Menu Fermer

Articles sur crises économiques

Affichage de 21 à 40 de 143 articles

Manifestation contre la situation économique à Jal el Dib, au nord-est de la capitale libanaise Beyrouth, le 11 juin 2020. Patrick Baz/AFP

L’envol de la dette publique à l’origine de la crise libanaise

La profonde crise économique dans laquelle est plongé le Liban s’explique par de multiples facteurs, au premier rang desquels la politique conduite depuis des années par sa Banque centrale.
Personne n’a désormais intérêt à ce qu’une économie majeure décroche brutalement, au risque d’entraîner toutes les autres dans son sillage. Isabel Infantes / AFP

Le monde est-il devenu « too big to fail » ?

Les mesures d’urgence, les habitudes des entreprises ou encore des consommateurs rendent le scénario du maintien de l’existant plus plausible que celui de l’avènement d’un « monde d’après ».
Les banques ne s’étaient pas préparées à un choc comparable à celui du Covid-19 qui pourrait mener à une crise d’insolvabilité en cas de défaut significatif des emprunteurs, comme en 2008 avec Lehman Brothers. Tania Kitura / Shutterstock

La crise sanitaire va-t-elle générer une nouvelle crise bancaire ?

Le Covid-19 met à l’épreuve les réformes bancaires entreprises à la suite de la crise de 2008 et révèle la fragilité des dispositifs prudentiels comme des mécanismes de résolution européens.
La volonté de combattre le virus « quoi qu’il en coûte » énoncée par le président de la République Emmanuel Macron dans son allocution télévisée du 12 mars dernier, un révélateur du « moment keynésien » actuel. Denis Charlet / AFP

Relance économique : sommes-nous vraiment tous devenus keynésiens ?

Dans les travaux de l’économiste anglais, la politique budgétaire ne se réduit pas à un outil de dernier recours en période de crise.
A défaut de pouvoir lire dans des boules de cristal, les économistes restent en mesure de décrypter les mutations en cours et d'accompagner la prise de décision politique. Andrey_Popov / Shutterstock

Les économistes en temps de crise : résister à la tentation de la futurologie

Aussi soudaine qu’inédite, la crise que nous traversons interroge la pertinence de la prévision économique et invite les experts à faire preuve d’une grande humilité.
En général, les gestionnaires ne sont pas des spécialistes de la gestion de crise. Et devant la pandémie de Covid-19, il y a de quoi en perdre son latin. shutterstock

Covid-19 : une leçon de gestion des risques en temps de crise

Les risques d’importance majeure, mais dont l’occurrence est faible devraient faire partie de la gestion de risque. En pratique, ce n’est que trop rarement le cas.
Au regard des statistiques, les scenarios de rétablissement « en Z » ou de reprise rapide « en V » restent peu crédibles. LightField Studios / Shutterstock

Quelle est la trajectoire la plus plausible pour la reprise ?

La crise risque d’instaurer des effets structurels comme une dégradation du capital humain qui pèseront durablement sur la croissance.
Avec le confinement de la moitié de la population mondiale, le secteur aérien a vécu une crise inédite à laquelle il aurait difficilement pu se préparer. Sergei Supinsky / AFP

L’inertie des organisations, obstacle au « monde d’après »

Les organisations se caractérisent par leurs difficultés à changer, tandis que les outils stratégiques postulent la continuité.
Présenter les comptes sous un meilleur jour est l’un des défis des directions financières en pleine crise du Covid-19. Scott Graham / Unsplash

Et si on corrigeait les indicateurs financiers des effets de la crise ?

L’ajustement des ratios comme l’EBIDTA, nécessite une information financière saine et transparente, en précisant aux banquiers et investisseurs les effets dus aux variations économiques erratiques.
Statue de Sophia, personnification de la sagesse à la bibliothèque Celsus d'Éphèse, en Turquie. epic_images / Shutterstock

Belgique : Sophia, une déesse pour une relance durable ?

Le projet de plan de relance de l’économie belge s’appuie sur les entrepreneurs et les PME que la littérature désigne comme des acteurs majeurs de la résilience d’un territoire.
Le monde prend des mesures provisoires pour se remettre en marche au milieu de la pandémie de COVID-19, mais notre monde post-pandémique sera différent de la façon dont nous avons vécu et travaillé auparavant. Pixabay

Coronavirus : le point hebdomadaire sur la couverture internationale (13)

Le monde prend des mesures pour se remettre en marche au milieu de la pandémie de Covid-19, mais notre monde post-pandémique sera différent de la façon dont nous avons vécu et travaillé auparavant.
Le premier ministre Édouard Philippe ouvre le « Ségur de la santé », le 25 mai à Paris. Michel Euler / AFP

Financement de la santé : la Cades en route vers l’éternité

La Caisse d’amortissement de la dette sociale, qui devait disparaître en 2024, devrait être pérennisée en raison de la crise. Elle avait été créée en 1996, initialement pour une durée de 13 ans.
Les créateurs d'entreprises ont constaté un élan d'entraide pendant le confinement. Drazen Zigic / Shutterstock

Bonne nouvelle, nos entrepreneur·e·s gardent le moral !

Selon notre étude, seuls 3 % des créateurs interrogés ont jeté l’éponge depuis le début de la crise. Un tiers d’entre eux ont même décidé d’accélérer.
L’armée chinoise défile devant l’entrée de la Cité interdite à l’occasion de la session 2020 de l’Assemblée nationale populaire, le 22 mai à Pékin. Nicolas Asfouri / AFP

Coronavirus : le point hebdomadaire sur la couverture internationale (12)

Cette semaine, nos experts s’interrogent sur les grandes tendances de la mondialisation dans l’après-crise ou encore sur l’influence du huis clos sur les résultats des matchs de foot.
Pendant le confinement, les consommateurs forcés de modifier leurs habitudes d'achats ont perçu une augmentation significative des prix. Sebastien Bozon / AFP

Prix bas et responsabilité, les deux exigences des consommateurs déconfinés

Face à la récession, la guerre des prix entre les enseignes de distribution fait rage. Or, une stratégie de communication orientée sur la sécurité et la confiance s’avère aussi indispensable.
Le président de la République Emmanuel Macron prononce un discours lors de sa visite de l’entreprise de masques Kolmi-Hopen à Saint-Barthelemy-d’Anjou, près d’Angers, le 31 mars dernier. Loic Venance / POOL / AFP

Quels secteurs stratégiques pour l’avenir de la France ?

La politique industrielle et d’aménagement du territoire pour relancer l’économie doit favoriser les secteurs vitaux (santé, alimentaire), « entraînants » (automobile, chimie) et régionalisés.

Les contributeurs les plus fréquents

Plus