Menu Close

Articles on extrême gauche

Displaying 1 - 20 of 47 articles

Portrait représentant Diego Maradona avec le maillot de l'équipe nationale argentine lors de la Coupe du monde 1986, photographié à Naples en mai 2017. Julian Schlaen/Shutterstock

Maradona, l’éternel adolescent

Pourquoi certains prodiges mènent-ils une vie désordonnée ? Diego Maradona a toujours été un adolescent rebelle et transgressif.
Des militants antifa dans les rues de Salem, Oregon, lors d'un rassemblement de groupes d'extrême droite tels que les Patriot Prayer et les Proud Boys, le 7 septembre. Allison Dinner/AFP

Fact check US : Existe-t-il une « menace antifa » aux États-Unis, comme l’affirme Donald Trump ?

La mouvance antifa a pris de l’ampleur aux États-Unis suite à l’élection de Donald Trump. Ses membres ne constituent toutefois pas une menace au sens où l’entend le président américain.
Marine Le Pen et Jordan Bardella (RN) lors du traditionnel hommage à Jeanne d'Arc devant sa statue à Paris le 1er mai 2020. coronavirus). Alain JOCARD / AFP

Comment la crise souligne les faiblesses des extrêmes

En dépit des apparences, la montée en puissance de nombreuses thématiques chères aux partis d’extrême droite ou gauche ne semble pas leur bénéficier particulièrement en temps de crise.
Pendant une manifestation contre le confinement à Columbus, Ohio, le 18 avril 2020. Megan Jelinger/AFP

Les radicalisations au temps du Covid-19

Par le bouleversement qu’elle représente et l’inquiétude qu’elle génère, l’épidémie actuelle est de nature à favoriser le passage à l’action violente.
Pablo Iglesias (au centre), leader du parti espagnol Podemos, lève le poing aux côtés de la maire de Barcelone, Ada Colau (troisième à partir de la droite), lors d'un meeting de campagne à Barcelone le 24 avril 2019. Lluis Gene/AFP

Le bilan des « mairies du changement » en Espagne

Alors que de nombreuses « listes citoyennes » se forment en France en vue des municipales, retour sur les « mairies du changement » qui ont pris la tête de plusieurs grandes villes espagnoles en 2015.
Il quarto stato, huile sur toile de 293 × 545 cm. L'œuvre est centrée sur les luttes sociales dans le monde du travail, mouvements parfois perçus comme « populistes ». Giuseppe Pellizza/Wikimedia

Le « populisme » peut-il être un concept scientifique ?

De quoi parle-t-on exactement quand on parle du populisme ? Ce concept n’en dit-il pas davantage sur ceux qui l’emploient que sur ceux qu’ils désignent ?
Jean-Luc Mélenchon (ici, le 23 juin 2019, à Paris) a subi un échec cuisant lors des Européennes du 26 mai dernier. Geoffroy Van Der Hasselt / AFP

Siphonner les voix des « fâchés pas fachos » : le pari perdu de Mélenchon

Malgré tous ses efforts, la France insoumise ne parvient pas à capter les voix d'une frange de l'électorat populaire qui demeure ancré à droite politiquement et culturellement.
Yannick Jadot (EELV), Nathalie Loiseau (Renaissance), Rafaël Glucksmann ( Place publique), Manon Aubry (France insoumise) et François-Xavie Bellamy (Les Républicains), le 9 avril, lors d'un débat télévisé. Kenzo Tribouillard/AFP

Les élections européennes métamorphosent le clivage gauche-droite

La question sociale n’est pas évacuée comme le sous-entend le discours du « ni gauche ni droite ». Or c’est bien elle qui a toujours structuré le clivage gauche-droite.
A Paris, le 1er mai 2019. Kenzo Tribouillard/ AFP

Black bloc, qu’est-ce que c’est ?

Leur violence collective, contenue et auto-limitée, se présente comme ciblée et différenciée, mais aussi comme une réponse aux violences sociales, économiques et autres destructions environnementales.
Profanation d'un cimetière en Alsace, en décembre 2018. Sébastien Bozon/ AFP

L’antisémitisme aujourd’hui

La recrudescence des agressions antisémites doit être lue dans le contexte de violence qui affecte notre pays, alors que fleurissent les fake news et que le « complotisme » fonctionne à plein régime.
Black bloc, ultra-gauche et ultra-droite: ils émaillent les manifestations récentes et font usage des mêmes modes opératoires. Roscoe Myrick/Flickr

Cagoule noire sur gilet jaune : décrypter les violences durant les manifs

La violence militante n’est pas une nouveauté : mais de quoi parle t-on exactement quand on mentionne l’ultra-droite ou l’ultra-gauche ? Qui se cache derrière et quelles sont leurs méthodes ?
Les gilets jaunes se rassemblent à l'ombre de l'Arc-de-triomphe à Paris, le samedi 24 novembre 2018. François Guuillot/ AFP

Les « gilets jaunes », quand la France se cabre

Le mouvement des « gilets jaunes » correspond à un nouveau répertoire : s’il est défensif, et classique dans ses significations, il est particulièrement moderne dans ses formes.
Le 31 octobre, plusieurs centaines de personnes se sont regroupées à Londres devant le Parlement, brandissant un sablier enfermé dans un rond. Le rond symbolise notre planète et le sablier, le compte à rebours de l’extinction. Kay Michael/Flickr

Extinction Rebellion : « Pourquoi je m’engage dans l’action non violente contre le changement climatique »

Ce mouvement britannique, lancé le 31 octobre dernier à Londres, entend défier l’inaction climatique des gouvernements par l’action non violente.
Horst Seehofer (ici en 2016), le leader de la CSU, allié de plus en plus encombrant d'Angela Merkel. Andreas Khol/Flickr

En Allemagne, une scène politique de plus en plus éparpillée

Le réveil de l’extrême droite en Saxe et Saxe-Anhalt confronte l’Allemagne à un phénomène minimisé depuis des années, celui de la radicalisation de l’extrême droite néonazie.

Top contributors

More