Vibromasseur, bondage, sado-masochisme… de la libération à la « pornification » de la sexualité

D’ici 2024, le marché mondial du bien-être sexuel devrait atteindre 39 milliards de dollars. Alexkoral / Shutterstock

Les filles et les femmes sont-elles plus libérées sexuellement que jamais ? C’est ce que suggère le succès de certains produits : des vibromasseurs aux accessoires de bondage, le marché sexualisé a transformé les pratiques sexuelles transgressives en affaires domestiques quotidiennes.

Mais cette liberté sexuelle est-elle vraiment libératrice ? Ou transforme-t-elle les femmes d’objets sexuels de désir masculin en sujets sexuels à part entière ?

Telles sont les questions que nous avons cherchées à explorer dans notre étude sur la vie sexuelle et intime des jeunes femmes, à travers une série d’entretiens approfondis. Au cours de ces entretiens, qui se sont déroulés dans un état du sud des États-Unis, nous avons été frappées par la façon dont les relations sexuelles et intimes des femmes reflètent les tendances à la « pornification », notamment en ce qui concerne les relations soumission/domination.

De Sex and the City à 365 jours

Les dernières décennies ont vu l’émergence d’une industrie érotique orientée vers les femmes, avec des boutiques érotiques sensibles à la mode, un marché pour les créateurs de jouets sexuels de marque et une attirance sur les pratiques sexuelles risquées et taboues dans la culture populaire, les manuels de sexe, les blogs ou les podcasts.

D’ici 2024, le marché mondial du bien-être sexuel (jouets sexuels, lubrifiants, lingerie exotique, etc.) devrait atteindre 39 milliards de dollars. Ce chiffre est renforcé par l’industrie de la pornographie en ligne, dont la valeur est actuellement estimée à 15 milliards de dollars.

Ensemble, ces tendances reflètent cette « pornification » de la culture, par laquelle les thèmes et récits pornographiques s’intègrent dans les textes populaires, mettant en évidence et normalisant certains types de sexualité.

Les exemples contemporains de pornographie remontent aux années 1990, après la première de HBO’s Sex and the City (1998-2004), qui a normalisé le sexe occasionnel et popularisé les jouets sexuels, comme le vibrateur haut de gamme Rabbit, pour toute une génération de femmes. C’est l’un des premiers cas où le sexe a été réimaginé comme étant libérateur, quelque chose que les femmes font pour se faire plaisir à elles plutôt qu’à leurs homologues masculins.

La commercialisation consécutive, des cours de pole dance aux talons aiguilles, plates-formes de rencontre et guides sexuels du kamasutra, a depuis refondu la sexualité de manière à célébrer ostensiblement l’autonomie, la féminité et le pouvoir sexuel des femmes. En 2011, le premier épisode des Cinquante nuances de Grey (Fifty Shades of Grey) trilogie érotique popularisant le BDSM – une abréviation condensée de bondage et discipline, domination et soumission, sadisme et masochisme – a fait son apparition pour devenir le livre le plus vendu de la décennie.

Fifty Shades of Grey, the best-selling book of the decade. Radu Bercan/Shutterstock

Les films successifs ont généré un total de 1,25 milliards de dollars de recettes. Le phénomène Fifty Shades a porté le porno chic vers de nouveaux sommets, en revisitant le sexe violent comme une forme de jeu sexuel érotique. Par la suite, les médias ont capitalisé sur cette tendance, comme en témoigne le populaire drame Netflix 365 jours.

Bande-annonce du film «365 jours » (Ensworld, 2020).

Peu à peu, les fantasmes nés dans le porno ont commencé à s’infiltrer dans les médias et le marché, faisant éclore un nouveau mode de féminité organisé autour de l’entrepreneuriat sexuel.

Investir dans son émancipation sexuelle

L’entrepreneuriat sexuel résume la façon dont, au cours des dernières décennies, le sexe et les relations intimes ont été soumis aux logiques de marché du consumérisme, de l’investissement et de l’entreprise.

Par exemple, il est devenu courant d’externaliser les questions d’amour à des plates-formes de rencontre, des thérapeutes de couple et des organisateurs de mariage. On s’attend de plus en plus l’incarnation de sexualités sûres d’elles-mêmes et averties, mais aussi qu’elles soient habiles dans une variété de comportements et de pratiques.

Pour les femmes, cela signifie que la virginité, l’innocence et la vertu, en tant que monnaie dominante de la désirabilité féminine, sont passées au second plan de l’émancipation sexuelle. Pour parvenir à cet état d’émancipation sexuelle, les femmes sont appelées à travailler, à investir et à gérer leur vie sexuelle de manière permanente, souvent par le biais de la consommation.

Les thérapeutes de couple, un moyen d’externaliser les questions relatives à l’amour et au sexe. Mangostock/Shutterstock

Une variante du postféminisme soutient cette notion d’entrepreneuriat sexuel. Le postféminisme – concept relativement fourre-tout – met en effet en avant des objectifs comme l’émancipation, la confiance et la libération sexuelle. Or, ce postféminisme en est venu à dicter la manière dont les femmes gèrent leur vie physique, psychique et sexuelle.

