Menu Close

La crise sanitaire va-t-elle mettre fin au projet d’adhésion serbe à l’UE ?

Dans le centre de Belgrade, le 30 mars 2020. Sur le panneau d'affichage, un message payé par un tabloïd pro-gouvernemental : le visage du président chinois Xi Jinping et la formule « Merci frère Xi ». Andrej Isakovic/AFP

Alors que nous sommes en pleine crise sanitaire et que des questions commencent à se poser sur le traitement de cette pandémie par nos autorités, il est intéressant d’examiner la façon dont un État plus jeune (créé en 2006) et moins puissant (PIB de 51,5 milliards de dollars pour 7 millions d’habitants) a su se mobiliser pour contrer le virus.

Derrière l’État, c’est toute une nation qui semble prendre au pied de la lettre le mot d’ordre macronien « nous sommes en guerre ». Mais c’est aussi le manque de solidarité européenne qui a conduit le président serbe Aleksandar Vučić à se tourner résolument vers d’autres acteurs, comme le grand frère russe ou le puissant « cousin » chinois.

Un État en ordre de bataille

Au 9 avril, alors que le virus avait fait près de 11 000 morts et quelque 100 000 infectés en France, en Serbie il n’y avait que 61 morts et moins de 2 500 infectés. Mais derrière ces chiffres macabres, c’est surtout le décalage entre l’attentisme français et la réactivité des autorités serbes qui est frappant.

En effet, avant même le premier mort du Covid-19 en Serbie, le 21 mars, les autorités de Belgrade avaient pris des mesures drastiques :

  • Interdiction de tout transport entre les villes, sauf pour les véhicules de transport de marchandises.

  • État d’urgence décrété le 20 mars, avec confinement entre 17 h 00 et 5 h 00 du matin. Les seniors sont autorisés à sortir entre 4 h 00 et 7 h 00 du matin pour faire leurs courses dans les supermarchés qui ouvriront spécialement pour eux (le gouvernement a publié une liste comprenant plus de 2 000 établissements). Tous les magasins sont fermés à l’exception des supermarchés, des épiceries et des pharmacies. Les parcs et les surfaces vertes sont interdits d’accès.

La rue Knez Mihailova, à Belgrade, le 30 mars 2020. Andrej Isakovic/AFP
  • Fermeture totale des frontières et patrouilles de l’armée le long des frontières et dans les artères des grandes villes.

  • Publication d’une liste officielle de produits et aliments dont les prix ne pourront pas être augmentés (tout ce qui relève de la nécessité absolue, comme le pain, le lait, la farine, le sucre, les œufs, mais également des articles d’hygiène).

  • Confinement obligatoire pour tous les citoyens serbes revenant de l’étranger (14 jours, sauf pour ceux revenant d’Espagne et d’Italie, pour qui un confinement de 28 jours est obligatoire)

  • Sortie interdite pour toutes les personnes ayant plus de 65 ans (à l’exception, donc, des courses très tôt le matin) – sous peine d’amende d’environ 1000 euros et/ou emprisonnement.

  • Moratoire sur le paiement des factures pour les mois de février, mars et avril (électricité, eau, etc.), pour les entreprises comme les ménages.

Avant cette fermeture des frontières, on a observé une forte vague de retours de 35 000 gastarbeiters (exilés économiques) serbes depuis l’Autriche, l’Allemagne ou encore la Suisse. Tous vont passer systématiquement 14 jours de confinement dans des camps militaires médicaux aux frontières.

Avant même le premier mort, dans chaque ville importante les hôtels et les grandes salles de sport ont été réquisitionnés pour accueillir les malades du Covid-19 et opérer un premier tri avant d’envoyer en réanimation ceux dont l’état le nécessitait. À Belgrade, la grande halle consacrée aux Congrès et Salons (Sajmište) – l’équivalent de notre salon de la porte de Versailles – a été transformée en énorme centre de soins avec 3 000 lits et sous la protection de l’armée.

Des militaires serbes installent des lits dans un hall de la foire de Belgrade pour accueillir des personnes souffrant de symptômes légers de Covid-19 le 24 mars 2020. Vladimir Zivojinovic/AFP

Dans le même temps, les chaînes de télévision, privées comme publiques, martèlent des messages de prévention. Les as du basket ou du football exhortent leurs concitoyens à rester à la maison, affirmant que c’est ainsi qu’ils seront des champions, vainqueurs de la maladie (« Mi smo šampijoni »). Un véritable élan patriotique – certains diront instrumentalisé par l’État – se dégage de ces messages.

Cette gestion musclée de la crise montre bien la façon dont le président dirige ses affaires intérieures. Au pouvoir depuis 2014, Aleksandar Vučić, issu des rangs de la droite nationaliste, est désormais un pro-européen convaincu. S’il se veut aujourd’hui en pointe dans la lutte contre la pandémie, on se souvient encore qu’avant le début des événements, il prenait le Covid-19 à la légère. La crise sanitaire a également été pour le président serbe une occasion de mieux contrôler les médias, alors que la campagne électorale en vue des législatives prévues le 26 avril (et reportées depuis à cause de la crise sanitaire) n’avait fait que commencer.

