Articles sur crise financière

Affichage de 1 à 20 de 47 articles

L'économiste John Maynard Keynes, ici entouré du mathématicien Bertrand Russell et de l'écrivain Lytton Strachey, a théorisé le principe d'incertitude radicale en économie. National Portrait Gallery

Les économistes mis en quarantaine

Plongés dans l’effervescence de la crise, les économistes, penseurs du temps long, se retrouvent dans l’incapacité de mener une réflexion collective.
La demande de vins fins est très sensible à l'évolution du revenu des investisseurs à la hausse comme à la baisse. Kelsey Knight / Unsplash

Les vins fins, une valeur refuge pour les investisseurs face au Covid-19 ?

La théorie économique et l’analyse des crises précédentes nous fournissent des éléments de réponse contrastés.
Les crises engendrent des pertes de confiance qui poussent les agents économiques à s'interroger sur leurs partenaires financiers. Joel Saget / AFP

Est-ce le moment de changer de banque ?

La réponse est non : passer d’un établissement à un autre en période de crise revient en effet à subir les coût liés à l’incertitude sans profiter des avantages du relationnel bancaire.
Le plan de réponse aux menaces infectieuses, qui prévoyait notamment d'assurer les besoins en matière de masques chirurgicaux, a été progressivement abandonné depuis sa mise en place en 2007. Olivier Morin / AFP

Covid-19 : cette « myopie au désastre » qui dégrade nos capacités de réponse aux crises

Selon la théorie économique, la prise en compte d’un risque lié à un évènement passé diminue progressivement jusqu’à ce que la possibilité qu’il survienne de nouveau devienne sous-estimée.
Pour préserver ce qu’on a de plus cher, il conviendra de se transformer, en profondeur. La nouvelle génération de diplômés le sait. Pexels from Pixabay

Débat : L’heure de réinventer l’enseignement en management est vraiment arrivée

Au lendemain de la crise de 2008, les écoles de commerce ont été sous le feu des critiques. De même, l’épidémie de coronavirus les enjoint à repenser leurs cursus, en y intégrant la crise climatique.
La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé le mercredi 19 mars un plan d’achat d’actifs de 750 milliards d’euros. Daniel Roland/ AFP

Zone euro : le Covid-19 change la donne

Contrairement à la crise de la dette, l’épidémie impacte tous les pays membres, générant une unanimité inédite.
Panneau d'information à Mulhouse, le 6 mars, une semaine avant que la France décide d'un confinement général. SEBASTIEN BOZON / AFP

La pandémie révèle nos rapports ambigus aux risques

Nos contradictions face à la prise de risque nous entravent, tant dans l’anticipation que dans la gestion de crise.
Au Royaume-Uni, où la population est désormais confinée, un homme portant un masque marche dans la rue le 26 mars 2020. Oli Scarff/AFP

Face au « mini-effondrement » actuel, la réponse doit être démocratique

La pandémie, en ce qu’elle représente un risque majeur donc exceptionnel, appelle une réponse construite collectivement, et non pas par un petit groupe d’experts ou de décideurs.
Face à la récession qui s'annonce, la BCE présidée par Christine Lagarde (photo), comme la Fed, comptent augmenter le volume des rachats de dettes publiques et privées. John Thys / AFP

Les banques centrales prennent le risque d’une « zombification » de l’économie

La relance des programmes d’assouplissement quantitatif pourrait conduire à un financement des entreprises les plus fragiles au détriment de l’investissement dans les plus innovantes.
Le 19 mars dernier, les autorités monétaires européennes ont annoncé l'injection de 750 milliards d'euros de liquidités pour soutenir l'économie. Daniel Roland / AFP

Et si le quantitative easing se mettait au service du plus grand nombre ?

Ces dernières années, les plans d’assouplissement quantitatif ont intensifié la financiarisation de l’économie européenne. La crise actuelle pourrait donc constituer l’occasion de recibler le soutien.
La distribution directe d'argent aux ménages à été théorisée par l'économiste libéral américain Milton Friedman en 1970. Peter Griffin

L’hélicoptère monétaire, le dernier recours des politiques économiques ?

Alors que les leviers monétaires mobilisés depuis 10 ans semblent avoir atteint leurs limites, la question d’un distribution directe d’argent aux entreprises et aux ménages revient sur la table.
Les marchés boursiers ont tendance à surréagir, qu’il s’agisse de bonnes ou de mauvaises nouvelles d’ailleurs. Corlaffra / Shutterstock

Faut-il fermer les bourses ?

Dans le passé, les suspensions temporaires ont permis de limiter la chute des indices.
La crise actuelle se caractérise par une absence d'offre qui se double d'une absence de demande. AFP

L’Europe au stade 1 de la crise économique

Les institutions européennes auront notamment un rôle crucial à jouer pour éviter que les turbulences économiques n’évoluent en crise financière.
L'incertitude consécutive à une crise expliquerait près de la moitié des variations cycliques de la création d’entreprises. Sue Smith / Shutterstock

Comment la crise de 2008 a plombé la création d’entreprise pendant sept ans aux États-Unis et en France

La faiblesse de l’activité économique et la hausse du coût du crédit ont découragé certains entrepreneurs dans leur projet, ce qui a pesé sur l’emploi et la productivité au niveau macroéconomique.
Une plus grande diversité au sein d'un établissement bancaire améliore l'appréciation et le contrôle des risques. BEN STANSALL / AFP

Christine Lagarde a-t-elle raison : « Lehman Sisters » aurait-elle fait faillite en 2008 ?

« Si Lehman Brothers s’était appelée « Lehman Sisters », la situation en 2008 aurait été bien différente », avait déclaré la directrice générale du FMI. Une étude vient aujourd’hui confirmer ces propos.

Les contributeurs les plus fréquents

Plus