Par exemple, les messages invitant les femmes à « aimer leur corps » et à « avoir confiance », comme en témoigne par exemple dans son livre Lean In, Sheryl Sandberg, femme d’affaires américaine passée par Google et Facebook, ont cultivé une culture qui appelle les femmes à rechercher continuellement la perfection dans toutes les sphères de la vie.

Mais comment cela se traduit-il dans les relations intimes et les expériences sexuelles vécues par les femmes ?

Sentiment d’équité

Au cours de nos recherches, il est apparu clairement que les femmes exercent un pouvoir considérable dans leurs relations intimes. Cette domination – bien que subtile – se manifeste souvent dans les domaines domestiques ou relationnels, par opposition aux domaines financiers et économiques plus larges, où les femmes restent désavantagées de manière disproportionnée.

Par exemple, les femmes dans les relations peuvent dicter le calendrier social du couple ou les choix de mode du couple, mais s’en remettent à leur partenaire lorsqu’elles sont confrontées à des décisions financières importantes, comme un déménagement ou l’achat d’une maison.

Cette autorité déclarée permet aux femmes d’atteindre un sentiment d’équité dans leurs relations intimes qui n’a pas toujours l’effet escompté. Les femmes utilisent notamment le sexe oral comme un moyen de contrôler leurs relations et leur corps. Celles qui perçoivent leur corps, en particulier leur vagin, comme dégoûtant ou honteux exigent de leur partenaire qu’il évite le cunnilingus, mais se livrent perfidement à une fellation. En retour, les femmes se sentent en droit d’avoir des exigences réciproques, souvent sous la forme de cadeaux, de sorties nocturnes ou de l’assurance d’une relation exclusive.

Le plus troublant est que, dans certains cas, les femmes exercent ce pouvoir de manière rétroactive pour mettre fin à des situations qui les privent de leur autonomie. En particulier, dans le cas des agressions sexuelles, les femmes reformulent, nient ou même assument la responsabilité d’expériences sexuelles non désirées.

Ces expériences sont redéfinies parce que les femmes en minimisent la gravité, ou pire, parce qu’elles ont le sentiment d’avoir été complices d’une manière ou d’une autre et qu’elles auraient pu les empêcher de se produire.

Asservissement narcissique

Ce sentiment de pouvoir prend cependant une autre signification derrière des portes closes, où les femmes sont plus susceptibles d’adopter un positionnement sexuel soumis de manière à reérotiser les relations traditionnelles de pouvoir.

Dans l’ensemble, les femmes encadrent leurs expériences sexuelles dans un discours « faites-vous plaisir », par lequel elles intériorisent les désirs des hommes de les comprendre authentiquement comme les leurs.

Les femmes se livrent souvent à des pratiques sexuelles taboues et douloureuses, comme le BDSM ou le sexe anal, afin d’offrir à leurs partenaires une position de supériorité. Ce renoncement au contrôle – associé à une réaction sexuelle exagérée (pensez au faux orgasme de Meg Ryan dans Quand Harry rencontre Sally) qui accompagne leurs orgasmes (réels ou faux) – permet aux femmes d’accroître leur désirabilité auprès des hommes.

Les femmes, semble-t-il, peuvent tirer une satisfaction sexuelle – non pas d’une expérience sexuelle incarnée – mais de leur propre asservissement narcissique.

L’orgasme simulé de Meg Ryan dans le film Quand Harry rencontre Sally (1989).

En ce qui concerne les orgasmes, les femmes tiennent en haute estime les orgasmes des hommes. En fait, selon une personne interrogée, « le sexe ne fonctionne que si “il” a des orgasmes ». L’orgasme féminin ne suscite guère d’inquiétude, si ce n’est pour sa capacité à stimuler l’ego des hommes ou à les rassurer de manière générale.

Pire encore, les femmes qui ne peuvent pas jouir rapidement et efficacement sont (auto)pathologisées comme étant « difficiles » ou même « détruites », selon certaines personnes interrogées. Bien sûr, il existe aujourd’hui d’innombrables solutions commerciales liées au sexe (vibromasseurs promettant des orgasmes plus faciles) commercialisées auprès des femmes comme étant « féministes », « bienveillantes » et même « thérapeutiques ».

Ces résultats montrent comment la pornification de la culture semble dicter le désir sexuel. Poussées par une avalanche de « sexpertise » offerte par des chroniqueurs célèbres et de l’érotisme dit féministe promettant la libération sexuelle, les femmes adhèrent à des scénarios culturels ancrés dans la culture populaire et à la pornographie hétérosexuelle ciblant les hommes.

Dans ce monde imaginaire, les femmes sont censées être dominantes dans la rue, mais soumises sous les draps. Mais en réalité, même si les femmes se sentent habilitées, la pornification de la culture sert des idéaux patriarcaux anachroniques qui maintiennent les hommes au sommet.


Cette contribution est tirée de l’article de recherche « (Wo)men On Top ? Postfeminist Contradictions in Young Women’s Sexual Narratives » publié dans la revue « Marketing Theory ».

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 110,500 academics and researchers from 3,631 institutions.

Register now