Menu Close

Articles on dette

Displaying 1 - 20 of 65 articles

La soutenabilité de la dette des pays à faible revenu est aujourd’hui menacée par les besoins de financement pour lutter contre la pandémie. Eduardo Soteras/AFP

Dette des pays en développement : la Covid-19 change la donne

Le moratoire sur les intérêts de la dette accordé par les organismes internationaux leur confère un rôle de « donneurs en dernier ressort » qui facilite le remboursement des créanciers privés.
Les programmes d’assouplissement quantitatif (quantitative easing) ont davantage bénéficié aux détenteurs d’actifs qu’à l’économie réelle ces dernières années. Anikin Denis / Shutterstock

Les politiques des banques centrales portent le risque d’épuisement de la croissance et de creusement des inégalités

Les injections massives de liquidité ne déboucheront pas sur une résurgence de l’inflation mais sur une baisse durable de la croissance et un creusement des inégalités.
L’arrivée de nouveaux investisseurs permet à de plus en plus d’États et d’entreprises de financer leurs projets sociaux. Romolo Tavani / Shutterstock

Social bonds : changement d’échelle pour une finance durable de marché ?

La crise sanitaire a conduit à une émission record de ces obligations qui visent à financer l’accès à l’éducation, à la santé ou à l’emploi.
« Si nous payons la dette, nous ne pouvons pas manger », peut-on lire sur les pancartes de manifestantes argentines à Buenos Aires, le 11 juin dernier. Juan Mabromata / AFP

Dettes publiques : le Covid-19 augmente la contagion sur le marché des obligations d’État

La pandémie a provoqué une baisse historique des taux des obligations d’État. Mais certains pays se retrouvent désormais beaucoup plus exposés à une crise de la dette.
Manifestation contre la situation économique à Jal el Dib, au nord-est de la capitale libanaise Beyrouth, le 11 juin 2020. Patrick Baz/AFP

L’envol de la dette publique à l’origine de la crise libanaise

La profonde crise économique dans laquelle est plongé le Liban s’explique par de multiples facteurs, au premier rang desquels la politique conduite depuis des années par sa Banque centrale.
Le dépôt du budget, en des temps meilleurs. Le ministre des Finances Éric Girard, est applaudi par les membres de son parti, dont le premier ministre Francois Legault, le 10 mars 2020, à l'Assemblée nationale. La crise de la Covid-19 provoque le dépôt d'une mise à jour économique. La Presse Canadienne/Jacques Boissinot

Finances publiques en déroute, plus d’inégalités en vue

Québec et Ottawa risquent de devoir choisir entre augmenter leurs impôts ou diminuer leurs dépenses pour résorber les déficits encourus par la crise de la Covid-19. Une période d’austérité s’annonce.
Personne n’a désormais intérêt à ce qu’une économie majeure décroche brutalement, au risque d’entraîner toutes les autres dans son sillage. Isabel Infantes / AFP

Le monde est-il devenu « too big to fail » ?

Les mesures d’urgence, les habitudes des entreprises ou encore des consommateurs rendent le scénario du maintien de l’existant plus plausible que celui de l’avènement d’un « monde d’après ».
L’accélération du programme de quantitative easing portera le bilan de la BCE à près de 6 500 milliards d’euros fin 2020. Yann Schreiber / AFP

Sortie de crise : jusqu’où pourra aller la BCE ?

La poursuite du programme de rachat de dettes de la banque centrale pourrait à terme aggraver les inégalités, conduire au défaut de certains pays voire mener à l’éclatement de la zone euro.
Le premier ministre Édouard Philippe ouvre le « Ségur de la santé », le 25 mai à Paris. Michel Euler / AFP

Financement de la santé : la Cades en route vers l’éternité

La Caisse d’amortissement de la dette sociale, qui devait disparaître en 2024, devrait être pérennisée en raison de la crise. Elle avait été créée en 1996, initialement pour une durée de 13 ans.
Siège de la Banque centrale européenne, Francfort, le 24 avril 2020. Yann Schreiber / AFP

Le débat monétaire sera-t-il déconfiné ?

À trop souligner le caractère inédit de la crise, on risque de négliger combien elle ramène à la centralité du capital privé dans le financement des politiques publiques.
Kristalina Georgieva, la directrice générale du Fonds monétaire international, prononce un discours lors d'une conférence co-organisée par le FMI sur le développement durable et la dette à Diamniadio (Sénégal), le 2 décembre 2019. Seyllou/AFP

La dette des États d’Afrique subsaharienne à l’épreuve du Covid-19

La prépondérance des créanciers privés dans la dette publique extérieure pèse sur le budget des États africains et complique la lutte contre le Covid-19.
À New York, des candidats postulent pour un emploi sur un chantier, le 26 mars dernier. En un mois, les États-Unis ont enregistré 22 millions d'inscriptions au chômage. Eduardo Munoz Alvarez / Getty Images / AFP

La bombe à retardement de la dette des ménages américains

L’explosion du nombre de demandeurs d’emploi aux États-Unis suscite un risque d’insolvabilité qui inquiète les banques.
Fin mars, neuf dirigeants européens ont appelé à lancer ces obligations sous le nom de « coronabonds ». EnzoVi / Shutterstock

Zone euro : l’opposition aux eurobonds apparaît de moins en moins tenable

La crise sanitaire, mais aussi la perspective d’une instabilité climatique accrue, ouvrent la voie à ces titres de dette commune qui divisent l’Union européenne depuis plus de 25 ans.
Construction du quartier financier de la nouvelle capitale administrative égyptienne, entreprise par la China State Construction Engineering Corporation, à quelque 50 km à l'est du Caire, le 7 mars 2019. Pedro Costa Gomes/AFP

Le dilemme des États africains : entre besoin d’investir et risque de surendettement

L’Afrique a besoin d’investissements massifs. Mais ceux-ci se réalisent à travers la montée de l’endettement public, ce qui est porteur de certains risques.
L'observation des débats a permis de mesurer la place grandissante de la question de l'environnement dans le discours des grandes entreprises. Fabrice Coffrini / AFP

Davos : un premier pas vers la guérison du capitalisme ?

Lors du dernier Forum économique mondial, les grandes entreprises semblent avoir pris conscience que les marchés, aujourd'hui défaillants, ne permettraient pas d'atteindre une croissance soutenable.
L'efficacité de l'investissement public est perçue très différemment de part et d'autre du Rhin… Vincent Grebenicek/Shutterstock

Keynes, le grand diviseur franco-allemand

Selon une étude, plus de 9 économistes sur 10 en France estiment qu’une relance budgétaire provoquerait un accroissement du revenu, contre 4 sur 10 en Allemagne.

Top contributors

More