Inserm

Inserm, La science pour la santé

  • Améliorer la santé humaine L'Inserm est le seul organisme public de recherche français entièrement dédié à la santé humaine. Sous la double tutelle du ministère de la Santé et du ministère de la Recherche, l’Inserm dispose d’un budget de 998 millions d’euros et réunit 15 000 chercheurs, ingénieurs et techniciens, avec un objectif commun : améliorer la santé de tous par le progrès des connaissances sur le vivant et sur les maladies, l’innovation dans les traitements, la recherche en santé publique.

  • Offrir une capacité de recherche de premier plan L’Inserm compte plus de 350 structures de recherche, réparties sur l’ensemble du territoire français et à l'étranger. Elles sont accompagnées par 13 délégations régionales pour une gestion de proximité. L'animation scientifique des grands champs de recherche biomédicale et en santé est assurée par les 9 instituts thématiques de l'Inserm.

  • Produire de l’excellence L’Inserm est au 1er rang européen des institutions académiques de recherche dans le domaine biomédical, avec près de 12 000 publications par an, et au 2e rang mondial derrière les National Institutes of Health (NIH) intra-muros.

Links

Displaying 41 - 60 of 78 articles

Les températures pourraient atteindre les 40°C à Lyon cette semaine. Shutterstock

Comment la canicule affecte notre santé

La vague de chaleur qui frappe le pays en rappelle une autre : en 2003, une canicule faisait prendre durement conscience des risques de la chaleur pour la santé. Où en est-on seize ans plus tard ?
À Lyon. P.Desmazes/AFP

Air toxique : un cocktail de molécules encore largement méconnu

En aval de la pollution directement émise dans l’atmosphère, se développe celle que l’on appelle « secondaire ». Résultat de réactions chimiques multiples, elle est très complexe à appréhender.
Des traitements expérimentaux sont envisagés pour faire face à la nouvelle épidémie d'Ebola qui s'est déclarée en République démocratique du Congo. Un vaccin lui aussi expérimental est déjà en cours d'administration. Shutterstock

Face à l’épidémie d’Ebola, la question des traitements expérimentaux

La République démocratique du Congo connaît une nouvelle épidémie causée par le virus Ebola. L’urgence de la situation a poussé l’OMS à proposer des médicaments non homologués.
Aux Nuits Sonores, édition 2018. Facebook / Brice Robert

Cerveau, musique et jeux de lumière

Les effets physiologiques de la musique et de la lumière peuvent avoir des répercussions réelles sur la plasticité anatomique et fonctionnelle du cerveau.
Les étudiants dans le domaine de la santé seront amenés à mener des interventions de prévention dans les écoles ou les maisons de retraite. Shutterstock

Des étudiants en service sanitaire : oui, mais pour quel genre de prévention ?

Les étudiants en médecine ou en kinésithérapie interviendront auprès des citoyens pour les encourager à adopter des comportements meilleurs pour la santé. Mais ce n’est pas suffisant.
Valérie Depadt et Carine Vassy dans le studio de Moustic the Audio Agency. Moustic

Podcast : Pour mieux comprendre les débats sur la bioéthique

CC BY44.8 MB (download)
Les États généraux de la bioéthique ont été lancés le 18 janvier 2018, sur le thème : « Quel monde voulons-nous pour demain ? ». Trois experts apportent leurs éclairages.
Les idées défendues par les personnalités atypiques favorisent la survie de l'espèce. Chez l'Homme, comme chez le crapaud. Erik Paterson/Flickr

Neurosciences : comment pensent les anticonformistes ?

Les individus atypiques rencontrent des difficultés pour se faire entendre. Objet d’étude scientifique, le fonctionnement de leur cerveau commence pourtant à livrer ses secrets.
Certaines techniques permettent de corriger des anomalies génétiques sur l'embryon. Ici, manipulation sous microscope dans un cours d'embryologie. Zeiss/Flickr

Bioéthique : doit-on soigner les embryons ?

Au moment, où s’ouvrent les États généraux de la bioéthique, il est utile de réfléchir à l'utilisation des nouvelles techniques permettant de corriger des anomalies génétiques de l’embryon.
En santé, les inégalités entre les sexes relèvent des mêmes mécanismes que dans le reste de la société. Luke Porter/Unsplash

Les stéréotypes de genre nuisent à la santé des femmes… et des hommes

Maladies cardiovasculaires, autisme, dépression, ostéoporose... Autant de troubles ou pathologies sous-diagnostiqués en raison de clichés et d’idées reçues sur les genres féminin et masculin.

Authors

More Authors