Une société solidaire et mobilisée

Depuis le début de la pandémie, de nombreux exemples de solidarité ont montré la vitalité de la société serbe. L’habitude de se serrer les coudes liée au souvenir de la décennie 1990, période d’embargo international et de guerres aux frontières, explique en partie cette multiplication d’initiatives personnelles de solidarité envers la collectivité. Mais on peut aussi penser qu’à l’instar de ce qui se passe depuis deux mois dans des pays pays comme la Chine ou à Cuba, le système socialiste a laissé des traces.

La compagnie Air Serbia a envoyé plusieurs avions quotidiens pour ramener ses citoyens depuis Paris, Amsterdam, Doha, Moscou, Chypre ou encore Thessalonique. À comparer aux dizaines de milliers de touristes français complètement bloqués un peu partout dans le monde et obligés d’acheter à prix d’or leurs billets retour pour la terre natale. Des vols quotidiens vont chercher parfois jusqu’à seulement une dizaine de touristes serbes perdus au Mexique, à Cuba ou à Malte, a expliqué Aleksandar Vučić lors d’une interview à la chaîne télévision Prva, le dimanche 29 mars 2020.

Plus de 100 000 personnes de nationalité serbe sont ainsi revenues au pays depuis le début de la pandémie, dont 120 membres du personnel médical. Des médecins épidémiologistes travaillant depuis de nombreuses années à l’étranger reviennent massivement en Serbie prêter main-forte à leurs compatriotes, sans aucune contrepartie financière. On ne compte plus les dons attribués par les champions du sport serbe (à commencer par le numéro 1 du tennis mondial, Novak Djoković, qui a donné 1 million de dollars). La solidarité des Serbes de renom s’est montée en quelques jours à 6 millions de dollars de donations au secteur sanitaire. Ces efforts vont permettre à un pays encore en transition économique de se doter d’appareils respiratoires qui seront bien utiles dans les semaines à venir.

Des brigades de volontaires patrouillent systématiquement dans les résidences et les quartiers résidentiels au contact des personnes de plus de 65 ans, leur apportant nourriture et médicaments. Formés de trois jeunes volontaires, avec un chef de brigade, ils ont massivement aidé la population, surtout âgée, à rester psychologiquement en forme. Ce type d’action se place dans la droite ligne des « radne akcije » (brigades de volontaires) qui, du temps de la Yougoslavie socialiste, amenaient les jeunes gens à œuvrer de façon bénévole sur divers chantiers nationaux (construction de routes et de voies ferrées par exemple).

Des masques ont été distribués gratuitement à la population depuis deux semaines. Ils sont rationnés et distribués par paquets à chaque famille, mais cela contraste avec l’alternance entre pénurie et prix inabordables dans le cas français. Une véritable prise de conscience de la société fait que tout le monde, dans la rue, à la télévision ou au gouvernement, porte des gants et un masque, à l’instar de la Chine.

Devant les atermoiements de l’UE, le précieux allié chinois

Lundi 23 mars : accueillant en grande pompe le premier avion d’aide médicale provenant de Chine, Aleksandar Vučić déclare que « si la Serbie manque d’équipement, c’est la faute de l’Union européenne » car celle-ci a fortement restreint l’exportation de matériel médical depuis le début de la crise. Il ajoute, furieux, que « la solidarité européenne n’existe pas, c’est un conte pour enfants ». C’est à ce moment que le président serbe, dans un tournant historique, décide de faire totalement confiance aux Chinois, « les seuls qui peuvent nous aider » selon lui. Il va jusqu’à annoncer la naissance d’une « amitié qui va durer des siècles et des siècles ». Depuis ce discours, plusieurs avions chinois sont arrivés en Serbie, apportant plus de 3 tonnes de maques, de nombreux appareils respiratoires, mais aussi des médecins.

Aleksandar Vučić le 15 mars 2020 à Belgrade. Oliver Bunic/AFP

La Russie a également envoyé du matériel médical, ainsi que des tests de dépistage. De toute évidence, l’Union européenne a ici manqué le coche. Alors que dans les crises précédentes, elle avait été au rendez-vous (versant notamment 80 millions d’euros d’aide lors des inondations de 2014), elle a fait preuve d’inertie et d’aveuglement devant les enjeux géopolitiques actuels. Belgrade a lancé plusieurs appels à l’aide, qui se sont concrétisés par un résultat décevant : un avion affreté par l’UE, mais avec un matériel médical payé par la Serbie.

Même si l’Europe a tardivement cherché à se rattraper, seuls quelques États, comme la Norvège, se sont montrés à la hauteur de la situation.

Cela en dit long sur l’absence de réponse réelle, à la hauteur de l’enjeu sanitaire actuel, des instances fédérales européennes. Rappelons que la Serbie est le pays des Balkans occidentaux (ex-Yougoslavie) le plus avancé dans les négociations d’adhésion à l’UE. Alors qu’Aleksandar Vučić était jusqu’ici un fervent défenseur de l’adhésion à l’UE, la crise sanitaire semble l’avoir fait changer d’avis ; il épouserait ainsi l’évolution d’une opinion qui se montre de moins en moins favorable à l’intégration européenne (le taux de soutien qui était de 72 % en octobre 2003 n’était plus que de 53 % en août 2019). C’est comme si l’UE n’existait plus face à sa première crise sanitaire d’ampleur provoquant en Serbie une déception qui, à n’en pas douter, laissera des traces profondes…


Cet article a été co-écrit avec Svetlana Maksovic.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 126,900 academics and researchers from 4,020 institutions.

Register now