Débat : le rôle des réseaux masculins dans les violences faites aux femmes

Le 12 novembre à Hollywood, des centaines de femmes ont marché pour protester contre les violences sexuelles et le harcèlement. David McNewAFP

L’affaire Harvey Weinstein et celles qui l’ont suivie sont généralement considérées comme relevant de l’« abus de pouvoir ». Cette conception de la réalité correspond à l’argumentation développée par les grands studios américains pour refuser un code de bonne conduite : « Ce serait une mauvaise façon d’encadrer des pratiques qui restent individuelles et qui concernent tous les secteurs de l’industrie » estime Charles Rikvin, président de la Motion Pictures Association of America (MPAA), qui regroupe les six principaux studios d’Hollywood.

En ne retenant que la dimension individuelle et exceptionnelle de ces affaires, on les minimise considérablement et on s’exonère à bon compte de ce qui relève plus généralement de la domination masculine. Dans son essai « Sur la violence », Hannah Arendt a clairement distingué le pouvoir, qui est toujours collectif, de la puissance, qui est la propriété d’un individu. Ces scandales révèlent des abus de puissance, mais le pouvoir est rarement mis en cause, sinon vaguement, lorsqu’on accuse le « système » d’être au final responsable.

Pouvoir et réseaux

Dans la vie quotidienne, cette dimension collective du pouvoir s’incarne dans le réseau. Chacun d’entre nous appartient à des réseaux d’ampleur variable, d’où nous tirons notre force et notre autorité. Or les réseaux masculins sont prépondérants dans les sphères politique, économique et culturelle. Dans l’article du Monde dressant le portrait d’Édouard Philippe au lendemain de sa nomination au poste de premier ministre, l’image de son réseau politique apparaît clairement : 18 hommes sont cités (50 occurrences) contre seulement 3 femmes (4 occurrences).

En première analyse, les réseaux apparaissent comme un groupe soudé par des liens d’amitiés. Au début de ses Mémoires, commencées en 1694, Saint-Simon fait le compte de ses amis, masculins pour la plupart. Il distingue ceux qu’il a hérités de son père de ceux qu’il s’est faits lui-même. Il différencie les « amis intimes », les « grands amis » et les amis communs. Au total, il cite plus de cinquante noms d’aristocrates, dont plusieurs ducs et ministres d’État. Ce réseau influent lui permit, à la mort de Louis XIV, qui l’avait écarté de la Cour, d’intégrer le Conseil de régence.

Le réseau serait ainsi une affaire de connivence entre hommes. Les anglophones parlent de male bonding pour désigner cette manière toute masculine de faire du lien en parlant football ou en échangeant des propos machistes. Une étude américaine sur les jeunes femmes entrées dans de grandes entreprises dans les années 70 a montré qu’elles découvraient vite « que les vrais centres de pouvoir ne sont pas les salles de réunion mais les lieux (bar, salle de gym, terrain de tennis…) de fraternisation entre hommes ».

Mais cette approche des réseaux est insuffisante. Les liens ne se définissent pas qu’en termes d’amitié. Ou alors il faudrait en revenir à la conception de l’amitié, tissée de droits et de devoirs, qui prévalait à l’époque de Saint-Simon : l’amitié « obligeait ». Les réseaux professionnels et politiques sont constitués de liens d’égaux à égaux, mais aussi de liens de vassalité, de protecteurs à obligés.

À travers les accords de confidentialité et le devoir de réserve, les entreprises savent obtenir l’allégeance de leurs responsables, comme de leurs employés. Plus un réseau est puissant, plus il est hiérarchisé. Quand il est centré sur un individu, il devient une clientèle. Dans un portrait de Gérard Collomb, ex-maire de Lyon et franc-maçon, Dominique Perben dit de lui : « Il est très fort pour tisser des réseaux. Il sait rendre les gens dépendants, et du coup redevables ».

