École des Hautes Études en sciences sociales (EHESS)

Forte de 47 centres de recherche, dont 37 sont des unités mixtes avec le Centre national de la recherche scientifique, elle ne constitue pas pour autant un établissement de recherche de facture classique. Ordonnée à la formation à la recherche par la recherche, elle organise son activité autour du maillage de ses séminaires de recherche d'une part, de ses programmes de recherche d'autre part, de ses activités éditoriales enfin, en privilégiant l'interdisciplinarité et en favorisant la transversalisation des questionnements et des méthodes. Cette conception de la recherche en sciences sociales conduit l'EHESS à donner une place toute particulière en son sein aux aires culturelles, et à promouvoir activement la pratique de l'interlocution entre les sciences sociales et les autres sciences (les sciences du vivant, notamment) d'une part, entre les sciences sociales et les activités de création (littéraire ou artistique) d'autre part.

Avec 300 enseignants-chercheurs, 500 chercheurs présents dans ses centres de recherche, 450 ingénieurs et techniciens, 3 000 étudiants inscrits, et un budget consolidé de 40 millions d'euros, l'EHESS est également une institution à forte vocation internationale : entretenant des liens conventionnels avec une vaste constellation d'universités à travers le monde, elle accueille chaque année 150 professeurs étrangers invités, et la moitié de ses étudiants vient d'au-delà des frontières nationales. Sa capacité d'accueil et d'encadrement doctoral et post-doctoral, et le nombre de ses chercheurs publiants la désignent comme l'un des principaux pôles de la recherche en sciences sociales en Europe.

Links

Displaying 61 - 66 of 66 articles

Paris sera le coeur du Grand Paris. Couscouschocolat/Flickr

Régionales 2015 : l’enjeu des élections franciliennes

Les élections régionales, qui focalisent l’attention, occultent totalement l’élection qui aura lieu, début 2016, pour la présidence de la métropole du Grand Paris.
Un navire militaire russe franchit le détroit du Bosphore, en route pour la mer Méditerranée. Murad Sezer/Reuters

Moscou-Téhéran, les vraies raisons d’un axe stratégique

Facteur religieux, rejet du modèle occidental et intérêt stratégique : la combinaison qui sous-tend l’alliance bien comprise entre Téhéran et Moscou au Moyen-Orient est complexe, mais elle fonctionne.
Iranian president Hassan Rohani with his old mate Vladimir Putin. EPA

Russia’s borders: Iran’s cautious friendship with Moscow

This week’s instalment in our series on Russia’s relations with its neighbours turns the spotlight on Iran. Clément Therme, a specialist in relations between the two countries, looks at how Ukraine and…

Research and Expert Database

Authors

More Authors