Menu Close

Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses)

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a été créée le 1er juillet 2010. L’Anses est un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle des ministères chargés de la Santé, de l'Agriculture, de l'Environnement, du Travail et de la Consommation.

L’Anses assure des missions de veille, d’expertise, de recherche et de référence sur un large champ couvrant la santé humaine, la santé et le bien-être animal ainsi que la santé végétale. Elle offre une lecture transversale des questions sanitaires en évaluant les risques et les bénéfices sanitaires, souvent au prisme des sciences humaines et sociales. Ses missions de veille, de vigilance et de surveillance permettent de nourrir l'évaluation des risques. L'Agence évalue ainsi l’ensemble des risques (chimiques, biologiques, physiques…) auxquels un individu peut être exposé, volontairement ou non, à tous les âges et moments de sa vie, qu’il s’agisse d’expositions au travail, pendant ses transports, ses loisirs, ou viason alimentation.

L’Anses assure par ailleurs l’évaluation de l’efficacité et des risques des médicaments vétérinaires, des produits phytopharmaceutiques, matières fertilisantes, supports de culture et de leurs adjuvants, ainsi que des biocides, afin de délivrer les autorisations de mise sur le marché. Elle réalise également l’évaluation des produits chimiques dans le cadre de la réglementation REACh.

Links

Displaying all articles

Seules les abeilles femelles peuvent piquer. Serafima Antipova / Shutterstock

Pénélope : « Les abeilles sont-elles conscientes qu’elles vont mourir si elles piquent ? »

Saviez-vous que seules les femelles peuvent piquer ? S’il est difficile de déterminer si les abeilles ont une conscience, il est possible d’expliquer pourquoi elles attaquent au péril de leur vie.
Un chien jouant dans la neige. Anastasia Ulyanova / Unsplash

Mieux prévenir les risques de morsures de chiens

La race du chien n’est pas le seul facteur de risque à prendre en compte dans l’évaluation du risque de morsure.
Plusieurs utilisations du bisphénol A ont été interdites, mais cette substance a été remplacée par d’autres bisphénols aux propriétés similaires. Rémy Gabalda / AFP

Bisphénol A : comment éviter les « substitutions regrettables » ?

Depuis 2015, le bisphénol A, perturbateur endocrinien avéré, est interdit dans les contenants alimentaires et dans les tickets de caisse. Mais ses remplaçants posent aussi problème.
Le moustique de la fièvre jaune Aedes aegypti prenant un repas de sang. James Gathany/Wikimedia

La pandémie de Covid-19 ne doit pas nous faire oublier la dengue

La co-circulation des virus de la dengue et du SARS-CoV-2 peut avoir nombre d’effets pervers : retard dans la prise en charge, sous-déclaration des cas, détérioration de la lutte anti-moustiques…

Authors

More Authors