Discriminer peut nuire gravement à la croissance

Dix ans après les émeutes, les banlieues génèrent toujours quantité de stéréotypes. Cicilie Fagerlid/Flickr, CC BY-NC

L’actualité foisonne de questions d’identités, d’interpellations au sujet d’un voile, d’évocation d’une race blanche ou noire, d’un jeune dit « de banlieue »… l’actualité foisonne aussi d’enjeux économiques tels les derniers licenciements d’Air France. Quant à l’année 2014, elle aura été celle du « mariage pour tous » et des questions de genre. Autant de sujets, autant de questions qui courent dans l’actualité en étant séparées, sans jamais (ou très rarement) être liées : des questions identitaires, économiques et de genre qui ne communiquent jamais entre elles.

Et pourtant, elles concernent toutes des questions discriminatoires, des logiques de pouvoir-subordination-domination. C’est peut-être là que doit être pris en compte le paradigme de l’intersectionnalité. Mot à la mode dans les univers de la recherche, il est temps pour nous qu’il parvienne à être pleinement considéré dans une approche plus politique, plus opérationnelle.

Pourquoi ? Tout d’abord parce que ce paradigme autorise enfin à estimer que les discriminations liées aux appartenances culturelles ou sexuelles sont autant de discriminations in fine économiques. En effet, des travaux prouvent largement combien le fait d’être discriminé au regard de ses origines ou de son sexe a des conséquences économiques – pour la personne elle-même, mais aussi pour la croissance en général. Discriminer, c’est aussi une question de croissance : telle la conclusion de l’étude que nous publions ces jours-ci avec Marie-Cécile Navès. Notre étude souligne que le coût final obtenu est de 10 milliards d’euros : 7 milliards correspondant à la normalisation du chômage et 3 milliards à la normalisation des diplômes.

Processus d’émancipation

Le paradigme intersectionnel prend en compte ces discriminations qui ne sont pas directement celles de la classe sociale, et c’est là qu’en est tout le bénéfice. Il permet de comprendre qu’une politique de lutte en faveur de l’égalité hommes-femmes ou en faveur des individus d’origine étrangère à la France est aussi une lutte en faveur de l’économie et de la croissance. Briser les stéréotypes de genre ou de « race », pour le dire comme les Anglo-Saxons, est un pas vers un PIB plus florissant. Peut-être que les économistes classiques sauront prendre en compte cette variable et peu à peu opérer ces liens.

Mais l’intersectionnalité est aussi heuristique pour mieux penser la complexité de nos environnements actuels : raisonner de façon intersectionnelle, considérer que classe sociale, origine ethnique, sexe, orientation sexuelle, culture, etc. doivent être pensés ensemble nous permet d’appréhender cette complexité et de sortir du diversity blind (c’est-à-dire de ne pas voir l’absence de diversité : un plateau de conférenciers tous hommes et blancs, une publicité sexiste, etc.), comme diraient les Anglo-Saxons.

Car les inégalités économiques sont enchevêtrées dans des enjeux sociétaux et culturels. Partant, les processus d’émancipation de tout un chacun pourraient être une chance globale pour un monde plus harmonieux, mais aussi plus dynamique d’un point de vue économique. La sémiotisation du mythe de la banlieue et des jeunes de banlieue est, à cet égard, parlante : si un jeune de banlieue convoque une grande productivité stéréotypique (coupable, délinquance, diplômes inutiles, etc.), cette formule joue également diversement sur les strates de « jeune » (immature, peu expérimenté, naïf, etc.) et « banlieue » (marge, violence).

Anti-clichés à Clichy-sous-Bois en 2006. Cicilie Fagerlid/Flickr, CC BY-NC-SA

Or l’individu n’est pas une somme de caractéristiques qui se cumulent pour lui donner son identité, mais une entité complexe qui articule diversement ses propres caractéristiques. Aussi, comme notre étude sur le coût économique des discriminations l’a montré, le phénomène de multi-discriminations doit être pris en compte car, de plus en plus, ces discriminations se conjuguent, s’articulent de manière croisée, voire entrecroisée.

La figure du « jeune de banlieue »

Il s’agit donc de complexifier l’analyse des stéréotypes, d’articuler sans cumuler. Ainsi, à propos des « jeunes de banlieue », les stéréotypes associés à cette expression ne sont pas la somme de ceux associés aux « jeunes » et ceux associés à la « banlieue » : il se construit une représentation spécifique de l’objet, qui ne fait pas que cumuler les éléments, mais qui complexifie l’objet.

Alors que certains ouvrages jouent avec ces catégories sans les analyser de façon rigoureuse, nous pensons qu’un tel sujet mérite une appréhension croisée des différentes strates. Qu’elles soient démographiques, géographiques, sociologiques, culturelles, etc., ce sont elles qui composent l’objet discriminé, et permettent de saisir les articulations à faire entre ces divers éléments : lieu d’habitation et accès à l’emploi, ancrage sociologique et pratique culturelle par exemple. Cette appréhension croisée permet d’objectiver l’analyse des discriminations, et de rendre crédible celle du coût qu’elles peuvent entraîner.

De même, les jeunes filles de banlieue constitueraient un objet radicalement différent de celui traditionnellement considéré à travers « jeune de banlieue », en jouant sur les rapports de sens entre genre et banlieue par exemple. Et là encore l’analyse de cet objet d’étude, et l’évaluation du coût économique des discriminations relatives, différeraient.

Approche intégrée

L’intersectionnalité renvoie donc à une théorie transdisciplinaire visant à appréhender la complexité des identités et des inégalités sociales par une approche intégrée : elle réfute le cloisonnement et la hiérarchisation des grands axes de la différenciation sociale (classe sociale, sexe/genre, classe, « race », ethnicité, âge, handicap, orientation sexuelle). L’intersectionnalité postule leur interaction dans la production et la reproduction des inégalités sociales.

En fait, si l’on appréhende souvent des problématiques sous un unique angle, ceci nous empêche d’en saisir toute la complexité. Ainsi, un individu qui se situe dans plusieurs minorités à la fois ne sera socialement reconnu comme appartenant qu’à une seule de ces minorités – et ce même s’il ne se voit pas comme en faisant partie : c’est le phénomène d’assignation.

Et de manière plus novatrice encore, au regard de l’étude sur le coût économique des discriminations, nous montrons que, au-delà des questions éthiques, voire morales que ces termes posent, il s’agit bien aussi de points de croissance économique qui sont en jeu.