Articles sur Daech

Affichage de 1 à 20 de 61 articles

Le 31 décembre 2016, le Conseil de sécurité de l'ONU approuve le plan de paix russo-turc sur la Syrie. Kena Betancur/AFP

2017, le monde en quatre espérances

Le monde n’est jamais apparu, depuis 1945, malgré les risques de cataclysme de la Guerre froide, comme aussi dangereux tant pour la paix que pour les valeurs de droit et de liberté.
Début 2015 : le temps du « Lol Djihad » (image extraite d'une émission de télévision du 10 février 2015 : « Daech, naissance d'un état terroriste »). Alatele fr/Flickr

« Les Revenants » : pour comprendre les djihadistes français

Le travail méticuleux et courageux du journaliste David Thomson sur les djihadistes français éclaire d’une lumière crue le fanatisme et ses divers avatars.
Attentat anarchiste, à la fin du XIXᵉ siècle. Wipedia/DR

Le terrorisme, cet éternel recommencement

Le terrorisme djihadiste, qui nous paraît si nouveau, voire étrange, ne fait souvent que réinvestir des pratiques anciennes, notamment chez les anarchistes. Démonstration en trois points.
L'État islamique joue sur le ressort de l'humiliation pour mobiliser ses partisans. Alatele fr/Flickr

L’Etat islamique et la « vengeance des humiliés »

La problématique des liens entre humiliation, vengeance et violence est bien connue. Cette question a néanmoins retrouvé une actualité saisissante depuis la montée en force de l’État islamique.
Alep, le 27 septembre. Le corps sans vie d'un enfant vient d'être sorti des décombres. Karam al-Masri/AFP

La guerre d’extermination en Syrie et la fin du sens commun

Après des semaines d'intenses bombardements, le régime de Damas va remporter la victoire à Alep. Face à l’impuissance affichée par la « communauté internationale », il ne faut surtout pas se résigner.
Lors d’une cérémonie religieuse en mémoire du père Jacques Hamel assassiné le 26 juillet dans l’église de Saint-Etienne du Rouvray. Joel Saget/AFP

« Les perdants radicaux », la nouvelle arme de Daech ?

La trajectoire sociale du tueur de Nice ressemble plus à celle d’un individu narcissique et mégalomaniaque qu’à celle d’un djihadiste. Mais gare à la prophétie auto-réalisatrice.
Un enfant reçoit les premiers soins après un bombardement attribué à l'armée de Bachar al-Assad de la localité de Douma, à l'est de Damas. Abd Doumany/AFP

Syrie, l’impossible jeu des puissants

L’accord fragile du 9 septembre entre Russes et Américains est une bonne nouvelle. Mais les « grands » ont plus de mal que par le passé à imposer leurs vues sur les acteurs régionaux et locaux.
Le président Erdogan, à son arrivée au G20 en Chine le 4 septembre. Etienne Oliveau/AFP

Erdoğan, la guerre tous azimuts

Un temps affaibli politiquement, le président turc a lancé une offensive contre tout ce qui de près ou de loin risquerait de le menacer, aussi bien à l’extérieur de ses frontières qu’à l’intérieur.
Devant le centre commercial Olympia, à Munich, le 25 juillet. Christof Stache/AFP

Terrorisme, guerre, les dangers de l’amalgame

Le recours systématique et répété aux expressions de « terrorisme » et de « guerre » interdit la prise en compte de la complexité et de la diversité des problèmes, et fait le lit de l’autoritarisme.
Rien de sublime, rien d’héroïque… juste un crime (sur le site d’un attentat suicide à Kaboul). ResoluteSupportMedia/Flickr

Contre la confusion héros-victime et sublimation-maquillage

N’adoptons pas le vocabulaire de ceux qui prennent des êtres inoffensifs et désarmés pour cibles privilégiées.

Les contributeurs les plus fréquents

Plus