Articles sur Nuit debout

Ensemble des articles

Le mouvement a démarré fin mars, place de la République à Paris. Olivier Ortelpa/Flickr

Nuit debout : des indignés pas comme les autres

Comparé aux indignés espagnols de Podemos, Nuit debout n’a pourtant pas la même physionomie. La fracture silencieuse au sein de la jeunesse française y est pour beaucoup.
Une voiture de police incendiée par des casseurs à Paris, le 18 mai 2016. Cyrielle Sicard/AFP

Comprendre et aborder la violence aujourd’hui

Dans les rues, devant les lycées ou les raffineries, la tension monte partout. Pour éviter l’amalgame et les raisonnement simplistes, les sciences sociales apportent un précieux concours.
Place de la République, le 23 avril 2016. Elliott Verdier/AFP

Quel est le vrai visage des casseurs ?

À chaque manifestation, ses violences. Mais loin d’être des individus mus par une forme de pulsion destructrice, les « casseurs » sont en réalité des militants engagés dans une logique politique.
Des Nuit Debout à la manifestation contre le projet de loi Travail du 28 avril 2016 à Paris. Alina Reyes

Ces serpents qui sifflent sur les têtes de Nuit debout

L’écrivaine et doctorante Alina Reyes livre sa vision personnelle de ce qui est en train de se jouer à Nuit debout. Et des dérives qui y apparaissent.
Place de la République, à Paris. Joël Saget/AFP

Nuit debout, médiascopie d’un processus en cours

La société civile met en œuvre – en ligne et hors-ligne – des usages engagés des technologies de la communication pour l’exercice de la citoyenneté et de la démocratie participative.
Bulletin quotidien, Nuit debout, « 52 mars », 2016.

L’espace-temps de Nuit debout

De quel lieu parle-t-on quand on parle de la place de la République à Paris, épicentre de Nuit debout ? De quel espace ? De quel temps ?
Des militants de Nuit debout aux côtés des intermittents du spectacle au théâtre de l’Odéon, à Paris, le 25 avril. Philippe Lopez/AFP

Une gauche se meurt, vive la gauche !

Manuel Valls a parlé de deux gauches « irréconciliables » : il y a surtout un espace fracturé, dans lequel le débat citoyen se retrouve sans lien avec la vie partisane.
Première « Nuit debout », le 31 mars 2016, Place de la République à Paris. Nuit debout

#NuitDebout : le retour des indignés ?

Les mouvements de protestation provoqués par la « loi travail » pourraient-ils se transformer en alternative politique ? Première analyse.

Les contributeurs les plus fréquents

Plus