Pour le membre d’un réseau, celui-ci sert à collecter de l’information, à obtenir du conseil, à promouvoir ses réalisations, à accroître sa visibilité, à favoriser sa carrière. Les réseaux servent surtout à court-circuiter les voies officielles. Pour Brigitte Grésy,

« Les réseaux sont essentiels et les hommes y ont continuellement recours pour noyauter le système de cooptation au sein des entreprises et assurer ainsi leur promotion. »

Monopole masculin

Les réseaux jouent un rôle fondamental dans les domaines innovants, où les règles et les normes ne sont pas encore fixées. Il est aisé de constater que les hommes y monopolisent collectivement le pouvoir. Apparue au début du XVIIIe siècle, la franc-maçonnerie a longtemps exclu les femmes. La naissance de la gastronomie au temps de la Révolution entraîna leur éviction des banquets jusqu’à la Belle Epoque. Celle de l’alpinisme, à partir de la création de l’Alpine Club en 1857, ne faillit pas à la règle selon laquelle les femmes devaient être écartées de toute occupation sérieuse.

Tableau des loges de la Grande Loge de Londres en 1735. Wikipedia

Aujourd’hui, les femmes ont investi toutes les professions et sont plus diplômées que les hommes. Pourtant, elles accusent un très net retard dans les domaines de l’innovation, comme le montre l’examen du top 200 des start-up françaises en 2016 : seulement 7 % des entreprises sont dirigées par des femmes, 2 % l’étant par une femme et un (ou deux) hommes, et 91 % par des hommes. De surcroît, ces derniers ont tendance à s’associer pour gouverner, renforçant ainsi l’emprise masculine sur les domaines innovants (20 % des entreprises sont dirigées par deux ou trois hommes).

L’exemple des start-up montre que l’origine des réseaux masculins doit être recherchée dans les filières de formation. C’est là que se créent bien des liens (d’amitié, d’allégeance) dont seront tissés les réseaux. On ne l’ignorait pas au XVIIe siècle : l’une des principales fonctions des collèges aux yeux des familles consistait à se faire des amis utiles pour construire sa carrière. C’est dans les structures d’apprentissage du savoir, dont les filles ont longtemps été écartées, que s’élabore cette expérience collective du pouvoir qui n’appartient aujourd’hui encore qu’aux hommes.

Trois catégories de réseaux

L’affaire Weinstein permet de distinguer trois catégories de réseaux : les licites, les délictueux et les supraréseaux. Les premiers sont de deux types : les réseaux professionnels qui correspondent aux fonctions officielles et les réseaux officieux destinés à court-circuiter les règles officielles sans pour autant tomber dans l’illégalité. Un autre type de réseau a pour fonction de favoriser et de couvrir des activités délictueuses liées à l’argent ou au sexe. C’est ainsi que « Harvey Weinstein avait embauché une « armée d’espions » pour éviter d’être pris ».

Le supraréseau est aux réseaux précédents ce que les sympathisants d’un parti politique sont à ses dirigeants. Le supraréseau est constitué de personnes, de groupes ou d’institutions qui gravitent au-delà des réseaux qu’entretient un homme de pouvoir, et qui le protègent. Harvey Weinstein ne connaissait pas tous les médias, les agents, les conseils, les intermédiaires qui, profitant de sa puissance et la redoutant, retenaient la leur en refusant d’enquêter sur lui ou en taisant ce qu’ils savaient. À l’origine de la « culture du silence et de la complicité », ce supraréseau le protégeait à la manière d’un bouclier antimissile.

Si bénéfiques que soient la « libération de la parole » et le probable tournant qu’elle constitue, on ne peut oublier que les violences exercées à l’égard des femmes dans le cadre professionnel ont pour origine profonde la mainmise des hommes et de leurs réseaux sur la gouvernance des entreprises, des organisations et des institutions, tant économiques que politiques.


Maurice Daumas est l’auteur de « Qu’est-ce que la misogynie ? » publié en mai 2017 aux éditions Arkhé.

Facts matter. Your tax-deductible donation helps deliver fact-based journalism.