Le Covid-19 révèle une crise de l’institution scientifique

Le regard politique se tourne vers le professeur Jean-François Delfraissy. LUDOVIC MARIN / AFP / POOL

Depuis le début de la crise liée à la propagation du Covid-19 en France, la science et les scientifiques occupent une place centrale dans la décision publique. Deux groupements d’experts, le « conseil scientifique » (CS) et le « comité analyse recherche et expertise » (CARE) ont ainsi été mis en place pour informer les mesures gouvernementales. Ces nouvelles structures, constituées sur des critères flous, s’accompagnent d’un discours politique volontariste selon lequel « c’est grâce à la science et à la médecine que nous vaincrons le virus ». Il s’agit ainsi de s’appuyer sur « nos meilleurs chercheurs » pour trouver des solutions rapides et adaptées.

Le procédé n’est pas nouveau. Les responsables politiques se sont fréquemment appuyés, en particulier dans des contextes d’incertitude, sur la connaissance et l’expertise scientifiques pour construire la légitimité des institutions et de l’action publiques. C’est par exemple vrai des institutions européennes, qui ont historiquement cherché à enrôler des chercheurs pour légitimer le processus d’intégration et à recourir à l’expertise pour compenser le déficit démocratique de leurs procédures. La démarche semble néanmoins rencontrer, ici, deux types de limites.

Expertise scientifique et défiance citoyenne

L’argument d’autorité que constitue la référence aux avis du conseil scientifique ne suffit pas, d’abord, à construire l’acceptabilité sociale des mesures de confinement. Les entorses à la lettre ou à l’esprit de ces mesures, largement médiatisées depuis la mi-mars, témoignent de ce que ces mesures ne sont qu’imparfaitement comprises et acceptées par une partie de la population.

Il serait une erreur de ne voir dans ces entorses qu’une résistance à un confinement par nature délétère, notamment pour les plus démunis. Le contexte de crise ne fait en effet pas disparaître la défiance préexistante des citoyens à l’égard des paroles publiques et des expertises qui « tombent d’en haut », sans considération pour « le terrain » et les difficultés des vies ordinaires. Cette défiance est particulièrement forte dans les parties de la population qui entretiennent un rapport distant ou conflictuel aux institutions publiques. Dans certains quartiers populaires par exemple, la distance aux mots d’ordre politiques et les tensions avec la police n’ont pas attendu le confinement.

Les derniers mois ont vu une prise de conscience de cette défiance. La mise en place de la convention citoyenne pour le climat témoigne en effet d’un souci de construction des mesures de transition écologique dans un double dialogue avec les experts scientifiques et les citoyens ordinaires. Le temps court d’une crise sanitaire se prête sans doute moins à la mise sur pied de tels dispositifs délibératifs. Mais les dispositifs existants de démocratie sanitaire auraient pu être mobilisés. Le fait qu’ils ne l’aient pas été, ou si peu, montre que l’acceptabilité sociale des avis scientifiques reste un impensé des décisions actuelles.

Preuve scientifique et bon sens thérapeutique

Les avis du conseil scientifique ne suffisent pas non plus à justifier aux yeux d’une partie du public les décisions prises quant à la question des traitements potentiels de la maladie. La controverse fortement médiatisée autour de l’efficacité potentielle de l’hydroxychloroquine en constitue une illustration. Alors que le gouvernement insiste sur le fait que l’usage de cette molécule est prématuré, ou doit être à tout le moins très encadré, les pharmacies font état d’une forte hausse de la demande et de ruptures de stock, à la suite notamment des prises de parole du microbiologiste Didier Raoult vantant l’efficacité de ce traitement.

Ce constat témoigne d’une déconnexion entre l’institution scientifique et l’opinion publique, et singulièrement d’une incapacité à faire entendre et accepter les normes d’administration de la preuve scientifique. Les règles et les temporalités ordinaires de la découverte scientifique apparaissent inopérantes, aux yeux d’une partie des citoyens, face au discours volontariste de Didier Raoult, pourtant uniquement étayé par un essai clinique limité et controversé.

Ce caractère inopérant peut s’expliquer par deux facteurs. Le premier tient à la relative distance d’une partie de la population à la science, par déficit de formation primaire et de dispositifs de dialogue institutionnalisés entre chercheurs et citoyens. Le second tient à la manière dont Didier Raoult a diffusé ses prises de position. Plutôt que de passer prioritairement par des canaux de validation scientifique de ses hypothèses, l’infectiologue a privilégié l’enrôlement des citoyens ordinaires à travers la diffusion de vidéos courtes et accessibles, vues des centaines de milliers de fois. Plutôt que d’apparaître pris en défaut par manque de rigueur intellectuelle, il a revendiqué sa défiance vis-à-vis de la « dictature morale » des normes scientifiques et mathématiques, qui s’opposeraient au bon sens thérapeutique des médecins. On retrouve, dans son discours, l’opposition entre des savoirs institutionnels, « froids » et déconnectés des réalités, et des savoirs de terrain, « chauds » et aux prises avec les problèmes et les malades concrets.

Réarmer l’institution scientifique

L’institution scientifique apparaît ainsi doublement désarmée. D’une part, elle a manqué des moyens humains et financiers qui auraient pu lui permettre de construire une recherche fondamentale de long terme mobilisable et utile dans cette crise. D’autre part, elle pâtit d’une incompréhension sociale et politique de son fonctionnement et des temporalités de ses découvertes.

Ces problèmes ne sont pas de ceux qui se règlent par des solutions simples. Ils nécessitent un réarmement de l’institution scientifique sur le long terme. Un tel chantier ne peut pas faire l’économie d’un investissement substantiel et structurel, à travers le financement durable de postes permanents et d’équipes de recherche, hors de la logique délétère des appels à projets. Il ne peut pas non plus passer outre une réflexion quant à la manière dont la science peut construire sa valeur aux yeux des citoyens. Il ne peut pas, enfin, se faire sans l’écoute par les responsables politiques des besoins de la communauté scientifique. A tous ces titres, la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) envisagée par le gouvernement avant cette crise apparaît plus inadaptée encore qu’elle ne l’était déjà.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 106,300 academics and researchers from 3,429 institutions.

Register now