Menu Close

Articles on élections

Displaying 281 - 300 of 301 articles

Meeting du Front national, à Béziers, le 9 décembre 2015. Pascal Guyot / AFP

Régionales 2015 : la nouvelle lutte des classes

Une enquête du Cevipof montre que les catégories populaires ont massivement voté pour le FN au premier tour des Régionales, révélant une fracture nette avec le reste de la population.
La ligne du «ni, ni» prônée par Nicolas Sarkozy l'a emporté pour le second tour des Régionales. Pascal Pochard-Casabianca/AFP

La périlleuse stratégie de Nicolas Sarkozy face au FN

Des études menées au niveau européen montrent que la récupération des thèmes de l’extrême droite, conjuguée à un refus d’alliance, ne réduit pas son influence. Bien au contraire.
Marion Maréchal-Le Pen, en meeting à Marseille, le 9 décembre 2015. Boris Horvat/AFP

Régionales 2015 : sanction par explosion

Marqué par le succès du FN, le premier tour des régionales a entériné l’irruption du tripartisme en France, susceptible de se renforcer à l’issue du second tour.
Les partisans du Front national célèbrent leur victoire le 6 décembre au Pontet (Vaucluse) Boris Horvat / AFP

Régionales 2015 : sept situations très contrastées

Arrivé en tête dans 6 régions sur 13, le Front national est en mesure de l'emporter dans au moins deux d'entre elles. C'est bien lui qui apparaît comme le grand gagnant de ce premier tour.
Meeting du FN, le 1er mai 2012. Blandine Le Cain/Flickr

Le Front national : une offre politique autonome ?

Pour exister sur le marché politique, il faut occuper un créneau bien identifié des électeurs. C’est ce qu’a bien compris le FN avec son programme de souverainisme intégral, évolutif.
La tête de liste des écologistes, Sandrine Bélier, avec Laurent Voulzy et Alain Souchon en renfort. Patrick Hertzog / AFP

Les enjeux de l’élection régionale en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine

L’ACAL est la seule région de l'hexagone majoritairement à droite, au terme des élections départementales de 2015. Un laboratoire pour la reconquête des territoires par la droite sur le FN?
Laurent Wauquiez, tête de liste des Républicains, au coude à coude avec la gauche. Jeff Pachoud / AFP

Les enjeux des élections en Auvergne-Rhône-Alpes

Avec près de 8 millions d’habitants, cette région réunit deux entités très disparates. Et met au coude à coude la gauche, Les Républicains et le FN qui devrait jouer les arbitres du second tour.
Un moment de détente pour les têtes de liste (de gauche à droite): Dominique Reynié (LR), Gerard Onesta (EELV-FG), Carole Delga (PS-PRG) et Philippe Saurel (DVG) Pascal Pavani / AFP

Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées : ça ne change rien, ça change tout ?

Dans cette vaste région restée sans logo et sans nom, la campagne a été happée par les enjeux fixés par les principaux partis, provoquant une « nationalisation » des enjeux.
Les panneaux sont en place, comme ici à Delle (Franche-Comté). Sébastien Bozon/AFP

Régionales 2015 : la sélection sociale des candidats

L’examen approfondi des listes met en lumière une professionnalisation du personnel politique dans les régions. Et confirme au passage le faible ancrage populaire de la gauche, doublée par le FN.
Collectivité Territoriale de Corse à Ajaccio (ancien Grand Hôtel Continental) leecohen / Flickr

En Corse, un scrutin décisif et boudé ?

Les débats institutionnels sont très présents dans la campagne électorale en Corse. Les résultats dessineront le cadre des futures relations de l'ile avec la République.
Les trois principales têtes de listes en Nord-Pas-de-Calais-Picardie Pierre de Saintignon (PS) Marine Le Pen (FN) and Xavier Bertrand (LR) avant leur débat à Lille le 27 octobre 2015. Philippe Huguen/AFP

Régionales 2015 : le FN à la conquête du Nord-Pas-de-Calais/Picardie

Les deux régions qui composent la nouvelle entité, la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais ont des histoires politiques distinctes, mais voient toutes deux une forte poussée du FN et une chute du PS.
Au Mali, les élections ont déplacé les foules à l'été 2013 et se sont déroulées dans de bonnes conditions. MINUSMA/Flickr

Élections, piège pour qui ?

L’élection est considérée aujourd’hui comme la martingale permettant une sortie de crise durable. Hélas, dans ces pays marqués par l’instabilité, on vote souvent pour ne pas voter réellement.
Recep Tayyip Erdogan est au pouvoir à Ankara depuis 2002. Kremlin.ru

Erdogan, le choc et les voix

Déjouant tous les pronostics, Recep Tayyip Erdogan a obtenu la majorité absolue lors des dernières élections législatives. Une victoire fondée sur la peur, mais pas seulement.

Top contributors

More