Menu Close

Articles on data visualisation

Displaying 1 - 20 of 134 articles

Les statistiques nationales ne sont pas toujours le reflet de ce qui se passe à l'échelle des régions. Shutterstock

Inégalités et objectifs de développement durable : comment ne plus se voiler la face ?

Les indicateurs pour surveiller les inégalités devraient tenir compte de l’échelle régionale. L’analyse de la situation en Égypte change par exemple du tout au tout selon ce prisme.
Jonas Vingegaard (à gauche), victime d'une grave chute au mois d'avril, et Tadej Pogacar (à droite), qui sort du Giro, pourront-ils viser une troisième victoire sur la Grande boucle ? Pauline Ballet/A.S.O.

Le Tour de France reste-t-il le plus grand des « grands tours » ?

Le Giro et la Vuelta ont beau attirer des stars du peloton, les chiffres montrent que c’est bien sur la Grande boucle que les meilleurs continuent de se donner rendez-vous.
Dans la négociation d'un crédit et d'un taux d'intérêt, tout n'est pas affaire de données. Shutterstock

La difficulté d’obtenir un crédit lorsque banquier et client ne parlent pas la même langue

Ne pas partager la langue maternelle du client, c’est risquer d’analyser son dossier uniquement à partir d’éléments quantitatifs. Or, ils s’avèrent insuffisants pour les profils les plus risqués.
Les prix ont globalement moins augmenté dans la zone euro que dans le reste de l'Union européenne. Shutterstock

La zone euro protège-t-elle de l’inflation alimentaire ?

L’inflation alimentaire s’explique par les évolutions du prix du pétrole, par les événements géopolitiques mais aussi par les fluctuations des taux de change. En la matière, l’euro semble protecteur.
Les étudiants internationaux en sortie d'école de commerce représentent un vivier de compétences sous-estimé par les entreprises. Edhec

Cinq bonnes raisons de valoriser les étudiants internationaux des écoles de management françaises

Et si les entreprises étaient moins frileuses à recruter les étudiants internationaux qui sortent des écoles de commerce françaises ? Les arguments ne manquent pas comme le montre une étude récente.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président français Emmanuel Macron participent à une réunion bilatérale lors du sommet de la Communauté politique européenne à Grenade, dans le sud de l'Espagne, le 5 octobre 2023. Ludovic Marin / AFP

Pourquoi nous ne sommes pas (encore) en économie de guerre

« L’économie de guerre » désigne une préparation concrète à un conflit de haute intensité dans un cadre interallié. Cette nouvelle réalité appelle à une adaptation de l’outil industriel de défense.
La présence de migrants qualifiés dans les entreprises les conduit à déposer davantage de brevets. Shutterstock

L’immigration qualifiée, moteur de l’innovation des entreprises

La part des immigrés qualifiés dans les flux migratoires vers l’Europe et notamment vers la France est en nette augmentation. Une étude met en évidence des bienfaits en matière d’innovation.
Moins d'un quart des entrepreneurs qui se sont récemment lancés sont accompagnés. Shutterstock

L’accompagnement entrepreneurial, à démocratiser encore

Peu d'entrepreneurs sont aujourd'hui accompagnés dans les mois suivant le lancement de leur affaire, notamment parmi celles et ceux qui en auraient le plus besoin.
La situation actuelle présente-t-elle les caractéristiques d'une économie de guerre ? Edouard Vuillard L'usine de guerre à Oulins (détail) Musée d'art moderne de Troyes

Économie de guerre : de quoi parle-t-on ?

La France est en économie de guerre selon le président français. Que désigne cette expression ? A-t-on encore des structures qui peuvent permettre à un État d’organiser les actions requises ?
Quand bien même la transition verte est présente dans tous les discours, l'innovation ne suit plus. Shutterstock

Innovation verte : un déclin qui interroge

Ces dernières années, la part des brevets en lien avec l’environnement diminue curieusement dans le total des brevets déposés. Comment l’expliquer ?
La loi plein emploi vise notamment à lutter contre une forme volontaire de chômage. Shutterstock

Travailleurs (et) pauvres : un choix politique ?

Et si, contrairement à ces dernières années, nous faisions le choix de miser sur le revenu plutôt que sur le travail pour aider à sortir de la pauvreté, esprit qui était celui du RMI ?
L'Insee a mesuré le déficit public à 5,5% quand le gouvernement tablait sur 4,9%. Shutterstock

5,5 % de déficit public en 2023 : à qui la faute ?

Le déficit public mesuré en 2023 est bien plus important qu’escompté. Malgré les discours gouvernementaux, il semble difficile d’échapper à des hausses d’impôts, même déguisées.
Ce véhicule médical de l’armée russe, endommagé pendant la guerre en Ukraine, a été installé à Saint-Pétersbourg en mars de cette année devant les locaux d’un fonds caritatif récoltant des dons pour financer la guerre. L’inscription proclame : « Je suis un véhicule militaire, je suis parti à l’opération militaire spéciale en mai 2023. Je sauvais la vie de nos combattants, mais j’ai été blessé. Il y a en moi plus de 100 éclats de mine. Les fascistes nous prennent pour cible. Je suis rentré pour vous parler de la guerre et vous demander de l’aide. Au front, des véhicules comme moi sont très demandés. Je ne coûte que 500-600 000 roubles. C'est le prix de dizaines, de centaines de vies sauvées !!! ». Le coût de la guerre pèse de plus en plus sur les finances de l’État. Olga Maltseva/AFP

La Russie a-t-elle les moyens économiques de vaincre l’Ukraine en 2024 ?

L’économie russe a tenu le choc des sanctions et de la guerre en 2022, mais 2023 aura été plus difficile. 2024 sera une année décisive pour les finances de Moscou, et donc pour sa guerre en Ukraine.

Top contributors

More