’accrochage scolaire :

  • alléger les impositions inutiles et laisser des espaces de choix possibles aux élèves ;

  • garantir et sécuriser la compréhension, clarifier les apprentissages à effectuer et effectués ;

  • respecter les élèves et bannir les humiliations, privilégier l’évaluation formative ;

  • travailler les relations aux questions que se posent les élèves ;

  • porter l’accent sur le sens des apprentissages.

En effet, la manière dont les élèves peuvent s’approprier les disciplines, que ce soit sous forme de compréhension, d’expression ou d’articulation à leur identité et/ou à leur projet personnel ou professionnel s’avère fondamental. Enfin, l’appui sur des démarches pédagogiques qui privilégient les recherches des élèves, le travail coopératif, l’autonomie et les projets semble déterminant.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 117,600 academics and researchers from 3,793 institutions.

Register now